L’on pensait que la France était chrétienne depuis seize siècles avec le baptême de Clovis. L’on pensait également que, depuis 1905, la laïcité était érigée en sacro-sainte religion républicaine. L’on pensait, enfin, que la décapitation de Samuel Paty nous aurait ouvert les yeux sur cette guerre religieuse qui se joue sur nos terres. Mais non. Malgré les nombreuses victimes innocentes, martyrs du islamiste, et dopée par son cachet quotidien de « padamalgam », la France continue de verser dans l’« allahicité ». Pour preuve, cette déclaration pour le moins surprenante, si ce n’est illégitime, d’un représentant de l’État français, sans doute trop pressé de voir la prophétie houellebecquienne se réaliser, avouant : « La France est un pays musulman. »

Un nouveau pas vient d’être franchi dans la dhimmitude de notre pays baptisé, jusque-là, France fille aînée de l’Église. Lors d’une émission télévisée, un journaliste de la chaîne suédoise SVT interrogeait Étienne de Gonneville sur le risque que la situation tourne au conflit dans ce contexte tendu entre le monde arabe et notre pays. Et l’ambassadeur de France en Suède d’affirmer, benoîtement : « Tout d’abord, la France est un pays musulman. L’islam est la deuxième religion de France. Nous avons entre quatre et huit millions de citoyens français qui ont un héritage musulman. »

Non, la France n’est évidemment pas un pays musulman et l’héritage de notre pays est bien avant tout antique et judéo-chrétien, n’en déplaise à cet ambassadeur qui n’a qu’à se rappeler ce blanc manteau d’églises qui couvre nos contrées, qu’il a certainement depuis la Suède oublié. Certes, l’islam est devenu la deuxième religion, avec huit millions de musulmans dans notre pays, et nous avons déjà accepté des rayons halal dans les supermarchés, des horaires aménagés dans les piscines, des menus différents dans les cantines. Néanmoins, de là à affirmer que cela en fait un pays musulman est un raccourci relevant de la mauvaise foi, qui trahit tant nos racines que notre identité. 38 millions de Français se considèrent encore chrétiens dans notre pays pourtant déchristianisé.

Jusqu’à preuve du contraire, la France n’est pas un pays musulman car elle est également le pays de cette égalité entre les hommes et les femmes, où la polygamie est interdite et où la religieuse permet à tout individu de pratiquer ou pas, de se convertir ou pas, sans risquer une fatwa. La France hier, demain, et aujourd’hui, c’est le mont Saint-Michel, Notre-Dame de Chartres ou Notre-Dame de Paris ; c’est Lisieux, ou Domrémy ; c’est la basilique des rois à Saint-Denis ; c’est Pascal, Bernanos ou Charles Péguy ; c’est cette multitude de sanctuaires dédiés à la Vierge Marie ; ce sont tous ces monastères où l’on travaille et l’on prie. Que l’on soit chrétien ou pas, pratiquant ou pas, et qu’on le veuille ou pas, notre Histoire de France est imbriquée à tous ces saints que nous honorerons dimanche à la Toussaint, lors de cette fête inscrite à notre calendrier grégorien.

29 octobre 2020

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.