Gendarmes embourbés : mais où est passée la 7e compagnie ?

Capture d’écran 2024-02-01 à 15.41.20

Devant son ballot de paille, Gabriel Attal a montré la voie. Les gendarmes ont reçu le message 5 sur 5. Retour à la terre. Simplicité, ruralité et... embourbé. Souhaitant, sans doute, entamer une course-poursuite avec des agriculteurs qui ont coupé à travers champ, la voiture de gendarmerie s'est enlisée dans les sillons du terroir de Lot-et-Garonne. Adieu veau, vache, Macron z'et Darmanin. Les trois occupants se tiennent aux abords de leur bolide immobilisé. Au loin, une dépanneuse tente de venir à leur secours. En vain. Au Q.G. de commandement des opérations, l'adjudant interroge ses hommes : « Mais où est passée la 7e compagnie ? »

Passant par là, quelques rebelles en route pour le Nord aperçoivent, du haut de leur tracteur, les naufragés involontaires. Tout militant anti-bassine qui se respecte les eût caillassés, grillés, hachés menu. Servis sur un plateau, ceux-ci eurent été matraqués, leur voiture enflammée et autres sévices... Il n'en sera rien. La détresse de ceux qui venaient pour entraver le mouvement de protestation a touché les manifestants de passage. Bonhomie de la campagne. On ne laisse pas trois ballots plantés en plein champs. Quelques réflexions ironiques et la voiture est remorquée par l'engin agricole. Le bâton pour se faire battre est ramené sur la route. Trop de violence pour les uns, trop de gentillesse pour les autres. Deux mondes que rien ne réunit.

Même ambiance bon enfant à proximité de Rungis. Face aux forces de police en tenue de Dark Vador, les envahisseurs venus de province revendiquent de ne pas ressembler aux casseurs de banlieue. « On n'est pas les mêmes que dans le 93 ! » lance un des agriculteurs. Et tous de lever les mains en signe de non-violence. Peine perdue. Les ordres sont les ordres. Le dialogue d'homme à homme n'est pas de mise en de telles circonstances. La posture de Bouddha affichée par Darmanin durant les premiers jours tend à se fissurer. Ses nerfs lâchent, les gardes à vue s'enchaînent. Au terme de cette sagesse électoraliste, une violente répression pourrait entrer en action. Ils ne sont pas les mêmes que dans le 93. Tout est dit.

Jany Leroy
Jany Leroy
Chroniqueur à BVoltaire, auteur pour la télévision (Stéphane Collaro, Bêbête show, Jean-Luc Delarue...)

Vos commentaires

50 commentaires

  1. On à toujours besoin d’un plus petit que soit Jean de la Fontaine nous l’a appris dans la fable du Lion et du rat
    Mais d’une manière générale les agriculteurs et Ruraux rendent des services quand les personnes sont dans la difficulté . Il n’est pas exlut que l’inverse se s’obtient aussi tout est une question de feeling voire d’un comportement bienveillant !!!

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois