La scène était assez comique et a fait rire une bonne partie de la planète : Jupiter en veine de reconquête court vers ses admirateurs, peu nombreux, mais sans doute sélectionnés et donc enthousiastes, et se prend une beigne. L’élan a été brisé et le corps physique du roi a été emporté par ceux qui en ont la garde. Mais si bien des Français se sont plus ou moins discrètement réjouis, le chœur de la République s’est aussitôt ému : c’est le corps sacré du monarque qui a été profané et, à travers lui, la République, les institutions les plus vénérées. En fait chacun, riant sous cape, y est allé de son couplet conformiste et constitutionnel, mais chez certains, la sincérité a laissé percer la vérité. Celui qui, depuis une élection ressemblant à un coup d’État médiatico-judiciaire, se trouvait ainsi revêtu d’une légitimité incertaine et s’était évertué à jouer la comédie du pouvoir sans jamais l’incarner n’avait pas deux corps mais un seul changeant souvent de costume.

La liste est longue des cas où le locataire de l’Élysée a désacralisé sa fonction : l’autre corps du roi a cessé d’exister, et c’est bien le seul qui ait jamais été le sien, celui de M. Macron qui s’en est pris une, par quelqu’un qui n’en pouvait plus de sa suffisance. Qui est le plus coupable, dans cette affaire ? Celui qui commet un geste irréfléchi ou celui qui, par son comportement, ses propos, son arrogance, son narcissisme effréné, l’a suscité ?

La a tranché, rapidement. Une fois n’est pas coutume. Un gentil Président courant par amour vers son peuple a été giflé par un extrémiste violent collectionneur d’armes, monarchiste criant « Montjoie ! Saint-Denis ! », cet atroce cri de guerre médiéval, bien plus terrible que le Allah akbar des islamistes : il y a longtemps que la cour et les antichambres espéraient épingler l’extrême blanche et chrétienne dans un . Narcisse triomphant devient victime : bonus assuré dans les sondages. Don Quichotte n’a pas agi seul. Sancho Pança prenait des images, ce qui établit la complicité dans le crime prémédité, et l’on a découvert chez lui un exemplaire de Mein Kampf, ce qui prouve la noirceur du personnage. Le parquet avait tenu contre toute vraisemblance à parler de violence délibérée, de détermination froide et de possible récidive pour justifier une peine sévère. Et il a obtenu une sanction mesurée à la cible mais disproportionnée pour le coupable. Celui qui avait agressé Sarkozy s’était vu infliger 6 mois avec sursis. Damien, c’est 18 mois dont quatre fermes, avec mandat de dépôt. Un homme sans passé judiciaire est donc en prison alors que la plupart des malfrats récidivistes n’y vont pas pour des condamnations inférieures à deux ans. Un acte irréfléchi, commis par un inconnu des services de police, qui ne laisse envisager aucun risque de récidive, et ne présente donc aucun danger pour la société, conduit donc inutilement un homme en prison quand tant d’autres qui devraient y être sont en liberté. Peut-être avait-il bu un peu et était-il désinhibé ?

L’assassin de Mme Halimi n’a pas été, lui, condamné, en raison de ses bouffées délirantes provoquées par la drogue. Mais la réaction judiciaire ne s’arrête pas là car Damien est mis au ban de la République : il a également été condamné à un sursis probatoire de deux ans, avec une obligation de travail ou de formation assortie de soins psychologiques. S’ajoutent à cela une interdiction de détenir des armes pendant cinq ans, l’interdiction définitive d’exercer toute fonction publique et une privation de droits civiques pendant trois ans. Parce qu’il se faisait une trop haute idée de son pays, un patriote ne sera donc plus citoyen et jamais fonctionnaire quand tant d’autres demeureront les citoyens d’un pays qu’ils détestent.

En écoutant Jacques Brel, on se dit que dans notre pays, il n’y a plus de place pour ceux qui sont en quête d’un idéal… sauf en prison.

12 juin 2021

Partager
BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

4.9 10 votes
Votre avis ?
46 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires