Hêtre ou ne pas hêtre ? Cette question existentielle hantait les arbres enracinés dans l’agglomération bordelaise. Huit mois après son élection, le maire de la ville a tranché. À l’image des humains, chaque variété sera protégée des affres de l’existence.

Quoique déjà proclamée devant l’Assemblée nationale, le 5 avril 2019, l’élu, poète à mi-temps, Pierre Hurmic a signé, ce mercredi 24 novembre, la « Déclaration des droits de l’arbre ». Entre autres bénéficiaires, le bouleau de souche sera autorisé à revendiquer ses racines, le chêne à clamer son appartenance à la terre de ses ancêtres et le saule pleureur à consoler Sandrine Rousseau. À l’inverse, le cocotier, non adapté au tempéré, sera bouté hors du territoire, placé dans un avion et ramené sous les cieux plus cléments de ses Tropiques natales.

Article 3 : « L’arbre doit être considéré comme sujet de droit, y compris face aux règles qui régissent la propriété humaine. » En conséquence, à Bordeaux comme ailleurs, tout citoyen poursuivi par un des agresseurs du centre-ville pourra trouver refuge dans l’excavation d’un chêne centenaire ou grimper au faîte d’un pin des Landes. Sous réserve qu’il n’occasionne aucun dommage à la plantation, il sera accueilli dans un d’égalité garanti par le document signé par Pierre Hurmic.

Afin de bénéficier de la bienveillance de la mairie, d’ores et déjà, des Bordelais ont été vus sortant de leur domicile couverts de multiples branchages. Les uns déguisés en platanes, d’autres en cerisiers du Japon. Outre le passe sanitaire, la municipale s’emploie désormais à vérifier l’authenticité végétale des habitants.

La signature de la « Déclaration du droit des arbres » intervient dans le cadre de la présentation du programme « Bordeaux grandeur nature » prévoyant la plantation de 1.600 arbres sur l’ensemble de la commune. Au terme de son mandat, Pierre Hurmic pense pouvoir assurer sa prochaine campagne électorale en se déplaçant de liane en liane. Après la végétalisation, rendue à l’état sauvage, Bordeaux entrera dans sa phase « animalisation » avec introduction d’ours affamés et de loups importés du parc national du Mercantour.

Selon les funestes prédictions de lors de son débat avec Éric Zemmour, la ville devrait être sous les eaux en 2050… Alarmé par les propos du prophète, Pierre Hurmic se serait attelé à la rédaction d’une « Déclaration des droits du poisson ». Encore du pain sur la planche… en bois d’arbre mort.

25 novembre 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

5 8 votes
Votre avis ?
38 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires