Editoriaux - Livres - Politique - 11 mai 2019

Livre : Crépuscule, de Juan Branco

Cliquez pour acheter

Juan Branco vient de publier un livre-enquête intitulé Crépuscule dans lequel il dévoile les relations anciennes qu’Emmanuel Macron entretient avec certains oligarques ; des relations bien évidemment dissimulées alors qu’on nous a servi la fable d’un génie solitaire ne devant sa réussite stupéfiante qu’à ses seules qualités exceptionnelles.

Nous étions nombreux à nous demander comment ce quasi-inconnu qu’était Emmanuel Macron avait réussi à s’imposer aussi rapidement dans le paysage politique français en n’ayant jamais été élu auparavant et en ayant un bilan ministériel dérisoire. Juan Branco apporte, sans doute, la réponse à cette question : ce sont Bernard Arnault (première fortune française et quatrième fortune mondiale ; sa fortune a augmenté de 70 % en 2016, passant de 42 à 72 milliards de dollars), son gendre Xavier Niel (autre milliardaire, propriétaire de Free et acteur majeur dans le domaine des médias, Le Monde et L’Obs en particulier) et Arnaud Lagardère qui sont les principaux protagonistes de l’affaire. Ces derniers ont utilisé leurs réseaux politiques et médiatiques pour ouvrir toutes les portes au candidat de leur choix. Leur omniprésence dans les médias a permis de réduire au silence tous ceux qui auraient eu envie de révéler ce qu’ils savaient (Arnault détient l’arme absolue, puisqu’il contrôle très largement la publicité diffusée dans les médias). Or, beaucoup de journalistes savaient ce que contient ce livre mais ne pouvaient ou ne voulaient le dire. Emmanuel Macron a des relations avec Bernard Arnault et Xavier Niel depuis de nombreuses années et Brigitte Macron serait à l’origine de ces relations, nous explique Branco dans son livre.

Sa dépendance à l’égard de ses parrains milliardaires expliquerait son refus de revenir sur l’ISF. Emmanuel Macron nous a expliqué que, dans un cadre mondialisé et totalement ouvert, l’ISF fait fuir les grosses fortunes et diminue, de ce fait, les ressources fiscales, ce qui est exact, mais ne serait-il pas possible de mettre en place une politique européenne visant à limiter de manière drastique l’évasion fiscale, laquelle est un cancer qui ronge tous les États européens ? Non, bien sûr. D’ailleurs, la Commission européenne est dirigée par un de ses amis, qui est aussi un ami des « optimiseurs » fiscaux. Il est clair qu’il ne faut pas compter sur Emmanuel Macron pour réduire de manière significative une évasion fiscale qui atteindrait désormais, en France, 100 milliards d’euros par an (on parlait de 80 milliards, en 2017 !).

Macron, qui a une admiration sans bornes pour ceux qui ont réussi à amasser de grandes fortunes et qui trouve que les exilés fiscaux ont de bonnes raisons de l’être, est un chargé de mission des 0,01 % : « Il aurait fallu montrer tout cela pour comprendre plus en détail comment fut fabriqué un candidat au service de quelques-uns, incapable d’agir de façon autonome, ni d’élaborer une pensée, mais seulement de se vendre au plus offrant… »

Crépuscule, un livre qui permet de comprendre le rôle de chacun des personnages (Arnault, Niel, Lagardère, Drahi mais aussi Jean-Pierre Jouyet et Laurent Bigorgne, qui rallia le CAC 40 à Macron) qui ont fabriqué Emmanuel Macron.

À lire aussi

Une pétition contre les climato-sceptiques !

Nous pensons donc, a contrario de ce que dit la Dame énervée, qu’il est urgent d’organiser…