Gérald Darmanin et le gouvernement, dans le cadre du projet de loi pour contrôler l'immigration et améliorer l'intégration, veulent créer une nouvelle carte de séjour destinée aux professionnels de santé pour attirer des médecins étrangers ainsi que d'autres professionnels de santé à venir travailler en France. Cette mesure est mise en avant par les communicants du gouvernement, Olivier Véran en tête, pour nous expliquer qu'ils vont ainsi lutter contre le manque de médecins en France.

Les esprits chagrins pourront voir dans cette mesure un argument pour valoriser une réforme qui, en réalité, ne changera vraisemblablement pas grand-chose au problème de l'immigration, sachant que depuis une trentaine d'années ou plus, celle-ci est voulue par nos dirigeants qui font mine d'en subir les conséquences plutôt que de chercher à la réglementer et à l'organiser en fonction de nos besoins.

Ce projet de loi prévoit; en effet, la création d'une carte de séjour pluriannuelle dénommée « talent-professions médicales et de la pharmacie » destinée à faciliter l'exercice des médecins, sages-femmes, dentistes ou pharmaciens étrangers en France.

Cette carte est destinée aux professionnels de santé et à leur famille, à condition qu'ils soient recrutés par un établissement de santé public ou privé à but non lucratif. Elle permettra de simplifier les formalités administratives afin d'« améliorer la lisibilité et l'attractivité du droit au séjour pour ces publics qualifiés, tout en tenant compte des enjeux de vérification de l'aptitude des professionnels étrangers à exercer dans le domaine hospitalier » (sic). La durée de la validité de cette carte sera d'un à quatre ans et dépendra de la validation par le praticien des épreuves de vérification de connaissances qu'il devra passer.

Si les médecins étrangers en provenance d'un pays de l'Union européenne dans lequel il existe une équivalence de diplôme sont dispensés d’examen de contrôle et peuvent s'installer aussi bien en ville qu'à l'hôpital, en revanche les praticiens venant d'autres pays doivent satisfaire à un contrôle des connaissances et, avant de pouvoir espérer exercer hors hôpital, ils devront effectuer un stage de trois ans au moins dans un établissement public.

Cette mesure favorisera les hôpitaux qui fonctionnent déjà en grande partie (dans les services d'urgences en particulier) grâce à des praticiens étrangers obligés d'accepter des postes de médecin-attaché ou de médecin-assistant avec des salaires bien moindres que ceux des praticiens hospitaliers, et ce, pour le plus grand bonheur de l'administration, car si le salaire est inférieur, le travail, lui, est strictement identique.

En revanche, ces nouvelles dispositions n'auront aucun effet pour améliorer la situation des friches médicales qu'on observe dans nos campagnes et même dans certains quartiers urbains, car ces praticiens ne pourront pas s'installer en clientèle privée.

La venue de médecins étrangers pourra sans doute apporter un peu d'oxygène à des services hospitaliers agonisants mais ne résoudra pas le problème de l'accès aux soins en ville ou en campagne, qui est lié au manque dramatique de jeunes médecins. Jeunes médecins qui ne veulent plus travailler comme le faisaient ceux de la génération précédente. On peut les comprendre, mais en période de pénurie, cela aggrave d'autant plus l'accès aux soins, et ce problème risque devenir un véritable enjeu de santé publique dans les mois et années à venir.

Ce chapitre à visée sanitaire de la loi sur l'immigration que le gouvernement va soumettre au Parlement en 2023 ne doit pas masquer les vrais problèmes liés à l'immigration qui ne semblent pas devoir être résolus de manière durable par ce énième texte.

5191 vues

25 décembre 2022 à 19:20

Pas encore abonné à La Quotidienne de BV ?

Abonnez-vous en quelques secondes ! Vous recevrez chaque matin par email les articles d'actualité de Boulevard Voltaire.

Vous pourrez vous désabonner à tout moment. C'est parti !

Je m'inscris gratuitement

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

53 commentaires

  1. Ce n’est pas en pillant les ressources humaines des pays extérieurs à l’UE qu’on va améliorer la situation sanitaire des pays en voie de développement, ceux-là mêmes où apparaissent bien souvent les maladies nouvelles contre lesquelles nous prétendons lutter.

  2. Ce « chef des tas  » et ces godillots de sinistres ministres ont réussi a amener la FRANCE au bord de l’abîme . La FRANCE , notre FRANCE qui fut jadis le phare culturel et moral d’une grande partie du monde .C’est aujourd’hui une pétaudière ou règne une bacchanale totale ,sombrant dans la folie sous le regard béat des Français . Et l’ensemble de l’europe suit la même voix . La FRANCE c’est fait une spécialité d’exporter des BAC +7 et d’importer des BAC -7 ,voilà ou nous en sommes avec les gougnafiers à la tête d’un état failli . Macron ne règle pas les problèmes ,il en crée d’autres . Albert Einstein a dit :  » On ne règle pas les problème avec ceux qui les ont créés » .

  3. C’est dingue ce que le citoyen lambda est plus lucide sur la situation que le plus bête des politiques.

  4. Lorsque l’on a dans ce gouvernement plusieurs ministres issus de l’immigration dont un franco marocain comme ministre de l’intérieur, 2 gauchistes invertébrés à la justice et à la tête, tout cela managé par une équipe de jeunots et de minottes , immatures et sans expérience badant un petit roi Louis XV , imbu que de lui !!! comment voulez vous que de bonnes mesures soient prises concernant l’immigration ? Vous rêvez ??Aucun bi national en politique du maire au ministre, conflit d’intérêt !!
    Sortir les décisions sur ce sujet de l’Europe, suspendre pendant 2 ans le droit du sol et le regroupement familial,
    Verbaliser à mort les fils des bobos consommateurs de drogue , mettre l’armée pour vider caves et garages et la police pour vider les appartements des dealers, arrêter tous les blacks blocks en les encerclant, et dans deux ans faire le point sans oublier de revoir tous les textes de lois qui permettent à des avocats toutes sortes de recours pour les OQTF et j’oubliais monter les centres de rétention dans les iles Kerguelen !!

    1. Voilà un bon résumé de la situation et des mesures qui ont au moins le mérite d’être claires, bravo !
      Hélas nos zélites sont à 1000 lieues de vouloir régler les problèmes, leur logiciel est différent de celui de l’écrasante majorité des français…
      Piller les potentielles ressources humaines de l’Afrique est de plus une idée immonde, un peu de décence ferait du bien à ce gouvernement !

Les commentaires sont fermés.