Il a fallu attendre le XXIe siècle pour dénoncer enfin les horreurs perpétrées par les conquérants et colonialistes de tous bords au cours des siècles passés. La vérité qui apparaît au grand jour ne pourra plus jamais être mise en doute. Mais proposer de déboulonner quelques statues ou de célébrer des journées de commémoration ne saurait absoudre les crimes commis. Il faut les effacer définitivement de la mémoire des hommes et frapper durablement les esprits par des symboles forts. C’est la raison pour laquelle nous proposons d’organiser, chaque année, à Paris, la patrie des libertés et des droits de l’homme se devant de donner l’exemple, une « Fête de la Déhistorialisation culturelle » (FDC).

À cette occasion, les musées seraient vidés des représentations picturales, sculpturales ou des ouvrages relatifs à des criminels tels qu’Alexandre, Jules César, Napoléon, mais aussi Moïse, auteur d’une invasion de la Palestine aux conséquences désastreuses, et Mahomet, dont les troupes envahirent durablement l’Orient et l’Espagne. En parallèle, les bibliothèques seraient purgées des ouvrages relatant leur vie ou leurs œuvres.

Place de la Concorde, un échafaud pacifique – il n’est pas question de recourir à la violence – serait dressé. À la nuit tombée, cent cinquante citoyens-ennes choisis-es parmi les minorités opprimées y monteraient afin de détruire publiquement par le feu ou le pilon les objets sélectionnés. Des personnalités ayant commis, dans le passé, des écrits ou exprimé une opinion favorable à un quelconque oppresseur viendraient s’accuser de leurs erreurs et jurer de bannir de leur langage, et même de leur esprit, toute allusion à leur existence.

Après la mise au pilon de plaques de rues portant le nom de personnalités de la République (Lyautey, Paul Bert, Jules Ferry, etc.) ayant soutenu le colonialisme, la soirée se terminerait par un autodafé de tous les livres et manuels scolaires coupables de pensée dérivante. Les flammes montant vers le ciel affirmeraient au monde entier que le peuple français est toujours debout et prêt à s’insurger contre toute idéologie contraire aux évidences historiques.

Partager