Guillaume Bernard réagit après l’allocution d’, lundi soir.

Le président de la République a annoncé un confinement jusqu’au 11 mai au moins, mais rien d’autre de substantiel. Qu’en pensez-vous ?

Il a osé commencer son intervention en rejetant la responsabilité sur l’imprévisibilité du virus alors que, d’après Mme Buzyn, le gouvernement était au courant depuis janvier. Il y a aussi eu le cas chinois ! Il a aussi parlé d’informations partielles et changeantes, alors que c’est lui-même et son gouvernement qui n’ont cessé d’utiliser des injonctions contradictoires et variant en fonction du temps. Je trouve cela honteux. Je crois qu’on se moque de nous.

Parmi les mesures annoncées, certains secteurs d’activités devraient reprendre normalement au fur et à mesure à partir du 11 mai. Il a annoncé que des masques seraient distribués à tout le monde, qu’ils seraient obligatoires dans les transports en commun. Il a lancé beaucoup de pistes, mais pas grand-chose de concret…

La défaillance de l’État est absolument patente. Concernant les tests et les masques, Emmanuel Macron les a annoncés probablement à partir du 11 mai, c’est-à-dire qu’il les annonce pour la fin du confinement, alors qu’ils auraient été utiles pour l’éviter. Il a quasiment passé sous silence la dépression économique, la gravité de la situation pour les TPE et PME, pour le tissu économique et social réel. Deux mois sans activité, ce sont de nombreuses petites et moyennes entreprises qui vont se retrouver dans une situation catastrophique. Il a essayé de rassurer, mais il est évident que la gravité de la situation va être encore plus importante après la fin du confinement général.

Il a toutefois déclaré qu’à partir du 11 mai, nous serions tenus au courant semaine par semaine de l’évolution de la reprise économique. Le chômage partiel va être reconduit, les charges allégées… Cela ne devrait-il pas aider les épargnants, salariés et chômeurs ?

Je suis extrêmement dubitatif parce que deux mois de non-activité pour un assez grand nombre d’entreprises, c’est extrêmement grave. Ces mesures seront, d’ailleurs, payées par le contribuable ! Les charges qui pèsent sur lui ne vont cesser d’augmenter : Bruno Le Maire a annoncé, il y a quelques jours, que des efforts seraient demandés aux Français. Je crains que des ponctions sur les comptes bancaires des Français ne soient envisagées comme solution pour éviter la faillite générale.

Les frontières françaises ne seront pas fermées, au contraire des frontières européennes. Qu’en penser ?

Emmanuel Macron se rattache à nouveau à son idéologie qui travaille pour la construction européenne. Il ne peut pas revenir à l’idée que la nation est véritablement le cadre naturel de la vie politique et sociale. Il a annoncé qu’il faudrait une certaine indépendance stratégique et industrielle, et cela, au niveau européen et non pas au niveau national. Je crains qu’il n’ait pas encore compris que ce sont les principes mêmes du régime dans lequel nous vivons, c’est-à-dire le mondialisme, le rationalisme, le subjectivisme, l’indifférentisme moral, le progressisme, qui sont balayés par la situation que nous connaissons. Il n’a pas encore compris que c’est le régime même qui est véritablement en cause. Je crois que l’on se moque de nous en ce moment, et peut-être faudra-t-il, demain, que l’on change de régime.

À lire aussi

Guillaume Bernard : « Il n’y a aucun chef aux LR qui s’impose de manière naturelle »

Retour sur les élections sénatoriales de ce dimanche et sur l'état des forces politiques d…