[LIVRE] A maffia nò : la Corse en coupe réglée

corse

En novembre 2020, nous évoquions sur BV le collectif Maffia Nò a vita Iè, fondé par Léo Battesti en 2019 pour lutter contre l’emprise mafieuse en Corse. Un combat fondamental pour l’avenir de l’île, pour son économie et pour la sécurité de sa population, à l’heure où le Service d'information, de renseignement et d'analyse stratégique sur la criminalité organisée (SIRASCO) identifie clairement 25 bandes criminelles dans la région.

Sorti le 7 février dernier aux Éditions Arthaud, l’ouvrage A maffia nò permet à Léo Battesti de revenir longuement sur son engagement dans la lutte anti-mafia en évoquant, notamment, son parcours personnel au sein de la mouvance nationaliste depuis les événements d’Aléria, le 22 août 1975, jusqu’à son départ du Mouvement pour l’autonomie (MPA) en 1992.

Sur les 220 pages que compte le livre, plus de 70 ont trait aux guerres intestines du FLNC et à la scission entre la Cuncolta Naziunalista (avec sa branche clandestine, dite « Canal historique ») et le MPA (avec sa branche armée, dite « Canal habituel »). Une cassure qui eut lieu en 1991, liée en partie à des conflits d’intérêts relatifs à la captation de « l’impôt révolutionnaire » et qui fit une vingtaine de morts entre 1993 et 1996… Une période noire pour la Corse, dans laquelle l’auteur voit les prémices de la violence à venir : « Peut-on penser que tous ces événements tragiques n'ont pas favorisé l'émergence d'un système mafieux, dès lors que la loi des armes s'était imposée ? La réponse est dans la question. »

Léo Battesti va plus loin encore et relate la collusion entre le Canal historique et les truands bastiais de la Brise de mer, associés au milieu toulonnais, pour décimer en 2001 le mouvement indépendantiste naissant Armata Corsa, fondé par Jean-Michel Rossi et François Santoni (lire notre article sur le film inspiré de cette affaire, Une vie violente).

La Corse, nous dit Battesti, est mise aujourd’hui en coupe réglée. Les voyous ont gangrené l’économie locale via le BTP, l’immobilier, le tourisme, la batellerie et le traitement des déchets, sous le regard apeuré des élus qui, à l’image de Gilles Simeoni, président du Conseil exécutif de Corse, ne cessent de subir des pressions. Si bien que l’auteur déplore l’intervention de certains maires dans l’attribution de marchés publics aux voyous et le fait que l’État ne se donne jamais la peine de détruire les constructions illégales des promoteurs. En outre, les truands achètent régulièrement des terres agricoles à prix modique pour ensuite toucher des subventions indues auprès de l’Union européenne ou bien pour les rendre constructibles en faisant pression sur les maires – une opération qui permet évidemment d’augmenter leur valeur…

L’auteur pointe l’intimidation systématique des jurés lors des procès, rendant inopérante la cour d’assises, et livre ainsi la raison pour laquelle la juridiction interrégionale spécialisée (JIRS) de Marseille privilégie le combat financier, dans l'espoir d’obtenir plus facilement des condamnations devant les tribunaux correctionnels composés de juges professionnels.

Battesti appelle l’État à s’inspirer directement de l’Italie, à créer un délit d’association mafieuse et à réformer le statut de repenti afin de permettre à des voyous – fussent-ils coupables de crimes graves – de pouvoir bénéficier du programme de protection en échange de leurs informations.

L’auteur n’élude pas non plus la responsabilité des Corses et espère une véritable révolution dans les mentalités afin de proscrire définitivement le culte des armes et la fascination multiséculaire pour la figure du pseudo-bandit d’honneur.

Pierre Marcellesi
Pierre Marcellesi
Chroniqueur cinéma à BV, diplômé de l'Ecole supérieure de réalisation audiovisuelle (ESRA) et maîtrise de cinéma à l'Université de Paris Nanterre

Vos commentaires

4 commentaires

    • À Grenoble, ce sont les dealers qui font chanter le BTP … vous voulez travailler, vous payez ! Et ce n’est pas avec des polyphonies corses !

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois