Après deux jours passés dans le cadre prestigieux de notre Assemblée nationale, la nouvelle NUPES se révèle telle qu’en elle-même : cruelle, manipulatrice, malotrue, éructante et débraillée, menteuse et prête à toutes les bassesses pour raccommoder un cordon sanitaire usé jusqu’au dernier fil.

Les images se succèdent et se ressemblent. Ce 29 juin, le jeune député LFI Louis Boyard, 21 ans, explique pourquoi il a refusé de serrer la main du député RN et ancien journaliste Philippe Ballard à la tribune de l’Assemblée, alors que le benjamin des élus surveillait le vote. « Actuellement, nous sommes dans un contexte de pandémie et que donc il faut prendre ses précautions, commence cet esprit délicat. Une pandémie de racisme, une pandémie d’antisémitisme, une pandémie d’islamophobie. » On ne se donnera pas la peine de réfuter des propos aussi subtils. Et, donc, il appelle les Français, et particulièrement le président de la République et ses amis, « à ne pas serrer la main » de ces élus du peuple, comme lui, qui ne lui conviennent pas. Ce grand professeur de démocratie tente de réveiller les mânes de Jacques Chirac et de Simone Veil et en appelle « au respect des principes » ! On se pince... « Donc, face au Rassemblement national, on respecte les gestes barrières », explique-t-il.

Tandis qu’il débite son discours de rediabolisation appris par cœur, on aperçoit derrière lui… la plaque de marbre où sont gravés les noms des députés morts pour la France. Vertige de l’image.

La veille, ses deux confrères et consœurs se sont déjà illustrés par une sauvagerie assez rare pour être soulignée. La patronne du groupe NUPES elle-même est venue dans la salle des quatre colonnes de l’Assemblée expliquer ce qu’elle pensait du mot d’intronisation de José Gonzalez, 79 ans, élu RN et doyen de l’Assemblée nationale.

Du perchoir, José Gonzalez a souligné le symbole de l’unité française que représente cette Assemblée où les députés, lors de la première séance, sont répartis par ordre alphabétique. Il se souvient. « Ce symbole d’unité touche l’enfant d’une France d’ailleurs, arraché à sa terre natale. J’ai laissé là-bas une partie de ma France et beaucoup d’amis. Je suis un homme qui a vu son âme à jamais meurtrie… », poursuit José Gonzalez, qui s’arrête, la voix nouée par l’émotion. L’Assemblée plonge dans un silence respectueux et vibre des applaudissements des députés touchés par les larmes d’un vieil homme. « Excusez-moi, reprend Gonzalez, je pense à mes amis laissés là-bas. »

Il y a des moments et des douleurs que l’on respecte lorsqu’on est un être humain, quelles que soient ses opinions. Ainsi, le député macroniste Karl Olive a évacué la polémique : « Je ne vais pas commencer à chercher la chicaillerie », dit-il. Emmanuel Macron lui-même n’a-t-il pas reconnu le drame des rapatriés d’Algérie ? Une loi de l’humanité veut qu’on honore les drames et les morts en oubliant les conflits d'hier. Cette loi ne vaut pas pour la NUPES.

Les souvenirs douloureux d’un vieil homme qui se penche sur son passé sont pour l'alliance de la gauche et de l'extrême gauche l’occasion d’un déballage de violence verbale. Les larmes de Gonzalez ont à peine séché que l’inénarrable Sandrine Rousseau, prête à pleurer sur le sort de la Terre entière ( compris), attaque bille en tête : elle n’est pas « un peu choquée mais très choquée », dit-elle. Elle a une diabolisation sur le feu, ça passe avant le respect. « Ce discours n’avait pas lieu d’être ici, poursuit-elle. Et on voit que dès la première séance, l’espèce de faux nez de la dédiabolisation s’arrête immédiatement. On voit d’où ils viennent et on voit ce qu’ils défendent. Nous défendrons un projet de république qui n’est pas nostalgique de la colonisation […]. Nous saluerons les résistants et les indépendantistes algériens […] » Mathilde Panot, la présidente du groupe LFI à l’Assemblée, va plus loin encore. « Il a été réitéré des propos révisionnistes », explique-t-elle sans ciller.

Quelques heures auparavant, LFI avait tenté de monter en épingle les décisions de l’Amérique sur l’avortement pour en faire un cheval de bataille anti-RN.

Tout est bon. Comme Don Quichotte, LFI part en croisade contre un vilain RN fabriqué de toutes pièces, dans la grande tradition du stalinisme et de ses procès.

Il faudra tout de même prévenir ce syndicat de goujats jamais en retard d'une démolition qu’un cordon, fût-il sanitaire, n’est pas une corde à nœuds. La corde NUPES semble, cette fois, très très épaisse.

21549 vues

29 juin 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

65 commentaires

  1. Cette « alliance » NUPES, n’est que de circonstance : passer les élections. Après NUPES montre sa réalité clanique :sitôt posé dans le fauteuil se détricote… ne laissant plus que DUPES, ceux et celles qui les ont posés là. Ces haineux – leurs propos le démontrent suffisamment – contre la société, mais pas contre les avantages qu’ils briguent et vont en tirer ! En tous les cas, il est fort à parier que l’A.N. va connaître des gros temps, des tsunamis, des implosions ! pour quel gouvernance ?…

  2. Le massacre d’Oran en juillet 62 a été d’une horreur indicible. Comment Madame Mathilde Panot, présidente des députés LFI à l’Assemblée peut-elle juger infamant que Monsieur José Gonzalès évoque des souvenirs douloureux de sa jeunesse à Oran et ses amis perdus ?
    D’autre part, la position du parti LFI est hypocrite aussi pour prétendre défendre le droit à l’avortement et en même temps le port du voile islamique en France, symbole d’asservissement d’un apartheid qui ne dit pas son nom.

  3. J’espère que tous ceux qui ont voté pour la Nupes en pensant voter pour le camp du bien, sont aujourd’hui couverts de honte.
    On se retrouve à l’assemblée nationale avec des énergumènes débraillés qui savent à peine s’exprimer et qui pensent que faire preuve d’impolitesse et de manque du plus élémentaire savoir vivre leur permettra d’exister.
    Spectacle pitoyable !

  4. Nous ne parlerons pas de L’aspirant communiste déserteur au FLN avec armes et bagages ni des véhicules partant pour l’Algérie sabotés par des syndicalistes zélés nous passerons les porteurs de valises , les appels à la désertion lors des embarquements dans les bateaux .ce que je peux dire c’est que certaines familles pleurent encore un soldat mort du fait de la 5 éme colonne française

  5. LFI n’est pas représentatif de la France fort heureusement c’est le parti du fourre-tout L. Boyard ancien dealers de drogue il l’avoue à TPMP direct et M. Panot devrait réviser l’histoire de France l’Algérie était un département français.

  6. Et leur chef qui crie « c’est moi la République »; j’ai honte d’être dans une telle République avec des petits blancs becs qui s’imaginent au dessus de tout le monde

  7. Ce jeune de 21 ans tous juste qui donne des « leçons » à un vieil homme que De Gaulle et ses amis ont trahi, lui et tous ces « pieds-noirs  » et autres musulmans d’Algérie qui voulaient rester « français ». AL-GE-RIE FRAN-CAISE, vive l’Algérie Française voila ce que j’entendais lorsque j’étais gamin et j’ai écouté les gens et les avertisseurs sonores des voitures et pas compris comment en deux ans on passe de ce cri à l’autodétermination imposée par De Gaulle, honte à ce gamin « député » !!!!

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter