Editoriaux - Politique - 11 mai 2019

Entreprise de récupération en tout genre

L’entreprise de récupération marche à bloc. C’est le côté résolument écolo de La République en marche. Récupération de Simone Veil, la semaine dernière, avec le lancement du « Pacte Simone Veil » pour les droits des femmes en Europe. « Vite, une idée », a dû lancer la candidate à son équipe de campagne en perdition. Marlène Schiappa, bonne copine et toujours là pour se faire mousser, comme le savon sous sa douche, a pointé son nez dans l’embrasure de la porte et, en cinq minutes, l’affaire fut conclue. Enfin, on imagine que cela s’est passé comme ça. Parfois, vous savez, l’Histoire de France ne tient pas à grand-chose. Alors, va pour le « Pacte Simone Veil » ! D’autant que, dans la liste fatale, on a l’un des deux fistons de celle qui conduisit, il y a tout juste trente ans, la liste Le Centre pour l’Europe aux élections européennes. Et puis, la petite entreprise de récupération s’est déplacée jeudi, journée de l’Europe, au Panthéon pour saluer la mémoire de l’ancien ministre de Giscard et Chirac. Le jour même, des militants parisiens de La République en marche distribuaient une affiche, avec le portrait de Simone Veil, qui en appelait à un rassemblement devant le Panthéon à l’occasion de la fête de l’Europe. L’équipe de campagne de la liste Renaissance se justifia en déclarant qu’il ne s’agissait pas d’une affiche de la campagne. Au temps pour nous…

La veille, 8 mai, c’était Macron qui avait pris lui-même les commandes de la machine à récupération, sans doute involontairement, mais il n’est pas interdit d’avoir de la chance de temps en temps et de l’exploiter. Devant la statue du général de Gaulle, ce fut l’échange entre le Président et, non pas le, mais l’un des quatre petits-fils du Général qui portent le nom du fondateur de la Ve République (les quatre fils de l’amiral de Gaulle, dont l’un, Charles, fut député au Parlement européen en 1999 sous l’étiquette… Front national). Échange, donc, entre le Président et Yves de Gaulle : « La République va bien… grâce à vous », déclare le petit-fils, après que le Président a demandé des nouvelles de la santé de l’amiral de Gaulle. Un rayon de soleil pour le Président en cette matinée pluvieuse sur des Champs-Élysées où il y avait plus de militaires et de policiers que de badauds venus voir la cérémonie commémorative. Au passage, heureusement que la République va bien. Qu’est-ce que cela serait si elle allait mal ?

À croire, en tout cas, que quelques miettes de paroles d’un descendant d’illustre Français ou sa simple présence sur une liste électorale, même en queue, valent de l’or. Les liens du sang auraient encore du sens, nous voici donc rassurés. Mais s’il prenait l’idée géniale, à un membre de l’équipe de campagne de Renaissance, de trouver un descendant de Charlemagne, grand ancêtre de l’Europe, pour soutenir Nathalie Loiseau, il se trouvera bien quelqu’un pour leur rappeler que 90 % des Français descendraient de l’empereur à la barbe fleurie. Cela dit, Emmanuel Macron peut être tranquille pour sa mémoire posthume : dans trente ou cinquante ans, le problème ne se posera pas.

À lire aussi

Benjamin Griveaux voudra-t-il voir Vesoul ?

Benjamin-Blaise Griveaux, ce n’est pas n’importe qui. …