Editoriaux - Médias - Politique - Table - 22 septembre 2017

Le FN est en train de se saborder !

La France vient de perdre l’occasion que le FN lui offrait : abandonner ces détestables notions de droite et de gauche, nées dans le crime et le sang de 1789.
 
Comme le disait madame Cluzel, la droite préfère faire les yeux de Chimène à son dernier amant-bourreau des Républicains, Laurent Wauquiez, qui montre des signes de faiblesse dans ses convictions et sa volonté de revenir sur le mariage pour tous. C’est aussi Peltier, qui veut marquer ses distances d’avec LMPT. Qu’elle est belle, cette droite-là ! Celle qui se pince le nez devant l’électeur qui aspire à l’union avec son voisin du FN. Pitoyable droite en sa logique sentimentale plutôt que ferme sur ses valeurs et ses convictions ! On choisit des hommes, qui ne durent qu’un temps ; et dont tous, sans aucune exception, marquent d’abord leur désir de ramasser les juppéistes ou les UDI qui les abhorrent plutôt que de nouer des ponts avec un mouvement qui restait ancré sur sa fidélité et ses amitiés françaises, notamment celles concernant la défense de la vie et la promotion de la famille. J’eus ici l’occasion de le dénoncer.
 
Aujourd’hui c’est le FN qui se saborde peut-être, lui qui a toujours été un mouvement populaire… un mouvement populaire au sens où il visait à rassembler le peuple de France quelle que soit l’origine droite/gauche de l’électeur dès lors que celui-ci plaçait avant tout un violent amour de la France. Chacun arrivait avec ses richesses, sa sensibilité, ses préoccupations et ses souffrances. Eh, quoi ! Aurions-nous dû, nous, catholiques et français, les vouloir exclure ? Ne peut-on se sentir une fibre et une action proche d’un saint Vincent de Paul ?
 
Las, après la droite policée et victime volontaire du syndrome de Stockholm, une droite qui tombe dans le piège républicain et sanglant depuis plus de deux siècles, la logique partisane… ce piège qui consiste à voir celui qui n’est pas de son parti comme un ennemi contre lequel il convient de gagner… De vaincre contre lui, de le rabaisser et d’en faire une victime… Après cela, c’est aujourd’hui le FN qui voudrait en revenir à une logique probablement non dédiabolisante. Une logique d’avance perdante. Celle de se marquer de droite. Celle de vouloir exclure au lieu que d’unir.
 
Oui, Marine Le Pen avait su étendre et son électorat et la capacité du FN d’être écouté par les médias. Oui, elle a fait croître avec succès le nombre des électeurs. Mais je crains que la France n’ait beaucoup perdu en ce triste matin. Automne du Front national ? Qui représentera sa fibre populaire et capable d’attirer à lui et à ses valeurs les électeurs qui ouvrent les yeux sur la réalité macronienne ? J’espère me tromper. La suite le dira.

À lire aussi

L’exercice de la Justice française auprès des djihadistes est une ânerie !

Par quel extraordinaire moyen saurait-on juger de ce que l’on ne sait et de ce sur quoi l’…