Le restaurant Le Saint-Laurent, à Mantes-la-Jolie (Yvelines), une affaire familiale ouverte en 1992 en bord de Seine, est la cible d’une campagne de dénigrement sur les réseaux sociaux. Les restaurateurs, d’origine algérienne, sont accusés d’ par des utilisateurs anonymes de Snapchat. Depuis, ils croulent sous les appels malveillants et les avis négatifs sur Google, relate Actu.fr

« Ils nous ont dit qu’ils reviendraient pour tout brûler »

Le dimanche 6 juin 2021, les restaurateurs ont eu une altercation avec un groupe de clients, dans lequel se trouvait « une femme voilée ». Le patron, âgé de 68 ans, aurait été molesté après une remarque. « Je ne pouvais pas passer sur la terrasse. Je leur ai demandé poliment de décaler la table. Un monsieur s’est levé il m’a dit : “C’est comme ça que tu accueilles tes clients. Viens, on va parler là-bas.” Il m’a pris par la chemise et il m’a tiré à l’écart », raconte-t-il.

Les deux filles des restaurateurs, âgées de 24 et de 31 ans, ont tenté de s’interposer. « La femme voilée s’est levée, elle m’a traitée de pute et m’a empoignée. » Puis les agresseurs sont partis en les menaçant. « Ils nous ont dit qu’ils reviendraient pour tout brûler. »
Dans la journée paraissent les premières accusations sur les réseaux sociaux : « Hier, une de rebeux [Maghrébins] voulait passer du bon temps quand la gérante de ce restau les a refoulés, en humiliant les femmes voilées [en les traitant] de « sale pute de voilée », « bande de sales arabes » etc. […] Son restaurant ne va pas faire long feu », ainsi que des propos antisémites et une référence au fait que l’établissement « vend du porc et de l’alcool ».

« On est laïcs et très ouverts d’esprit. On sert des bricks au porc »

Il s’agit là de calomnie, selon la patronne du Saint-Laurent : « Nous accueillons tout , sans distinction d’origine ou de . On est laïcs et très ouverts d’esprit. On sert des bricks au porc, il est arrivé qu’on nous le reproche. Mais on propose aussi de la viande halal, à la demande. »

Depuis dimanche, le restaurant reçoit de nombreux appels anonymes. « Au téléphone, on nous traite de racistes, on nous menace… Des gens qui n’étaient pas présents, qui ne sont pas concernés, nous accusent sans preuve. »

Sur Google et TripAdvisor, l’établissement reçoit une multitude d’avis négatifs : « gérant raciste », « accueil à vomir », « je vous déconseille fortement d’y aller, surtout si vous êtes musulman. Les femmes voilées y sont interdites. »

Par ailleurs, la famille de restaurateurs a été agressée mardi soir. Sur le parking attenant à l’établissement, une altercation a éclaté entre l’une des filles du couple et deux , pour une de stationnement. Dans sa plainte, déposée mardi soir, elle rapporte que l’un d’eux a dit : « C’est la pute qui vend du porc », avant de la frapper et de la faire tomber au sol. Son père a également été bousculé. Et tous deux ont été aspergés de gaz lacrymogène.

À la suite de cette dernière affaire, le gérant du Coffee Break, un restaurant voisin, a été placé en garde à vue, mardi soir. Âgé de 28 ans, il est soupçonné d’avoir tenu la gazeuse. Les deux autres agresseurs présumés n’ont pas été interpellés.

12 juin 2021

Les commentaires sont fermés sur cette publication.