Législatives : Antoine Griezmann refuse d’entrer dans le jeu de Kylian Mbappé

Capture d’écran © UEFA TV
Capture d’écran © UEFA TV

Après la prise de position de Kylian Mbappé sur les prochaines élections législatives, appelant à « voter contre les extrêmes », voilà qu’une autre star tricolore du football vient jouer à contre-pied : Antoine Griezmann, « Grizou » pour les fans.

Ainsi, interrogé par Le Journal du dimanche, il affirme : « La seule chose que je peux dire, c’est d’aller voter. Tout ce qui est politique est très compliqué et assez privé, je pense. Je suis là en tant que joueur de foot, je sais que j’ai beaucoup de notoriété, mais je n’ai pas à l’utiliser. Je ne vois pas ça comme ça. On va juste prendre le temps d’aller voter, c’est rapide mais tellement important. »

Parfois politiquement correct

Cette humilité bienvenue est probablement un détail. Mais, par les temps qui courent, il nous en dit beaucoup sur les dissensions internes de nos Bleus. Pourtant, Antoine Griezmann revient de loin, ayant donné, à de nombreuses reprises, des gages au politiquement correct. Le 17 décembre 2017, il crée la polémique en postant une photographie de lui déguisé en basketteur noir des Harlem Globetrotters. Le voilà donc coupable de « blackface », pratique jugée raciste et offensante envers les personnes noires, car s’assimilant à une « réappropriation culturelle ». Pour se faire pardonner, il explique : « Je suis un grand fan de basket et des Harlem Globetrotters. C’était un hommage, rien de plus. Je peux comprendre que cela ait pu offenser ou choquer. J’ai tout de suite demandé pardon. Certains ont rigolé, d’autres n’ont pas apprécié. Je me suis excusé, et puis voilà. »

Du coup, en 2019, peut-être histoire de se refaire une virginité politico-médiatique, Antoine Griezmann participe au documentaire « Footballeur et homo, au cœur du tabou », diffusé sur France 2, avant de s’engager l’année d’après, dans le mouvement Black Lives Matter, allant jusqu’à publiquement interpeller Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur, sur « les violences policières commises en France ».

Alain Finkielkraut, défenseur côté droit

Mais il existe aussi un autre « Grizou », celui qui incarne un autre tabou : le peu de diversité au sein de nos joueurs. Cette absence de diversité qui poussa le philosophe Alain Finkielkraut, grand amateur de football, à s’exclamer, en 2005 : « Les gens disent que l’équipe nationale française est admirée par tous parce qu’elle est black-blanc-beur. En fait, l’équipe de France est aujourd’hui black-black-black, ce qui provoque des ricanements dans toute l’Europe. » Et le même de récidiver, cinq ans plus tard : « L’équipe de France n’est qu’une une bande de voyous qui ne connaît que la morale de la mafia et qui souffre de divisions ethniques et religieuses. […] On a plutôt envie de vomir avec cette génération caillera. Il est temps de recruter des gentlemen. »

Une sœur rescapée du Bataclan

Le fait que Maud Griezmann, la sœur du joueur, ait réchappé miraculeusement des attentats du Bataclan, le 13 novembre 2015, doit aussi accentuer le malaise de notre footballeur. La neutralité politique de Griezmann ressemble à l'attitude d’Olivier Giroud, autre star des Bleus, et l’un des rares à revendiquer sa foi chrétienne. Il n’a pas hésité à se faire tatouer sur le bras droit le premier verset du psaume 23, « Dominus regit me et nihil mihi deerit » (« Le Seigneur est mon berger, rien ne saurait me manquer »).

L’un comme l’autre sont des Français de fraîche date : Antoine Griezmann est d’origine germano-portugaise et Olivier Giroud d’ascendance italienne. Ce qui ne les empêche pas d’aimer et de faire honneur à leur patrie d’adoption. Leur exemple ne semble pas être tout à fait contagieux au sein de leur équipe. Il n’est donc pas impossible qu’il faille mettre le pas de deux politique, façon petit pont, de notre « Grizou » national sur le compte de ce malaise existentiel : les Français se sentent de plus en plus étrangers en leur propre pays. Voilà qui semble également valoir pour les footballeurs censés le représenter.

Nicolas Gauthier
Nicolas Gauthier
Journaliste à BV, écrivain

Vos commentaires

34 commentaires

  1. Les membres de l’équipe de France devraient se cantonner au rôle qu’on leur a assigné , à savoir de jouer au football et de sortir la tête haute de cette compétition , de laisser la politique à ceux qui savent de quoi ils parlent , de mettre de côté leurs idées fantasques , notamment relayées par une présentatrice de cette chaine « l’équipe » qui se doit d’un peu de retenue tant dans son discours que dans le niveau acoustique de sa verve.

