Editoriaux - Réflexions - Société - 18 avril 2019

Le peuple quémandeur redevient-il le peuple bâtisseur ?

Comme d’habitude dans notre société du spectacle, les images ont soulevé un tsunami d’émotions dont la vague a produit des images qui saturent, avec leurs commentaires, tous les médias. Le spectacle du drame incite les spectateurs à se donner en spectacle. Or, la pièce offerte est toujours la même : la France ne donne plus de Te Deum. L’heure était à la repentance, à la contrition, à la modestie. Il est vrai que la médiocrité des performances, en dehors des exploits footballistiques, incite davantage à la retenue. La France s’est vouée au Requiem.

Le chœur des pleureuses fait salle comble : l’unité nationale ne se trouve que dans les larmes. La France y révèle une profonde imprégnation chrétienne, qui se souviendrait davantage du Vendredi saint que du dimanche de Pâques, des martyrs que des croisés libérant Jérusalem. Les jalons de ce chemin de croix national sont, après les attentats contre des lieux ou des gens qui n’étaient pas chrétiens, ou n’étaient pas visés en tant que tels, ceux du père Hamel, égorgé au pied de son autel, puis du colonel Beltrame, animé par une foi catholique aussi récente qu’intense, donnant sa vie à un terroriste. Et voici le cœur spirituel du pays qui s’embrase.

Pendant que tous les yeux se tournent vers Notre-Dame, le peuple français oublie la crise des gilets jaunes, ses attentes et les réponses présidentielles envoyées comme autant de ballons d’essai échappés de l’Élysée à l’insu du plein gré présidentiel, avec l’avantage de pouvoir être corrigés grâce aux sondages. Le peuple quémandeur redevient le peuple bâtisseur qu’il était au XIIIe siècle… S’agit-il bien du même peuple ? La question se pose. Tandis que de nombreux Français regardaient avec effroi et stupeur un trésor national partir en fumée, un certain nombre de provocateurs se sont, au contraire, réjouis du désastre soit pour y voir une punition méritée des chrétiens soit pour contempler l’humiliation des Blancs pleurant sur des bouts de bois en feu, comme le dit cette provocatrice récidiviste, vice- présidente à l’UNEF de Lille, Hafsa Askar. Le fait que des propos totalement inacceptables soient tenus, quasiment sans risque, n’est pas anodin. Derrière la façade de l’unanimité douloureuse, que le macronisme va tenter de récupérer sans vergogne, il y a la réalité d’une France qui se lézarde comme un édifice ancien mal protégé.

Que le Président appelle à l’union sacrée est dans sa fonction, mais aussi dans son intérêt. Au-delà de l’émotion passagère, l’ambiguïté des positions, le conflit des opinions referont surface. La France a, une fois encore, suscité la compassion du monde. Pauvre pays, accablé de gilets jaunes et de désordres sociaux et incapable de préserver ses joyaux, mais riche nation au patrimoine superbe qu’on viendra visiter et qu’on aidera dans sa détresse. Quand la Terre entière regarde Notre-Dame sauvée in extremis des flammes, voit-elle la fille aînée de l’Église catholique, à laquelle le Président s’est bien gardé de faire allusion dans son allocution télévisée, pense-t-elle à la patrie des droits de l’homme dont on nous rebat les oreilles ? Non ! Elle la voit avant tout vouée à la beauté, à ce raffinement présent dans ses trésors architecturaux comme dans son art de vivre.

La France, pays du luxe ? Pinault, Arnault, Bettencourt, autrement dit Kering, LVMH et L’Oréal, sont les trois premiers généreux donateurs pour la restauration de la cathédrale. Sans s’attarder sur l’avantage fiscal de ces dons, on remarquera qu’ils illustrent le paradoxe français d’une culture aristocratique dans un pays qui se croit une démocratie exemplaire. La générosité ciblée a aussitôt suscité des critiques au nom de la justice sociale. Derrière l’unité retrouvée du pays, combien de contradictions mortelles ?

Erik Tegnér : « Marche contre l’islamophobie : derrière cette manifestation clairement islamiste, les prémices d’un mouvement politique extrêmement organisé ! »

Expulsion de djihadistes vers la France : la Turquie menace, le gouvernement tergiverse

Destitution d’Evo Morales en Bolivie : les Américains reprennent la main… et les gisements de lithium au passage ?

« Marche contre l’islamophobie » : l’ultime conséquence de « la marche des beurs »

Jean Messiha : “Ce sondage confirme le changement qui s’opère partout dans le monde : le retour des identités et des frontières !”

Livre : Le pouvoir politique et l’islam , de Jean-Pierre Bedou

Alexandre del Valle : « Expulsion des djihadistes par la Turquie : la France est obligée de négocier avec des forces qui ne sont pas légitimes ! »

Le voile islamique de la princesse Victoria de Suède : à bien y réfléchir…

Mémoire des poilus bafouée sur France 2 : quand le héros devient bourreau

Étudiant immolé : comment avons-nous fabriqué ces générations de désespérés ?

Benjamin Cauchy : « Les gilets jaunes ne soutiennent pas cette marche de la honte ! »

Royaume-Uni : Boris Johnson et Nigel Farage ont fait l’union des droites au nom du Brexit !

À lire aussi

Manifestation contre l’islamophobie : l’humiliation nationale

Que la plupart des musulmans soient étrangers à ces violences va de soi. Que l’islam en so…