Un de plus confirme que les Français refusent le délitement de leur culture. L’IFOP a publié, ce mercredi 30 mars, une étude sur le port du voile lors des compétitions sportives. « Seriez-vous favorable ou opposé à l’interdiction du port de signes religieux ostensibles lors d’événements sportifs et compétitions sportives ? » Comme pour les sondages sur le Grand Remplacement ou sur la remigration, le résultat est sans appel. 69% des personnes interrogées sont favorables à l’interdiction. Le plus étonnant, c’est que quasiment tout le spectre politique est d’accord sur cette mesure. Entre les électeurs du centre, ceux de droite radicale en passant par les électeurs de droite modérée, tous sont favorables à cette mesure à près de 80 %. Même les électeurs de gauche se disent en accord, puisque plus de 50 % d’entre eux ne veulent pas que les sportifs arborent un signe religieux.

Qui plus est, l’IFOP a également interrogé les Français selon leur confession. Seuls 24 % des musulmans présents sur le territoire national veulent que les signes ostentatoires comme le voile soient bannis des compétitions sportives. A contrario, les catholiques sont 78 %.

L’enquête menée par l’IFOP ne vient pas de nulle part. En février 2022, les passions se sont déchaînées pendant l’étude de la loi visant à démocratiser le sport. Non pas que la démocratisation du sport soit un problème, c’est plutôt un amendement proposé par les parlementaires de droite d’interdire le port « de signes religieux ostensibles » lors d’une compétition sportive. Deux camps se sont alors formés : les pour et les contre.

Même au sein de la majorité présidentielle, deux visions se sont affrontées. D’un côté, le ministre Élisabeth Moreno chargé de l'Égalité entre les femmes et les hommes ne voyait aucun problème à ce que les musulmanes soient vêtues d’un voile pour jouer au football. « Les femmes doivent pouvoir choisir de se vêtir comme elles le souhaitent [...] Si les filles veulent jouer au foot en étant voilées, en quoi c'est impossible ? Ce n'est pas interdit », avait déclaré le ministre, sur LCI, le 10 février dernier. Sur la même ligne idéologique, le député Sacha Houlié confiait que « le sport est un vecteur d’intégration, pas d’exclusion ». Des propos qui ont choqué leur collègue François Jolivet (LREM) : « profond désaccord avec Élisabeth Moreno, qui n'aurait sans doute pas voté la loi de 2004 sur l’interdiction des signes religieux dans les établissements scolaires. Les propos de la ministre sont décadents et ne représentent pas le travail engagé depuis 2017 contre le séparatisme », a-t-il écrit sur son compte Twitter.

https://twitter.com/LCI/status/1491689052239798278?s=20&t=n6jOURDgiFC9fF6GA1nZdA

Finalement, fin février la loi visant à démocratiser le sport a été adoptée, mais sans l’amendement des députés et sénateurs Les Républicains. Un signal de plus qui est envoyé aux Français : « Vous n’êtes plus représentés. » Les représentants de la nation sont censés porter la voix de ceux qui les ont élus, au plus haut sommet de l’État. Pourtant, si l’on compare de nombreux sondages avec le vote des députés, on remarque une certaine dichotomie.

31 mars 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

5 6 votes
Votre avis ?
30 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires