Le livre de l’été : La Reconquête (28)

reconquete

Pour lire le 27e épisode : ici.

Trois mois plus tard, septembre 2025, Trappes

La foule nombreuse était dans l’attente, de part et d’autre d’un grillage barbelé. Trappes avait fait partie des cités épargnées par les bombardements. Le « nettoyage » des djihadistes par des soldats d’élite, commandos en tête, avait pris trois mois. Immeuble après immeuble, l’infiltration des forces armées était venue à bout des islamistes. L’ultime poche de résistance avait cédé la semaine précédente. Marion avait voulu en faire le symbole de la fin de la crise : c’est là qu’avait dégénéré la première manifestation islamiste, c’est là que devaient être posées les premières briques de la réconciliation.

Elle arriva à midi. Des journalistes du monde entier étaient là, l’ensemble du gouvernement s’était déplacé, une immense partie des députés et des sénateurs était également venue. Le maire de Trappes accueillit la jeune présidente. Après un rapide discours d’introduction, elle laissa la place à Marion. Celle-ci alla saisir une pince coupante, descendit de scène et coupa un câble d’acier qui reliait deux grillages entre eux. La foule applaudit. Les images avant les mots, c’est ce qu’avaient décidé Marion et ses communicants. Elle revint sur scène, la tribune avait été orientée de façon qu’elle puisse faire face aussi bien aux habitants de Trappes libérés qu’aux autres.

« – Chers compatriotes, ainsi se ferme la triste période de la Reconquête, l’état de siège appartient au passé, l’heure est à la réconciliation nationale. Nous honorons aujourd’hui les 90.000 patriotes, militaires et civils, qui ont perdu la vie durant les six derniers mois en faisant face à 650.000 ennemis de notre nation. Ces héros étaient de tous horizons sociaux, géographiques, religieux. Ils ont donné leur vie pour un idéal qui les dépassait, qui dépassait même leur famille, leur communauté. Cet idéal, défendu par nos ancêtres depuis des siècles, c’est la France. Ce sont l’identité et les valeurs millénaires portées par notre pays, pays aux racines profondément enfouies dans la chrétienté mais toujours ouvert à d’autres horizons. Pays qui a toujours eu la volonté de proposer son idéal au monde entier, en tant que phare de la pensée chrétienne. »

Elle parlait avec émotion, consciente qu’elle posait les jalons d’une possible reconstruction de la nation française. Elle voulait recréer les conditions d’une destinée commune à tous les Français.

« – Notre pays a toujours survécu à ses adversaires. Ils furent Italiens, Espagnols, Anglais, Allemands, Russes. Toujours nous avons fini vainqueurs. Cette fois, ils étaient de nationalités diverses mais unis par une religion dévoyée par des faussaires. Cette fois, ils ne venaient pas de l’extérieur mais de l’intérieur. Cette fois, nous avons dû nous battre contre certains de nos propres concitoyens. Cela ne doit plus jamais se reproduire et nous allons maintenant tout mettre en œuvre pour préserver notre pays de toute guerre civile. »

Pour commander le livre : ici.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois