400.000 personnes âgées de 65 ans et plus risquent de perdre leur au 14 décembre si leur dose de rappel n'est pas faite d'ici là, rapporte Le Huffington Post. Parallèlement, a annoncé que son vaccin serait distribué en avril 2022, un vaccin qui pourrait convaincre les personnes réfractaires à l'ARN messager, rapporte Le Figaro.

Alors que plusieurs milliers de personnes n'ont pas encore fait leur rappel vaccinal, voilà qui pourrait régler les dilemmes de certains : Valneva propose en effet un vaccin qui fait appel à la technologie du « virus inactivé », technologie employée depuis plusieurs dizaines d'années.

La biotech franco-autrichienne, établie près de Nantes, a déjà décroché un contrat d'envergure avec l'Union européenne : 27 millions de doses sont commandées pour 2022, et potentiellement 33 millions de doses pour 2023. Autre grand contrat, le laboratoire a signé un accord pour la vente d'un million de doses au royaume de Bahreïn. Cette vente constitue son premier contrat hors d'Europe.

L'entreprise s'est métamorphosée

Depuis le début de la pandémie, l'entreprise est passée de 500 à 800 employés. L'action de la biotech avait chuté de 40 % en septembre, après l'annulation du méga-contrat avec le Royaume-Uni, résilié pour cause de retard et qui prévoyait pourtant la vente de 100 millions de doses. Mais avant cette décision, Londres avait déjà déboursé « plusieurs centaines de millions d’euros » dans ce projet. « Sans le soutien initial du Royaume-Uni, nous n’en serions pas là aujourd’hui », reconnaît Franck Grimaud, directeur général de la biotech. Avec les grosses commandes décrochées depuis, la biotech n'a cessé de grandir et de se métamorphoser.

 

14 décembre 2021

Les commentaires sont fermés sur cette publication.