Législatives : sans surprise, Quotidien prend parti contre le RN

© Capture écran LCP
© Capture écran LCP

Yann Barthès et son chroniqueur Julien Bellver s’étaient vantés, au début du mois de mars, de ne pas inviter de membres du RN sur le plateau de Quotidien. « On est une chaîne privée, on fait ce qu’on veut », avait déclaré Julien Bellver, sur l’antenne de Sud Radio, le 21 mars 2023. « Est-ce que je regrette ces propos prononcés il y a un an ? La réponse est non. » Auditionné par la commission d’enquête parlementaire chargée de l’attribution des fréquences TNT, l’animateur du talk-show Quotidien sur TMC s’en justifiait : « On ne reçoit pas les membres du Rassemblement national mais on respecte scrupuleusement (l'équité) des temps de parole » grâce aux extraits d'émissions et reportages diffusés à l’antenne.

Qu’en est-il, alors, depuis que les élections législatives précipitées des 30 juin et 7 juillet prochains absorbent les colonnes de presse et se sont approprié les plateaux de télévision ? Sans surprise, c’est une vague anti-RN qui écume et qui mousse sur le plateau de Yann Barthès, au fil des émissions. L’occasion, pour ces journalistes, professeurs d’université et artistes engagés, de livrer aux téléspectateurs leurs opinions politiques et de faire la leçon à ces millions des Français qui « se trompent » et se fourvoient en mettant le mauvais bulletin dans l’urne.

Défilé d'artistes pour faire barrage contre le RN

« L’heure est grave, la démocratie est en danger », déclarait l’acteur Roschdy Zem, entouré par un public conquis d’avance. Appelant à faire barrage contre le parti « xénophobe » de Marine Le Pen, l’acteur « exhorte » les Français « à avoir un vote démocratique », suscitant une salve d’applaudissement au sein du plateau. Ce fut ensuite au tour de l’humoriste Malik Bentalha de « faire le moralisateur », bien malgré lui, après une entrée en plateau rythmée aux notes orientales. Une prise de position de nouveau accompagnée par un tonnerre d’applaudissement : « Je lutte contre le RN, j’irai donc voter le 30 juin et 7 juillet pour faire barrage. »

Le loufoque Philippe Katerine est venu, lui aussi, mettre son grain de sel dans la tambouille anti-RN concoctée par Yann Barthès. L’auteur et interprète, visiblement abasourdi par le score du RN, emmitouflé dans son peignoir au soir des résultats, s’est exclamé : « Waouh ! J’ai regardé les résultats et j’ai eu honte. » Le chanteur dit avoir « grandi dans [sa] tête » et avoir été pris d’un « désir de [s]’inscrire dans un élan collectif ». « Va voter, c’est plus rapide qu’une prise de sang ; moins douloureux et plus utile. »

Étienne Gernelle, directeur du Point, et Camille Vigogne Le Coat, journaliste au Nouvel Obs, étaient les invités de Yann Barthès, ce 20 juin. Dans l’éditorial dont il fait la promotion (« La France va-t-elle sortir de l’Histoire ? »), le directeur du Point présage un scénario catastrophe. Si le RN venait à advenir au pouvoir, « on aura[it] une crise financière dans quelques mois », déclare Étienne Gernelle. « Il vaut mieux cohabiter avec Gérard Larcher que Jordan Bardella », conclut-il. Une opinion corroborée par la journaliste Camille Vigogne Le Coat, qui remet en cause la crédibilité de la France à l’international si le RN s’emparait de Matignon.

Rosanvallon résiste à la pression de Jean-Michel Aphatie

Pierre Rosanvallon, professeur émérite au Collège de France, est également intervenu, le 18 juin dernier, pour répondre à une question : « Notre démocratie serait-elle en danger si l’extrême droite accédait au pouvoir, le 7 juillet prochain ? » Jean-Michel Aphatie, dont le militantisme anti-Le Pen n’est plus à prouver, l’interpelle : « Quelle est l’arme qui nous permette de faire barrage ? » Et de poursuivre, face au sociologue et historien : « Je suis désolé, vous êtes rattaché, de pas votre parcours, à la gauche. Un homme comme vous a-t-il démissionné de l’idée d’empêcher le RN d’accéder au pouvoir ? » Pierre Rosanvallon décide de ne pas prendre parti et indique (tels sont ses mots), que « le parti des oubliés et des méprisés » ne supporte plus la « vision surplombante des réalités » et la perte de proximité des élites françaises. À bon entendeur...

Benoît Coquard, auteur du livre Ceux qui restent : faire sa vie dans les campagnes en déclin, tente de décrypter l’implantation géographique et sociologiste du RN. « Aujourd’hui, la jeunesse rurale a envie de voir Jordan Bardella aux portes du pouvoir. » « Qui sont ces hommes et ces femmes qui continuent d'habiter dans les campagnes en déclin ? » s’interroge-t-on, sur le plateau parisien du Quotidien. Qui sont ces ploucs ?

Anna Morel
Anna Morel
Journaliste stagiaire. Master en relations internationales.

Vos commentaires

26 commentaires

  1. Cela ne me surprends pas ! Pourquoi ? Parce que le Quotidien de Paris est devenus le journal et l’organe de Propagande de la Mairie de Paris ! Voila cela n’a aucune importance et n’aura guère d’influence ! Hervé de Néoules !

  2. Vraiment ,c’est un scandale inouï,les ploucs ,les « sans dents »- comme les aurait affectueusement qualifiés un ancien Président de la République-,les primaires, votent .et votent .mal!
    Que faire:…Supprimer le peuple …

  3. Ce « pauvre » Yann Barthès a un revenu de misère. Il ne peut accueillir que 300 migrants par mois, il en voudrait plus sans doute, comme Nagui. Quand toutes ces chaînes publiques vont être écrémées il va falloir que Yann travaille, vous vous rendez compte ?

  4. Pas d’affolement : « les chiens aboient, la caravane passe »
    Oui, la caravane des patriotes traverse la France et rien ne l’arrêtera désormais, c’est notre seul souhait.

  5. Les Français se réveillent, paraît-il. Il n’en est pas moins inquiétant de constater la grande audience de ce Barthès dans une tranche horaire favorable ! Les medias aux ordres sont redoutables de mauvaise foi, et malheureusement majoritaires. Craignons que le vieil adage selon lequel « c’est le dernier qui a parlé qui a raison » ne soit toujours d’actualité ! L’indispensable et peut-être ultime sursaut national n’a plus que quelques jours pour se concrétiser, et de manière massive seule garante d’efficacité.

  6. Si effectivement le RN arrive au pouvoir, il sera intéressant de voir ce que sera l’attitude de tous ces pantins . Quitteront ils la France comme l’ont dit certains d’entre eux ? ils iront ainsi rejoindre la clique de toutes ces « grandes consciences » qui ont leurs avoir bien planqués à l ‘étranger et qui ne paient pas d’impôts dans notre pays. ( ex: Cotillard , Omar sy , les footeux etc…)

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois