Entré récemment dans le dictionnaire, le mot « complotiste », ou « conspirationniste », désigne une personne qui récuse la version communément admise d’un événement et cherche à démontrer que celui-ci résulte d’un complot fomenté par un groupe, un mouvement, une minorité active : une puissance financière, un gouvernement, etc.

Pendant un temps, l’écroulement des tours de New York était jugé par quelques-uns comme le fait d’un complot. Celui-ci n’a jamais pu être démontré. Les mis au pied du mur ont fini par abandonner. Encore plus énorme : l’homme ne serait jamais allé sur la Lune. Malgré le nombre important d’ingénieurs et de techniciens, de réalisateurs, de caméramen, et les témoignages des astronautes et de leurs proches, ceux-ci auraient joué la comédie sans jamais se trahir ni avouer ; ni un immense public, ni les images extraordinaires de la Terre vue de la Lune n’ont pu dissuader 6 % des gens a priori normaux de croire au complot. Selon eux, tout a été tourné en studio. Pourtant, là non plus, les complotistes n’ont pas pu prouver la supercherie. Leurs arguments ont tous été démontés un à un.

Quand une célébrité meurt dans un accident de voiture, une certaine quantité de gens y voient un complot. Pendant un moment, la mort de l’humoriste Coluche puis celle de la princesse Diana ont été considérées comme criminelles. Les médias s’en amusaient, alimentaient même la suspicion ; cela faisait de l’audience, jusqu’au jour où la réalité des accidents était incontestée. Est-ce pour autant que les complots d’État ou de puissances d’argent n’existent pas ?

En ces temps de pandémie, les maladresses et revirements de nos gouvernants nous donnent le droit de nous poser quelques questions. Après tout, serait-ce si invraisemblable qu’une poignée de riches nous gouvernent, donc nous manipulent, alors que les régimes oligarchiques existaient déjà chez les Grecs ?

Pourquoi l’aéroport de Roissy ne filtrait ni ne contrôlait, encore tout récemment, aucune arrivée de passager de l’étranger, pendant que les amendes pleuvent pour ceux qui ne portent pas de masque dans la rue ?

Pourquoi diable l’Ordre des médecins, l’OMS et l’industrie pharmaceutique s’acharnent-ils contre le professeur Raoult – dont la réputation mondiale n’est plus à faire – et contre son médicament pas cher qui soigne et guérit des populations entières depuis de nombreuses années ? Veut-on faire peur au plus grand nombre en attendant le vaccin… obligatoire ? Les récentes interventions des professeurs Perronne, Toussaint ou Crabbé sont riches d’enseignement.

« La réalité dépasse la fiction », nous dit l’adage. Dans chaque film de James Bond, le grand méchant comploteur rêve de dominer le monde. Cet échelon suprême de la réussite serait-il une pathologie réelle de milliardaire ?

Les patrons des entreprises les plus fortunées de la planète (les GAFAM) annonçaient encore, peu avant la pandémie, sans rire, leur objectif de vaincre la mort par la science et la technique et rendre l’homme immortel [1] d’ici la fin du siècle… avec quelques milliards de dollars. Quand on pense que l’un d’eux, Bill Gates, s’occupe de vaccins, ça fait froid dans le dos. Est-ce que l’impuissance générale face au Covid-19 les aura ramenés à plus d’humilité et de raison ? Et, franchement, vous connaissez beaucoup de gens qui aimeraient vivre plusieurs siècles dans cet univers ?

Dans ce monde de fous, on préférera peut-être écouter un grand homme dont la sagesse est toujours reconnue depuis deux mille ans. Il disait déjà : « Nul ne peut servir deux maîtres ; car, ou il haïra l’un et aimera l’autre, ou il s’attachera à l’un et méprisera l’autre : vous ne pouvez servir Dieu et Mammon » [le démon de la richesse]. On retrouve la pensée de cet homme dans la Bible, le plus lu de tous les best-sellers, et il s’appelle Jésus-Christ.

Les progressistes matérialistes des pays riches, si sûrs d’eux hier, semblent aujourd’hui aussi désemparés que ceux qui les gouvernent. On peut en conclure que Dieu va revenir à la mode. Et plus vite qu’on ne croit.

[1] L’Express du 10 août 2017, « Les nouveaux milliardaires ont un objectif : tuer la mort. »

À lire aussi

Un crime barbare de plus. Les vrais responsables devront un jour rendre des comptes

Enfant, je n’aurais jamais imaginé, sauf dans mes pires cauchemars, voir dans ma douce Fra…