  2. Concernant les footballeurs, lisez le livre « Dieu football club » de je ne sais plus qui. La religion prend une place de plus en plus importante dans les vestiaires. Certains diront que oui effectivement l’islam y est majoritaire dans le football professionnel et que ce n’est pas nouveau. Sauf que la religiosité des vestiaires s’est faite au cours des années 2000, Florence Bergeaud-Blackler saura mieux expliquer pourquoi que les joueurs musulmans ont commencé à afficher leur religion dans les vestiaires, ce qui était moins le cas dans les années 90 puisque les français musulmans s’étaient émancipés de leur religion, Zidane en tête. Dans un premier temps, nous avons vu nombre de non-musulmans se convertir, comme Franck Ribéry. Puis étonnamment, mais peut-être que les joueurs brésiliens ne sont pas étrangers à cela, les joueurs non-musulmans au cœur des années 2010 ont eux aussi commencé à revendiquer leur chrétienté, dont les français « blancs ». La où la génération des Gourcuff, Sagnol, Landreau faisaient profil bas face à cet islamisme de vestiaire qui montait, celle des Giroud, Griezmann, Cabaye a commencé à vouloir s’afficher aussi et ne pas être infériorisé. Aujourd’hui, y compris chez les joueurs français d’ascendance africaine, la question religieuse est très polarisée, il n’y a plus de laïcité. Même si Mbappé montre une tolérance de façade pour entretenir ses fans, il est aussi un chrétien assumé.

  3. « la prise de position de Kylian Mbappé sur les prochaines élections législatives, appelant à « voter contre les extrêmes ». » Avant de conclure en disant qu’il était de l’avis de Marcus Thuram. Donc il est contre les extrêmes, mais… surtout un !

  4. Mbappé a mis un genou à terre lorsqu’il a formulé ….. ce petit ange  » et voilà le 2è genou à terre en nous demandant de voter pour les islamogauchistes ! Honte à lui !

    • Vu les exploits des « petits anges » de M’Bappé, on ne doit pas avoir le même paradis.

  5. On vous demande de courir après la balle c’est tout.
    Vos conseils et vos idées n’intéressent que les personnes aussi peu cultivées que vous, messieurs les footballeurs

  6. Les sportifs, comme les artistes ne devraient pas être questionnés , dans la sphère publique , sur la politique car on sait que leur avis compte beaucoup pour leurs admirateurs souvent peu au fait de toutes ces questions et surtout lorsqu’ils comment l’actualité française à des milliers de KM de notre pays bien à l’abri de l’incendie qu’ils pourraient allumer.

  7. Mouille toi pas Griezmann tu es en infériorité, tu de désengages mollement sans afficher ce que tu penses car tu es déjà soumis, tu es victime du nombre ,si tu veux pas rester sur la touche tu dois t écraser , tu n oses pas afficher ce que les patriotes revendiquent , joue et tais toi , les autres eux revendiquent clairement leurs opinions pas toi , tu n oses pas

  8. de tels messages neutres, objectifs, intelligents, tranchent avec ceux d’autres joueurs qui ne font qu’exprimer des différences communautaristes, raciales, religieuses ; cela a un impact sur l’efficacité de l’équipe.

  9. Quand les footeux disent  » j’ai mal à ma France, » je me demande lequel de leurs organes ils baptisent de ce nom magnifique..certainement pas leur cerveau..

  10. Voter se fait dans l’isoloir, les opinions politiques, c’est un peu comme la religion, c’est le domaine du privé, on eut en discuter en privé, on peut militer dans un parti mais utiliser le fait d’être connu pour une toute autre raison ne justifie pas que l’on clame ses préférences. Un peu de hauteur de vue et de tenue ne
    saurait nuire. L’attitude d’Antoine Griezmann est à ce titre exemplaire.

  11. Thuram ferait mieux d’être plus assidu à l’entrainement plutôt que s’intéresser à la politique…
    2 buts en 22 sélections , pas vraiment une grosse moyenne…Et que dire de son père qui au coup de sifflet final en 1998 avait invité les Blacks et rien que les Blacks pour une photo souvenir sur la pelouse !!!
    Imaginez si un joueur avait dit allez les Blancs avec moi…
    On se demande ce qu’il fait encore en EDF. Deschamps doit faire plaisir au papa, son ancien partenaire.

  12. Equipe de France !! Cela veut dire quoi ?? Composée de « mercenaires » se vendant aux plus offrant et tout cela pour jouer à la « baballe » !! Ce jeu ne devrait pas masquer la réalité d’une situation de notre pays !!

  13. Thuram ferait mieux d’être plus assidu à l’entrainement plutôt que s’intéresser à la politique…
    2 buts en 22 sélections , pas vraiment une grosse moyenne…Et que dire de son père qui au coup de sifflet final en 1998 avait invité les Blacks et rien que les Blacks pour une photo souvenir sur la pelouse !!!
    On se demande ce qu’il fait encore en EDF. Deschamps doit faire plaisir au papa, son ancien partenaire.

    • Deschamps, comme tout sélectionneur, reçoit ses consignes de l’Elysée, notamment le pourcentage obligatoire de colorés dans l’équipe.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois