Editoriaux - Education - Société - 19 février 2019

Il faut savoir écrire pour trouver du boulot ? Cé pa fo

Alors, c’est comme ça : il faudrait une bonne orthographe pour trouver un bon job ? Non mais, allô, quoi ! C’est quoi, ce monde rétrograde aux vieilles lunes fascisantes ! Les txt et les QCM, cé kan mm pas fait pr les chiens !

C’est “l’autre” information qui fait l’actualité : dans l’air du jour, il y a l’antisémitisme ET l’orthographe. Comprenez celle, désastreuse, de la grande majorité de nos concitoyens, lesquels sont à 20 % « en situation d’illettrisme », rappelons-le. Alors, entre rien du tout et pas grand-chose, ça fait beaucoup de monde, forcément…

Et, comme toujours, on découvre l’eau tiède. Révélation du jour : un employeur emploiera de préférence un employé qui écrit correctement la langue de son pays. Ouhhhh, ça c’est une info, coco !

Notez bien, voilà quelques années qu’on tire la sonnette d’alarme. Sans succès, sinon pour les entreprises qui font commerce des stages et autres remises à niveau à la sortie des écoles ou au boulot, histoire de combler les lacunes en forme de gouffre creusées dans les cerveaux par l’Éducation nationale.

Je retrouve, ainsi, les résultats d’une étude de 2015 : « Selon la plus grande base de données concernant l’orthographe et les Français, du collégien au salarié, le niveau a sensiblement baissé entre 2010 et 2015. » Établies à partir du Projet Voltaire, alors « premier service en ligne personnalisé de remise à niveau », les utilisateurs du logiciel maîtrisaient, en 2010, 51 % des 84 règles d’orthographe de référence. En 2015, ils n’étaient plus que 45 % sur un panel de 85.000 personnes. Encore ceux-là étaient-ils conscients de leurs lacunes et volontaires pour l’exercice…

Le Projet Voltaire annonce, aujourd’hui, 5 millions d’utilisateurs, 3.000 établissements d’enseignement et 1.000 entreprises partenaires. Depuis les classes préparatoires aux grandes écoles en passant par les établissements de prestige jusqu’aux grandes entreprises, c’est la grande foire du rattrapage scolaire.

Commentaire, en 2015, d’une sociologue : « On n’a jamais autant écrit qu’aujourd’hui, on ne peut plus vivre sans taper sur son clavier. Autrefois, c’était plutôt réservé aux gens instruits. Forcément, on voit plus de fautes. » Analyse bidon. L’année 2014, centenaire de la Grande Guerre, a vu la publication des courriers des poilus. Il faut les lire, comme je lisais, enfant, les cahiers de composition de ma grand-mère… C’est édifiant !

Aujourd’hui – quelle nouveauté ! –, on s’avise, comme titre le Huff, que « plus qu’une maniaquerie (sic) de recruteur, une orthographe exemplaire est un critère déterminant aux yeux de votre employeur, futur ou présent ». On pourrait ajouter des ongles propres, un langage soutenu et une tenue décente…

C’est, cette fois, la maison Bescherelle (notre vieil ami à la couverture orange devenu “coach en orthographe”) qui s’est offert un sondage OpinionWay. Conclusion stupéfiante, s’il en est : « Si 52 % des 200 DRH interrogés ont déclaré avoir déjà écarté une candidature à cause de fautes d’orthographe dans le CV ou la lettre de motivation, cela va plus loin qu’un critère de sélection et peut même devenir une entrave à la progression d’un parcours professionnel. »

Ainsi, « 44 % des DRH reconnaissent que le faible niveau en orthographe d’un collaborateur a pu “susciter des remarques” et 15 % que de telles failles ont pu “freiner une promotion”. Pour pallier les difficultés de certains employés, plus de la moitié des DRH (54 %) seraient prêts à financer des séances de remise à niveau. »

Merci qui ?

Merci les méthodes d’enseignement au primaire qui, depuis des décennies, fabriquent des handicapés de l’orthographe et de la grammaire (on en connaît, hélas, parmi les enseignants eux-mêmes !) et nous font, chaque année, reculer dans les classements internationaux… ouvrant ainsi une voie royale au business très florissant de la remise à niveau.

Encore une fois, cherchez l’erreur…

À lire aussi

Débats télévisés : en gros, LREM réclame un comité de censure en direct !

Monsieur Canfin se cramponne donc. Il sent le bateau qui tangue et s’agrippe au bastingage…