J’ai beaucoup apprécié la rigueur avec laquelle vous avez stigmatisé et dénoncé les manifestations d’un séparatisme islamique en devenir, si ce n’est déjà en actes, dans notre pays. Sans doute pour la première fois de la part d’un président de la République depuis bien longtemps ! Il faut dire que vos prédécesseurs vous y ont contraint, même si, au début de votre mandat, vous n’y avez pas cru… Vous pensiez peut-être pouvoir refiler la « patate chaude au successeur »… Mais ce n’était plus possible ; et vous avez eu le courage de le faire. Alors, je salue ce premier effort ; mais il n’est pas suffisant…

Au fond, le cœur de votre diagnostic et de votre pari est qu’il faut pouvoir créer un de France , un islam des Lumières. Grande ambition ! Certains diront : prétention ! Voire contradiction, car comment un État laïc peut-il dicter quoi que ce soit à une religion ? L’islam des Lumières est une vieille lune que beaucoup de spécialistes ont écartée comme étant irréaliste et contraire à la nature profonde de l’islam tel qu’il existe aujourd’hui à partir des versets du Coran et des textes des sourates.

Toutefois, votre idée sera bonne si vous allez plus loin que vous ne l’avez fait.

Si l’on prend en compte à la fois la fragilité du monde islamique en raison de ses divisions internes et l’attirance constituée par les vraies valeurs de l’Occident à l’égard de la population musulmane dans sa grande majorité, pour vous qui aimez casser les codes, ce sera l’enfance de l’art ! Voyez de quoi il s’agit.

L’idée est assez simple. Vous avez fait le diagnostic qu’il y a, dans l’islam, des idéologues qui utilisent des versets du Coran et des passages de différentes sourates pour entretenir leur idéologie, leur violence, leur violation des droits fondamentaux des personnes, et particulièrement des femmes, etc. Il suffirait donc, comme certains spécialistes d’ailleurs le proposent déjà depuis bien longtemps, de demander aux représentants de l’islam en France et aux imams pratiquant sur notre sol de renoncer explicitement et officiellement à tous ces textes qui sont les pourvoyeurs des idéologues, des islamistes et des terroristes.

Sur le terrain de la laïcité, vous n’auriez rien à craindre, puisqu’il suffit de se retrancher derrière le respect de nos valeurs républicaines.

Reste – attention, détail important – qu’il faut que cette renonciation soit accompagnée également de la renonciation explicite à l’utilisation de la taqîya. Puisque vous savez sans doute, grâce à toutes les études qui ont été faites autour de vous et qui vous ont été rapportées, que celle-ci est la préconisation, dans le Coran, de l’utilisation de la tromperie et du mensonge à l’égard des non-musulmans.

À ces conditions, vous pourrez laisser s’ouvrir les mosquées et se perpétuer l’enseignement musulman dès lors que ses propagateurs et ses imams auront pris ces engagements, de manière publique, explicite ; avec sanctions à la clé, bien sûr.

Je pense que vous y êtes prêt. Reste à convaincre toutes nos fausses autorités morales, sociales, culturelles, religieuses, médiatiques et politiques ; là, j’avoue que je vous souhaite du courage, mais vous n’en manquez pas… Vous savez, tous ceux qui distribuent les bons et les mauvais points à longueur de temps à ceux qui ne pensent pas conformément à cette doxa à laquelle il faudra sans doute vous attaquer par la même occasion ; mais je ne voudrais pas trop vous en demander à moins de deux ans de l’élection présidentielle….

En tous les cas, je compte sur vous, maintenant que vous avez fait ce premier effort… Il en va du devenir de la France si nous ne voulons pas que le séparatisme islamique nous conduise à ce dont il n’est que la rampe de lancement, c’est-à-dire la dramatique opposition entre le « Dar-el-islam » (demeure de la paix et de la justice) et le « Dar-el-harb » (demeure de l’injustice et de la mécréance).

Le blog de Bernard Hawadier.

5 octobre 2020

À lire aussi

Dupond-Moretti : son patrimoine est certes clinquant, mais il est le fruit de son travail

L'article à l'encontre d'Éric Dupond-Moretti m’a conduit à penser que s’il y a une bien-pe…