C’était lors du duel d’entre deux tours de la présidentielle de 2017. Emmanuel Macron triomphait. « Alors, on sort ou pas de l’euro ? » Victoire par chaos, le futur chef de l’État vient de coincer Marine Le Pen, perdue dans un discours confus sur les positions du Front national au sujet de la politique européenne. Cinq ans plus tard, dans les confortables salons Hoche à Paris, la candidate du Rassemblement national semble beaucoup plus à l’aise sur le volet programmatique concernant l’Union européenne. L'Europe rêvée de Marine Le Pen est au service des nations et non l’inverse.

L’Union européenne contre l’identité européenne

« Toute manifestation de l’identité propre de l’Europe, de son héritage chrétien se trouve dénoncée et stigmatisée comme si les Européens devaient avoir honte de ce qu’ils sont », explique la candidate. Marine Le Pen ne manque pas de faire un bilan péjoratif de l’Union européenne selon Emmanuel Macron : « Cette Europe millénaire, berceau de notre civilisation, je ne la confonds pas avec l’Union européenne. » La candidate dénonce une bureaucratie de technocrates et considère que la souveraineté européenne est un mirage. Ce concept a clairement prouvé ses limites sur des enjeux géopolitiques continentaux comme la crise migratoire ukrainienne, estime-t-elle. L’Union européenne mène, en outre, une guerre idéologique contre les identités des peuples. En décembre dernier, un document interne à la Commission révélait l’endoctrinement des institutions, poursuit Marine Le Pen.

Ce Manuel de la communication inclusive rédigé par Helena Dalli, commissaire à l’égalité, recommandait, à titre d’exemple, de ne pas parler de « colonisation de Mars » mais d'« envoi d’individus sur Mars ». « Assurez-vous de ne pas employer des termes connotés négativement comme coloniser ou peuplement », précisait le guide.

Pour Marine Le Pen, ce texte n’était pas anecdotique mais révélateur de la bataille idéologique que mène l’Union européenne contre les peuples. « Le document publié par le sous-commissaire à l’égalité, il y a quelques semaines, a fait éclater au grand jour le véritable dessein de l’Union européenne, estime-t-elle : gommer tout ce qui, de près ou de loin, pouvait rappeler nos racines, nos modes de vie, nos us et coutumes, bref, nos identités. »

Un retour à la souveraineté : vers une Alliance européenne des nations

Marine Le Pen veut opposer à l’Union européenne actuelle un modèle respectueux de la souveraineté des nations et de leurs prérogatives régaliennes. La candidate à l’élection présidentielle rétablira des contrôles permanents aux frontières nationales. C’est une mesure nécessaire, selon elle, face à « la submersion démographique de l’Europe ». La députée du Nord-Pas-de-Calais veut réinstaurer une Alliance européenne des nations qui passerait par la transformation de la Commission, institution fédérale, en simple secrétariat technique. Une vision à l’opposé d’Emmanuel Macron. La candidate fustige les vaines tentatives de fondation d’une Europe de la défense, veut favoriser un modèle d’armées soutenues par une industrie de défense qui fournisse l’ensemble des besoins. Pour elle, la France doit pouvoir équiper elle-même ses soldats sans dépendre des importations. Marine Le Pen entend privilégier une coopération entre les nations plutôt qu’une intégration inefficace et promeut les grands chantiers de coopération : lanceurs de satellites Ariane ou encore le constructeur aéronautique Airbus dans lesquels elle voit des témoignages de l’excellence française.

3296 vues

18 janvier 2022 à 21:19

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

30 commentaires

  1. Je conseille de lire la video d’Asselineau où Attali ricane en évoquant les pièges et autres chausses trappes aménagés pour le pays souhaitant se libérer du carcan Ue.

  2. Je l’ai écoutée ce matin sur France Inter et je l’ai trouvée excellente sur tous les thèmes. Posée, sûre d’elle, connaissant parfaitement ses dossiers et surtout parlant de la France et du peuple. Elle est la seule ayant la capacité d’occuper cette fonction.

  3. Notre peuple va-t-il écouter et comprendre son message sur notre avenir comme peuple? Avons-nous assez d’intéret pour remettre en question nos choix du passé? Préfèrons-nous le laisser aller que de reprendre en main notre nation en votant RN?

  4. Madame Le Pen oublie que la seule solution pour refaire de la France une nation de pleine autonomie et souveraine est de sortir de cette l’Europe, qu’elle décrit à juste titre, par l’article 50 du traité comme les « british » l’on fait. Tout ce qu’elle peut dire n’est donc que de l’enfumage ou une méconnaissance des dits traités. À la dernière élection elle voulait déjà « renégocier » ce qui est impossible puisqu’il faut que la majorité des acteurs soit d’accord ce qui est mission impossible à 27.

    1. Lisez la vidéo d’Asselineau où J Attali se vante d’avoir disposé des chausses trappes pour ceux qui tenteraient den sortir.

Les commentaires sont fermés.