Face au nom de la ville, le sang du robot purificateur de Facebook n’a fait qu’un tour : « Bitche ». Commune de Moselle. « Salope », en anglais. Shocking. Une sirène retentit dans le bureau de . Ouin ouin ouin… « Appel à toutes les unités de stockage informatique, une ville française insulte nos gentils petits internautes. Suppression demandée. » Et la page officielle de la ville de Bitche de disparaître illico du réseau . Les faits se déroulaient le 17 mars. La salvatrice avait mis hors d’état de nuire cet espèce de bourgade sans doute constituée de soudards sexistes mal embouchés. L’appel à la haine était manifeste. Il y avait de l’électeur de Donald là-dessous. Le complot devait être étouffé dans l’œuf.

Suite à l’appel de la mairie auprès des instances du site, après trois semaines d’interruption, la page fut republiée. Les représentants français du robot concèdent une erreur d’appréciation de leur créature. Un être trop sensible. En larmes au moindre mot de travers. Ah, le calibrage de la haine n’est pas simple. Elle peut surgir d’ici, mais peut-être de là. Un nom de ville, un trait d’humour, les algorithmes peinent à suivre. Dieu seul saurait, mais il laisse les cerveaux de la Silicon Valley s’enliser dans le paramétrage des sentiments. Le ridicule les tuera. L’absurdité de leur démarche les condamne à suivre le même chemin que leurs ancêtres bolcheviques. Un peu de patience, que diable !

Auprès de Radio Mélodie, monsieur le maire, Benoît Kieffer, s’inquiète de cette censure qui peut à tout moment frapper une commune au nom heurtant la sensibilité du mondialiste intransigeant. Un mouvement de révolte pourrait voir quelques élus rebaptiser leur localité en guise de riposte aux puritains de Facebook. Dans la région parisienne, la création de « Fuck-you-sur-Seine » serait un bon début. Le tout écrit avec des fleurs sur un grand rond-point. Visible de l’espace ! Le survol de la interdit par la NASA. Mark Zuckerberg au bord de l’infarctus. Le Gaulois peut dégainer sa botte secrète en pratiquant l’injure par le nom de sa commune avec une grande cérémonie de réconciliation à la clé. « Les habitants de “Fuck-you” souhaitent la bienvenue aux petits caporaux de Facebook ». Doigt d’honneur sur le blason. Fanfare qui massacre l’hymne américain. « Les amis d’amis de mes amis sont mes amis » inscrit sur le fronton de la mairie. et bêtise naturelle réunies en une seule entité. Respect.

14 avril 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 10 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

5 1 vote
Votre avis ?
19 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires

À lire aussi

Jean Castex tente de vendre des mesures de répression d’occasion

Face à l'inacceptable, quantité de Darmanin et de matamores d'un jour se sont faits les sp…