Economie - Editoriaux - 9 décembre 2018

Gilets jaunes : l’illusion de l’argent à redistribuer

Les médias, pour une fois, s’intéressent aux « petites gens » et évoquent la détresse de nombre de travailleurs et de retraités qui n’arrivent plus à boucler leurs fins de mois. On ne peut qu’être émus par leurs difficultés et il serait indispensable de leur venir en aide, selon trois axes : atténuer, voire supprimer, la taxe carbone, diminuer la CSG des retraités et augmenter le SMIC (en baissant les charges). Mais comment dégager les crédits nécessaires à une telle politique en dehors d’un éventuel rétablissement de l’ISF ? Certes, on voit fleurir des slogans du type « prendre l’argent où il est ». On évoque les 100 milliards de fraude fiscale et les 95 milliards de niches fiscales, on propose de taxer les banques, mais tout cela n’est qu’un jeu d’illusions.

Les 100 milliards de fraude ? Quelqu’un a jeté ce montant au doigt levé sans la moindre justification et, depuis, on le répète. On ignore, en fait, où se trouve cet argent et quels circuits il emprunte. Si on le savait, l’État pourrait intervenir. Et on confond souvent fraude fiscale et optimisation fiscale. La seconde est légale : des « ultra-riches » et des entreprises vont déclarer leurs revenus dans le pays où ils sont le moins taxés. Il est difficile de lutter contre ce manque de « patriotisme fiscal », à moins de renoncer à l’Europe. Or, l’Union européenne, bien que chargée de beaucoup de maux, a quand même des côtés positifs, ne serait-ce que pour exporter nos produits agricoles. L’Europe est un tout et on ne choisit pas ce qui nous arrange. S’il était si simple de récupérer ces sommes détournées de la solidarité nationale, cela aurait été fait depuis longtemps ! Notons, néanmoins, que les pouvoirs publics ont réagi et que la lutte contre la fraude permet de faire rentrer dans les caisses de l’État 2,5 milliards par an, ce qui n’est pas rien. Mais prétendre qu’on peut s’emparer de 100 milliards en déshérence est utopique.

La deuxième illusion concerne les 95 milliards de niches fiscales. Les supprimer reviendrait à impacter tous les Français, même les plus modestes, et fort peu les « ultra-riches ». Ces niches sont, pour 22 milliards, dues à la décote conjugale : on ne taxe pas les revenus des couples séparément. La supprimer reviendrait à augmenter (fortement) les impôts de 80 % des contribuables. Autre niche importante, les emplois à domicile : abroger le crédit d’impôt aurait des effets catastrophiques (vague de licenciements, explosion du travail au noir induisant une baisse des recettes de la Sécurité sociale). Les personnes âgées ne pourraient plus être maintenues à domicile. Bref, une catastrophe sans nom. Le troisième volet important est constitué par les aides au logement (de Robien, Pinel…). Les éliminer découragerait les investisseurs. Or, la France connaît une pénurie de logements. L’accentuer serait donc stupide. D’autres niches fiscales pourraient être éventuellement rabotées, mais le montant économisé serait faible.

Taxer les banques, obsession de la gauche, est absurde. Les établissements français seraient fragilisés et lorsque le prochain krach se produira (en 2019 ou 2020), un grand nombre risquent de faire faillite si on a trop chargé la barque de leurs impôts. Quel serait notre intérêt si nous devions, par la suite, les renflouer ?

En fait, comme les fonds à trouver dépassent 10 milliards d’euros, seule une baisse drastique des dépenses publiques permettrait de dégager des marges suffisantes. C’est évidemment un travail de titan d’estimer si une dépense est utile ou pas. Mais n’est-ce pas le rôle d’un bon gouvernement d’effectuer ce genre de travail ?

À lire aussi

Qui peut croire un seul instant à l’efficacité des annonces de Gérald Darmanin ?

Le ministre des Comptes publics apporte quelques précisions sur les baisses d’impôts et le…