Editoriaux - Politique - 23 août 2019

Les radars tourelles déjà en feu : Macron, Philippe et Castaner n’ont décidément rien compris !

Ici même, il y a quinze jours, Jean-Luc Tari vous informait de l’implantation des nouveaux radars tourelles, plus performants, plus sûrs, plus, plus… et terminait par la question que les concepteurs et les décideurs auraient dû se poser avant toute implantation : « Quelle sera la réaction des Gaulois réfractaires au changement ? »

Certes, Christophe Castaner avait donné aux préfets des consignes d’extrême discrétion pour cette opération de remise en état du parc de radars détruit aux deux tiers à l’occasion de la révolte des gilets jaunes qui, faut-il le rappeler, partit de là.

Un début de réponse vient d’être apporté par des Gaulois de… Savoie. Le Parisien, dans un article au titre éloquent (« Les “invincibles” radars tourelles déjà vandalisés »), rapporte qu’en une nuit, du 12 au 13 août, sur six nouveaux radars, l’un a été incendié et deux autres détruits avant même leur installation. Mais il n’y a pas que la Savoie à abriter d’irréductibles Gaulois : dans l’Aude, ce ne sont pas moins de huit radars tourelles sur quatorze qui ont été dégradés ou incendiés ! Le Parisien ajoute sobrement que « partout en France, les actes de vandalisme se multiplient. Masse, essence, peinture… tout est bon pour neutraliser ces serial flasheurs. »

Il y a un an, jour pour jour, en plein cœur du mois d’août, j’indiquais ici même que les attaques contre les radars partout en France annonçaient une véritable révolte.

Un an après la crise des gilets jaunes, les mêmes responsables, Emmanuel Macron, Édouard Philippe et Christophe Castaner, sont toujours à leur poste et commettent les mêmes grossières erreurs. Au moment où il y a de nouveau le feu à ses radars perchés, le Président Macron tweete en anglais sur la forêt amazonienne : « Our house is burning. » N’a-t-il pas vu que ses « serial flasheurs are also burning in his own house » ? Mais peut-être faudrait-il qu’il se mette enfin à l’apprentissage intensif du gaulois pour la rentrée.

Au fait, à ce stade d’aveuglement, de bêtise et d’imprudence dans la conduite d’un peuple et d’un pays en crise, vous diriez que ce sont des « serial » quoi, nos trois amis ?

À lire aussi

Course-poursuite mortelle, voitures brûlées, pompiers attaqués : même à Auch, dans le Gers !

Faut-il écrire la morale de l'histoire ? Ou simplement remarquer que ce type d'événements …