Le 10 février s’est tenu le traditionnel discours de « l’état de la nation » dont le but est de dresser le bilan politique et économique de l’année. Lors de cette prise de parole, Viktor Orbán a annoncé sept mesures phares d’un programme d’aides aux familles sans précédent.

Des mesures fiscales totalement inédites en faveur des femmes et mères de famille. Viktor Orbán donne, entre autres, 31.000 euros aux mères de famille de trois enfants (par le biais d’un prêt accordé lors du mariage et annulé à la 3e naissance). De plus, à partir de quatre enfants, une femme est exonérée d’impôt sur le revenu à vie !

Viktor Orbán a aussi décidé de rembourser entièrement l’achat (à hauteur de 7.800 euros) d’une voiture de sept places pour les familles nombreuses. Ce programme d’aides est une première historique, le gouvernement hongrois innove en instaurant un congé grand-parental.

Viktor Orbán entend répondre au problème de la baisse de la natalité que rencontre chaque pays de l’Union européenne : « Nous vivons une époque où, en Europe, il naît de moins en moins d’enfants. Les Occidentaux y répondent par la migration. Que ceux qui manquent entrent, et les chiffres seront en ordre. Les Hongrois le pensent autrement. »

Selon le Premier ministre hongrois, ce programme est largement plébiscité par le peuple magyar : « Nous avons d’abord créé l’unité nationale autour du thème de la famille : 1.350.000 personnes ont pris part à la consultation nationale, et d’après les sondages, 80 % de la population soutient la du gouvernement. »

14 février 2019

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.