La préfecture de police de Paris a sans doute pensé que la colère des bouquinistes serait moins audible au creux de l’été : elle a attendu le 25 juillet pour envoyer le courrier leur notifiant d’avoir à dégager des quais de Seine lors de la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques 2024. Pour des « raisons de sécurité », les 570 boîtes vertes situées « dans le périmètre de sécurité de la cérémonie d’ouverture devront être enlevées ». En parallèle, la mairie de Paris assure qu’elle se chargera avec tout le soin nécessaire du déménagement desdites boîtes, qu’elle les rénovera, même, avant repose. Lorsqu’on sait comment Hidalgo tient ses engagements, on peut craindre de ne jamais revoir les boîtes sur les quais dès lors qu’elle en auront disparu.

Le dernier « petit métier » parisien

Certes, beaucoup de bouquinistes ne vendent plus de livres mais des babioles à touristes et des reproductions d’affiches du Chat noir ou d’Aristide Bruant, industrie stupide qui constitue un détournement du métier. Certains, parmi ceux qui vendent encore des livres, sont de piètres commerçants : ils ne cachent pas leur mauvaise humeur lorsque le client – crime de lèse-majesté – demande à sortir le livre de son plastique crasseux pour juger de son état réel. N’empêche qu’ils font partie du paysage, nos bouquinistes, depuis 450 ans qu’ils sont là. Nul « flâneur des deux rives » ne peut être insensible à leur déplacement. « Toute personne qui a un minimum de culture ne peut concevoir qu’on célèbre Paris sans les boîtes sur les parapets. Les bouquinistes sont à Paris ce que les gondoliers sont à Venise. Nous sommes le dernier "petit métier" parisien », nous explique Jérôme Callais, président de l’Association culturelle des bouquinistes de Paris, joint par téléphone.

« Nous voulions, explique-t-il à Boulevard Voltaire, la protection de nos outils de travail, pas leur éradication, même temporaire. C’est une décision bureaucratique qui a été prise sans concertation. Le dialogue n’est ouvert que pour fixer la modalité de déménagement ! Or, nos boîtes, qui ont parfois trente ou quarante ans, ne sont pas prévues pour être démontées et baladées. L’enlèvement de 600 boîtes en sept jours, comme c’est prévu, est irréaliste et coûteux : encore une aberration bureaucratique. »

Village Potemkine

Maladresse ou cynisme, la mairie propose en contrepartie d’organiser un « Village des bouquinistes »« afin de mettre en valeur ce métier et de leur permettre de bénéficier des opportunités et des retombées touristiques ». Lors de l’Exposition universelle de 1889, les Parisiens venaient voir les Africains dans des « villages indigènes ». En 2024, viendront-ils voir, devant une boîte factice, les bouquinistes autochtones priés de mimer une transaction fictive avec un faux client ?

Les Jeux olympiques sont censés être un écho de la civilisation grecque, mais ils trouvent dans nos cultures modernes d’étranges résonances barbares. Ils ont été l’occasion de détruire des pans entiers du vieux Pékin ou des favelas de Rio de Janeiro, contre l’avis même des gens qui y logeaient. Trop souvent, sous couvert d’« aménagements » a lieu une destruction brutale et irréversible. Paris n’est déjà que trop saccagée. Les Jeux et leur flamme en valent-ils la chandelle ?

En attendant, les bouquinistes des quais présentent un front uni. Jérôme Callais nous rappelle un précédent. « Sous le Second Empire, le baron Haussmann voulait transférer les bouquinistes à l’ancien marché à la volaille vers la rue Saint-André-des-Arts pour que les quais retrouvent "leur pureté originelle". Ils ont fait intervenir un célèbre érudit de l’époque, connus sous le pseudonyme de "bibliophile Jacob", avocat et ami de l’Empereur. Il s’est fait le porte-parole des bouquinistes auprès de Napoléon III et le baron Haussmann a mangé son dossier. Nous ne désespérons pas. » À défaut d’un bibliophile qui aurait l’oreille d’Anne Hidalgo ou d'Emmanuel Macron, les bouquinistes comptent sur le soutien populaire pour les défendre.

Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le 01/08/2023 à 21:44.

8723 vues

28 juillet 2023 à 23:07

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

47 commentaires

  1. Ou la débilité d’une municipalité , les bouquinistes font partie du décors de Paris au même titre que la tour Effel .Les touristes qui oseront venir (un peu téméraires) en France au moment des J.O seront déçus de ne pas pouvoir « chiner » vers les bouquinistes ,la seine sera triste ,triste scène . Sans doute la municipalité sous la férule de madame la mairesse préfère les spectacles vivants des rats et ou surmulots . La France dégringole et des gens curieusement élus qui n’ont aucune culture, aucun bon sens ,aucun amour propre ni aucune dignité s’entêtent dans la destruction du pays qui les fait vivre , même pas la reconnaissance du ventre . Souvent ou parfois la faute est dûe aux Français qui ne réagissent plus , laissent piller et filer leur pays ,leur culture ,leur savoir faire , lobotomisés , anesthésiés ,dégénérés intoxiqués par la majorité des médias idéologiques trop grassement subventionnés et robotisés par la bien pensance .

  2. Que de sacrifices pour arriver à cette inévitable Berezina que seront les JO 2024 pour la caste de pieds nickelés qui nous gouverne, mais hélas et surtout aussi pour notre pauvre France dont ils se soucient comme d’une guigne. Si au moins cela pouvait servir à nous en débarrasser …

  3. Du grand n’importe quoi, cela n’est pas étonnant de la part d’Hidalgo et des valets de la préfecture de Paris.

  4. Toute mon enfance (1954 à 62) et ma jeunesse insouciante (1964 à 75 ) qui vont finir de partir en fumée ! Mon porte-monnaie contenait rarement plus de 5 francs et 2 tickets de métro, mais j’y dénichais des partitions d’occasion cornées et des livres de Cesbront oubliés, en plus des jolies images de poulbots pour décorer ma chambre… Avec le sourire et le barratin inéeressant des vendeurs (euses) qui mettaient de la joie dans la journée , au printemps surtout..

  5. Bien sûr, les ventes par certains de babioles à touristes et le manque de souplesse de certains autres existent depuis longtemps chez les bouquinistes, mais le contexte général de cette corporation demeurait sympathique, et typique du quartier. Il est fort à craindre qu’ils ne réapparaissent pas après le tsunami des JO ! Notre Paname poursuit son agonie!

  6. Bien sûr, les ventes par certains de babioles à touristes et le manque de souplesse de certains autres existent depuis longtemps chez les bouquinistes, mais le contexte général de cette corporation demeurait sympathique, et typique du quartier. Il est fort à craindre qu’ils ne réapparaissent pas après le tsunami des JO ! Notre Paname poursuit son agonie, et ce qui restera Paris risque de la payer très cher.

  7. Je souhaite et ne suis pas le seul , que ces JO n’aient pas lieu , ce serait un signe qu’il s’est passé quelque chose .

    1. La chute de Paris est prévue avant 2024. Et Lutèce sera vidée des tous ses habitants. Les historiens se disputeront sur la conséquence de la guerre en Ukraine, pendant que les religieux s’accorderont sur l’arrivé de l’antéchrist à l’Elysée. Quant aux astrologues, la réception d’un météorite en région parisienne leur semblera plus exact suite aux diverses prédictions Mariales. Les JO de Paris 2024 n’auront pas lieu parce que Jo Biden et ses Deep States ne le voudront pas.

Les commentaires sont fermés.