À trois mois des européennes, un sondage BVA place le parti d’Emmanuel Macron nettement en tête, à 25 %, suivi par le Rassemblement national, à 19 %. Nettement derrière, aucune liste ne dépasse les 10 % : sont juste à 10 %, EELV à 9 %, La France insoumise à 7,5 %, Debout la France à 6 % et le PS à 5 %. Enfin, on trouve une de petites listes à moins de 5 % et, donc, dans l’incapacité d’avoir des élus : gilets jaunes à 4 %, Génération.s de Benoît Hamon à 3 %, UDI et PCF à 2 % chacun, Jean Lassalle à 1,5 %.

Ce sondage apparaît très étonnant pour la – et inquiétant pour elle si les résultats finaux devaient être ceux-là. En effet, le total des voix de droite des trois grandes listes (RN+DLF+LR) est de 35 %. Un score total très bas, quasiment jamais vu. À comparer au total des mêmes formations lors de la présidentielle de 2017 où , François Fillon et Nicolas Dupont-Aignan totalisaient alors 45 % ! L’électorat de droite se serait évaporé à hauteur de 10 % ! Or, quand on regarde où il aurait pu se nicher, par exemple chez LREM que l’on dit attractive pour certains électeurs de droite, on constate que le parti présidentiel fait peu ou prou le score d’Emmanuel Macron : 24-25 %. Et il est difficile d’envisager que ces électeurs de droite fantômes soient partis chez Hamon, ou dans les listes résiduelles.

De l’autre côté, à gauche et au centre, on observe au contraire une grande stabilité : LREM, donc, toujours à 24-25 %, le PS et Hamon toujours à 6-8 %, et le total EELV + France insoumise + PC correspond exactement au score de (19 %) à la présidentielle.

Cela ne fait que redoubler le scepticisme : où se sont donc volatilisés les électeurs de droite ?

Il faut lire les petites lignes du sondage pour comprendre :

– la marge d’erreur est comprise entre 1,4 et 3,3 points. À ce compte-là, si, par hypothèse, les trois partis de droite sont sous-estimés de la totalité de la marge, on retrouverait précisément les 10 % d’électeurs de droite disparus !

– avec une telle marge d’erreur, un échantillon aussi réduit (474 personnes ont exprimé une intention…) et une multiplication des petites listes données à 1, 2 ou 3 %, il suffit que 7 ou 8 personnes se déclarent pour que Jean Lassalle atteigne 1,5 % !

– sur les 929 personnes interrogées, seules 474 se sont déclarées certaines d’aller voter, soit une participation de 51 %. Normal, pour des élections européennes, même si, il y a cinq ans, cette participation n’était que de… 42 %. Il se pourrait donc que ce sondage surestime nettement la participation, et une participation favorable au pouvoir, puisque le sondage ne comptabilise pas les blancs ni les nuls. C’est un phénomène classique aux élections européennes, qui fonctionnent comme un scrutin de mi-mandat : le parti au pouvoir y est sanctionné. On voit mal comment le parti d’Emmanuel Macron, empêtré dans la crise des gilets jaunes, l’ et une situation économique décevante, échapperait à cette loi.

Certes, les sont encore loin de proposer une alternative forte et crédible, comme celle qui se dessine en actuellement. Mais les raisons qui les ont hissées, en 2017, à plus de 45 % des suffrages sont plus que jamais d’actualité. Il serait donc étonnant que les électeurs de droite, animés d’une certaine colère et d’un esprit de revanche compréhensible, laissent passer le scrutin de mai 2019 pour offrir une victoire symbolique à Emmanuel Macron dont l’image, la politique et les résultats sont le sujet d’interrogations profondes.

Le parti d’Emmanuel Macron en tête à 25 % ? On a le droit de douter. Et quelques solides raisons aussi.

25 février 2019

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 10 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

À lire aussi

Après le fiasco Cluzel en PACA, Macron envoie Dupond-Moretti qui veut « se taper le RN » !

Je ne sais pas si Emmanuel Macron sera réélu Président, l'an prochain, mais une chose est …