Dans une interview diffusée, le dimanche 13 juin, sur TF1 dans « Sept à huit », Mila, devenue la figure du cyber-harcèlement après des critiques sur l’, répond à Audrey Crespo-Mara et évoque son avenir très sombre dont elle « ne sait même plus quoi penser ».

Sa vie a basculé le 18 janvier 2020, lorsqu’elle a diffusé sur les réseaux sociaux une vidéo dans laquelle elle critiquait l’. Depuis, elle est insultée et menacée de mort quotidiennement et doit vivre recluse chez ses parents, déscolarisée et sous protection policière. Elle avait 16 ans, à l’époque. Elle en a désormais 18 et a décidé d’écrire un livre pour faire comprendre ce qu’elle traverse et dénoncer une injustice.

« Quand on me demande “Tu te vois comment, dans cinq ans ?” Je me vois peut-être grande brûlée, peut-être avec une jambe arrachée, ou peut-être morte. Peut-être que je serai morte, dans cinq ans. Je vais forcément ne pas rester en vie », explique-t-elle devant les caméras de TF1. « C’est dans ces moments-là que je me mets à pleurer. Parce que je ne suis pas capable de voir mon avenir comme les autres. »

Toujours active sur les réseaux sociaux, la jeune femme reçoit quotidiennement des insultes. Elle en cite certaines dans son livre qui sort le 16 juin, Je suis le prix de votre liberté. Un internaute lui a dit : « On t’a fait prisonnière dans ton propre pays. » Ce qu’elle confirme : « Même quand je suis dehors, je suis en prison. » Pour sortir et être en , elle doit se camoufler, qu’on ne la reconnaisse pas, mais ça, elle refuse. « J’ai besoin de vivre ! C’est très difficile de sortir camouflée. »

Mila se sent très seule malgré les soutiens « silencieux » et dénonce la lâcheté de la France face à l’ : « J’étais pourtant persuadée que mon pays n’était pas comme ça […] Je vois la lâcheté partout autour de moi… Personne ne fait rien parce que les gens ont . »

 

 

13 juin 2021

Les commentaires sont fermés sur cette publication.