Editoriaux - Internet - Justice - Politique - Santé - Tribune - 27 février 2018

L’incroyable élan de solidarité pour Tariq Ramadan

Le théologien et islamologue suisse est mis en examen pour deux viols et incarcéré à Fleury-Mérogis depuis le 2 février. Il avait récemment demandé à être libéré pour cause de maladie (il souffre, en effet, d’une sclérose en plaques et d’une neuropathie périphérique) mais le médecin désigné par la chambre de l’instruction a conclu, ce jeudi, que son état semble a priori compatible avec la détention. Un bilan neurologique complet a toutefois été requis en vue d’un examen ultérieur.

Suite à cette décision, l’intellectuel de 55 ans a bénéficié d’un grand élan de soutien de la part de nombreux musulmans qui estiment que sa présomption d’innocence a été bafouée et que son état de santé ne permet pas le maintien en détention.

C’est, notamment, sur Internet que s’organisent les soutiens de Tariq Ramadan qui peut compter sur des centaines de milliers de partisans à travers le monde. Le mouvement Résistance & Alternative a ainsi été créé fin janvier par des proches du théologien pour “promouvoir sa pensée”. Il faut dire que le professeur Ramadan est considéré comme un réformateur par ses partisans quand ses détracteurs l’accusent de proximité avec l’islam radical.

Un soutien massif peut aussi être observé sur Twitter, où le hashtag #FreeTariqRamadan a été relayé des centaines de milliers de fois.

Free Tariq Ramadan est, d’ailleurs, le nom du collectif qui vient d’être formé par des proches du conférencier : ils ont récemment lancé une pétition sur le site Change.org pour réclamer sa “libération immédiate”. Elle compte, à ce jour, plus de 115.000 signatures. Les auteurs de la pétition dénoncent “un traitement particulièrement sévère” et pointent “une affaire qui souffre de graves lacunes et de multiples contradictions”. Ils affirment, en outre, détenir “des preuves d’implications confidentielles de personnalités politiques et judiciaires de haut niveau”.

La page Facebook du collectif relaie régulièrement les vidéos d’Iman Ramadan, l’épouse du prédicateur depuis plus de trente ans. Celle-ci fait preuve d’un dévouement et d’un soutien indéfectibles. “Il y a une vraie volonté politique de garder mon mari en prison”, déplore-t-elle dans une vidéo qui compte déjà plus de 700.000 vues.

Une campagne de crowdfunding vient, en sus, d’être lancée par le collectif pour assurer les frais de justice de Tariq Ramadan. En quelques jours, elle a recueilli plus de 100.000 euros.

Parmi les soutiens du prédicateur, on compte aussi des personnalités de l’antiracisme militant et de l’islam : la controversée Houria Bouteldja, ainsi que Nabil Ennasri et Marwan Muhammad. Longtemps prudents au sujet de l’affaire, les imams ont eux aussi réclamé, dans une tribune, la libération du “frère Tariq” victime – selon eux – d’un “lynchage politico-médiatique”. Ils ont cependant tenu à “condamner fermement” les insultes et menaces dont les deux plaignantes font l’objet depuis le début de l’affaire.

Concluons par le commentaire de Kamel Kabtane, le recteur de la Grande Mosquée de Lyon : “Il n’est pas question d’interférer dans le cours normal de la justice”, assure-t-il. Avant d’ajouter : “Lorsqu’un chrétien est malmené, il est normal que la population chrétienne s’en émeuve.” À méditer.

À lire aussi

Et si #MeToo avait aussi du bon ?

Cet élan de nos sœurs ne doit guère nous effrayer, Messieurs. Que ceux qui se sentent morv…