Les combines d’associations anglaises d’aide aux migrants pour toucher des aides françaises 

migrants

D’un côté de la Manche, des financements qui se tarissent et des aides publiques bien maigres, voire inexistantes. De l’autre, des subventions alléchantes et un cadre juridique souple. La tentation de trouver un montage juridique afin de bénéficier de la générosité française est alors grande. C’est ainsi que, selon une information Europe 1, des associations britanniques d’aide aux migrants dans la région de Calais auraient décidé de changer de nationalité juridique afin de percevoir les subventions de l’État français.

Un montage juridique

Une combine pour renflouer les caisses des associations britanniques d’aide aux migrants qui restaient désespérément vides. Tout commence à la fin de l’année 2021. Choose Love (anciennement Help Refugees), organisme à but non lucratif lancé après la crise des réfugiés en 2015 et soutenu par de nombreuses célébrités, à la suite de plusieurs désaccords internes sur la question migratoire, décide de changer de cap et de recentrer ses aides sur l’écologie. Résultat : l’organisation annonce, en novembre 2021, vouloir mettre un terme à la plupart des financements qu’elle accorde à des associations britanniques qui œuvrent dans la région de Calais. Seuls deux collectifs d’aide aux mineurs isolés continueront de profiter des aides généreuses versées par Choose Love. Au total, une dizaine d’associations britanniques se retrouvent alors privées d’environ 700.000 euros chaque année. Un manque à gagner important qu’elles sont contraintes de pallier si elles veulent poursuivre leurs actions d’aide aux migrants (assistance juridique, distribution alimentaire, services de traduction, dénonciation des violences policières…). Pendant un temps, ces associations tentent plusieurs stratégies : profiter de la synergie locale entre les différentes organisations d’aide aux migrants implantées à Calais, lancer des appels aux dons sur leurs réseaux sociaux, trouver de nouveaux mécènes… Mais rapidement, la dynamique s’essouffle.

Face au manque criant de moyens, certaines de ces associations anglaises auraient alors monté une combine lucrative, rapporte Europe 1. Ces collectifs auraient ainsi changé leur nationalité juridique afin de devenir une association française. Déclarées au Journal officiel, elles auraient alors pu toucher des subventions françaises versées directement par l’État. Un montage juridique qui, s’il a pu leur profiter jusqu’à ce jour, vaut à ces associations d’être aujourd'hui dans le viseur des autorités.

Aide à l’immigration illégale ?

Une question demeure : que cherchent ces associations britanniques en s’installant en France ? Leur rôle n’est-il pas d’accueillir les migrants une fois débarqués sur le sol anglais et de les aider dans leur démarche d’asile ? Leur présence à Calais et leurs combines pour percevoir des financements français peuvent laisser supposer qu’il existe « une présomption d’aide à la migration illégale », dénonce Philippe Fontana, avocat et auteur de La vérité sur le droit d’asile (Éd. L’Observatoire), auprès de nos confrères d’Europe 1. En effet, en 2021, derrière la décision de Choose Love d'arrêter ses financements se cache, notamment, une querelle sur un dépliant qui donnait aux migrants des informations nécessaires pour les aider dans leur traversée en mer. La direction de l'organisme n'aurait pas apprécié que les associations sur place puissent aider les migrants à franchir la frontière.

En 2023, près de 30.000 migrants ont traversé la Manche en bateau pour rejoindre illégalement les côtes britanniques. Un chiffre en net recul par rapport au record de l’année 2022 (-36 %) mais qui reste encore élevé. Gérald Darmanin espérait que la loi Immigration permettrait de lutter contre l’immigration illégale, notamment contre les réseaux de passeurs dans la Manche. Mais le texte aujourd’hui détricoté par le Conseil constitutionnel sera-t-il vraiment efficace ?

Clémence de Longraye
Clémence de Longraye
Journaliste à BV

Vos commentaires

26 commentaires

  1. Le ministre de la justice , de l’intérieur et le premier , devraient interdire aux associations pro migrantes anglaises d’intervenir sur le territoire Français , de déposer les demandes d’associations pour avoir de l’argent !
    Ces associations doivent être considérées comme des entreprises de TRAITE d’ETRES HUMAINS ou d’ESCLAVES à des fins financières !

  2. Etrange ces bateaux qui veulent une installation juridique en France. D’habitude c’est le contraire, il suffit de se promener sur les quais des ports de Méditerranée, les bateaux battent pavillon de complaisance l’un à côté de l’autre….

    • De nos jours, les pavillons de complaisance se localisent en France, mais uniquement pour les passeurs professionnels de migrants. Car ils ont double avantage : défiscalisation et subventions a gogo.

  3. Ces associations ne manquent pas d’air avec l’argent de nos impôts et taxes, Enfin voilà qu’ils se gavent tout les mois avec les aides divers aux migrants qui viennent en France pas vraiment pour son bien et qui les abandonnent sur les rotatoires des grandes villes, par contre il n’y a plus d’argent pour les retraites et chômage sans parler des services publiques.

  4. Ben voyons , et pourquoi laisse-t-on ces organismes anglais s’installer en France ? Jupiter le sait et ne fait rien , il doit bien y avoir une magouille derrière tout ça ! à vous journalistes de démêler ce scandale ! et à vous FRANCAIS de bien voter en juin !

  5. STOP aux financement associatif par les impôts des français. C’est à chaque citoyen de soutenir ces associations (et seulement à lui) s’il le souhaite. Y’en a marre que ces assoces soient subventionnées avec l’argent du contribuable sans même lui demander s’il est d’accord.

  6. Tant que les gouvernements alimenteront ces soi-disant ONG « caritatives » le problème de l’immigration sera insoluble.
    Que ces organisations se financent seules et surtout que l’Etat reprenne la main sur l’accueil de A à Z.
    Sûr que les entrées illégales seront amoindries de 50% au moins, faute de passeurs car faute de « gros sous » !

  7. Et le ministère de l’intérieur qui paye 780 millions par an aux associations immigrationnistes.
    N’a plus d’argent pour payer les heures supplémentaires des policiers mis à disposition pour les JO

  8. Quelle réactivité de nos gouvernements !
    Voici nos zélites qui semble tomber du ciel en constatant que la France est en passe de bientôt financer les associations de la terre entière !
    Aucun Service n’est capable de contrôler ces dizaines de milliards qui s’échappent ?
    Il faut fermer totalement ce robinet qui alimente des individus qui colportent la haine de la France…

  9. Darmanin dit vouloir arrêter l’immigration mais finance , avec l’argent des français , de nombreuses associations d’aide aux migrants , il nous prendrait pas pour des cons …

  10. Toutes ces ONG sont ni plus ni moins que des organisations de traite d’esclaves.
    Elles sont coupables de crime contre l’humanité !

  11. En fait c’est un peu comme ces migrants qui viennent profiter des généreuses allocations diverses en France …

    • Quelle réactivité de nos gouvernements !
      Voici nos zélites qui semble tomber du ciel en constatant que la France va bientôt financer les associations de la terre entière !
      Il faut fermer totalement ce robinet qui alimente des individus qui colportent la haine de la France…

  12. Françaises français voilà à quoi sert l’argent que l’état gagne grâce aux taxes ou impôts qui nous asphyxient … VOTEZ BiEN EN JUIN

    • Oui ! Votez pour sortir du traquenard anti-français de l’union européenne, organisation malfaisante par nature.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois