Le premier gouvernement du Président Macron II, dirigé par la technocrate pseudo-socialiste Borne — qui est au charisme politique ce que le moule à gaufres est à l’enthousiasme créateur et à l’imagination sans le même nom —, est une sorte de théâtralisation de cet ennui qui naît d’une perpétuelle déliquescence. Mais dans ce club sandwich d’un « en même temps » des plus mornes, s’il est un ministre qui émerge et culmine, c’est bien celui de l’Éducation nationale, le désormais célèbre Pap Ndiaye. Nombreux ont été les papes d’Avignon ou de Rome, mais l’on ne sait dans quel conclave le Président est allé chercher celui-là.

On sait, par contre, combien, parmi tous les ministères chargés de gérer la décomposition de notre pays, ce ministère-là est une sorte de figure de proue, et combien son chef a de pain sur la planche et de problèmes auxquels il doit s’atteler d’urgence : crise du recrutement des enseignants, sous-payés et réduits au rôle d’animateur, recrutements de volontaires dévoués — et Pap promet un professeur dans chaque classe grâce aux journées de job dating —, niveau lamentable des élèves qui n’apprennent plus grand-chose (les copies du bac sans cesse surévaluées nous montrent un art du charabia plein de fautes d’orthographe parvenu à ses sommets de contre-excellence, à tel point qu’un texte d’une romancière made in Gallimard, et qui n’avait vraiment rien de très compliqué, est apparu récemment aux candidats comme une provocation !), établissements de banlieues réduits à des lieux de concerts rap où l’on se démène et où l’on braille ou à des défilés de haute couture, avec voiles, tchadors, burqas, abayas et autres créations exotiques, dégringolade accélérée de notre pays au classement PISA… Tout esprit sensé pouvait imaginer que le Président Macron 2 nommerait un ministre qui se penche rapidement sur tous ces problèmes, mais notre nouveau pape de l’éducation, qui ne s’est pas encore dit victime du racisme — mais cela ne saurait tarder ! —, a trouvé la cause de tous les maux de la société éducative et le sens profond de son action : il doit combattre avant tout le Rassemblement national, parti dans la République mais pas républicain.

Que voilà une idée nouvelle, forte et originale et capable de remettre notre Éducation nationale sur les rails jusqu’aux idéaux de Jules Ferry et des hussards de la République ! Pape à peine sorti sur son balcon a désigné immédiatement l’ennemi, le pelé, le galeux, l’animal obscur qui propage la peste, le Covid et la variole du singe éducatif : le Rassemblement national, qu’il va combattre de toutes ses forces. Et tant pis si 42 % des électeurs ont voté pour sa candidate aux présidentielles et envoyé 89 députés issus de ses rangs à l’Assemblée. Notre nouveau pape, encore auréolé des fumées blanches de sa désignation, n’en a cure !

Dans le premier entretien qu’il donne au journal Le Parisien, il proclame qu’il n’y a « pas de compromis » à avoir avec le Rassemblement national, ajoutant que telle est sa « boussole politique ». « Le a une longue histoire qui s’ancre profondément dans l’antirépublicanisme. Ce n’est pas parce que le Front national parle de République qu’il est républicain », a-t-il poursuivi, en ciblant la préférence nationale.

Car l’Éducation nationale doit être tout sauf nationale et accueillir la Terre entière dans ses classes, au nom d’une diversité dont Pape a fait l’unité de sa pensée. Avec Macron au tison et Pape au balcon, tout le monde est sûr, désormais, que notre Éducation nationale est sur la bonne voie.

4280 vues

29 juin 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

33 commentaires

  1. Bien sûr, tout le monde sait que si nos gamins ne savent pas écrire, à peine lire, que nos étudiants sont parmi les plus nuls au monde, c’est la faute du RN….
    A force de le répéter, certains finiront par le croire.

  2. L’Arabe est confirmé dans les cours préparatoires, avec des profs algériens…
    On prévoit un taux de réussite au Bac de 102 % !
    Parcoursup, maintenu, sinon amplifié, pour organiser la Discrimination positive.
    Voilà un Pap(e) … Conciliant, « Va-t’y quand » même partir ?
    Il se veut le nouveau « Hussard Noir » de la République ?

  3. Je salue ici l’heureux retour de notre auteur J-Pierre PELAEZ, de plus un de mes préférés! Vous avez peut-être là un excellent sujet pour un prochain livre… tentant, non?
    Après Le tartuffe Nouveau, la soumission des femmes, les singes savants, que penseriez-vous du « Vatican gentilhomme » ?

  4. Vous pouvez dezinguer Pap tant que vous voulez mais c’est Macron le responsable de cette horreur.

  5. Beh oui mais il est vital de con-battre (la faute est voulue) le RN mais aussi d’inscrire l’ivg dans la constitution… mais surtout pas l’obligation d’être con pour gouverner.

  6. Les Français, en reconduisant pour 5 ans supplémentaires celui qu’ils détestaient la veille, sont un peu à l’image de toutes ces gamines déstructurées qui se convertissent à l’Islam par goût de l’exotisme ou d’un besoin de s’encanailler. Il est juste et bien qu’ils en subissent les conséquences et leur seul honneur, s’il y a, serait de ne jamais se plaindre.

  7. On peut se demander comment des personne instruites, diplômées, peuvent en arriver à dire de telles stupidités. Il méprise suffisamment l’éducation nationale pour avoir placé ses enfants dans le privé. C’est un comble

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter