Eric Zemmour candidat des bars PMU. Marlène Schiappa manque son tir

schiappa

Sur le front de la lutte anti-Zemmour, Marlène Schiappa monte au créneau. Chevelure ramenée en un élégant chignon façon gyrophare, large écharpe noire, le ministre délégué profite de son passage aux « Grandes Gueules » de RMC pour lancer un assaut sur la troupe qui s'avance. Un seul homme, mais qui fait grand bruit. Le honni Z.

Pour cette première charge avant-campagne officielle, l'égalitariste femme-homme décide de frapper fort. En un mot comme en cent, Éric Zemmour est un âne.

Après Édouard Philippe qui déclarait, en avril 2020 : « La modernité les a souvent fait passer du café du commerce à certains plateaux de télévision », Marlène Schiappa a identifié le débit de boissons dans lequel le Honni Z puise son inspiration : « Éric Zemmour ne dit pas des choses plus étayées ou plus sourcées que n'importe qui à n'importe quel comptoir de n'importe quel bar PMU. »

Force est de convenir que la capacité du bonhomme à déceler les tocards alignés sur la ligne de départ peut laisser à penser que, dans un passé récent, il côtoya les champions du pronostic. Consciente que son tir a pu heurter la clientèle des établissement précités, Marlène s'empresse de soigner les blessés en appliquant quelques compresses chaudes : « Avec beaucoup de respect que j'ai pour les bars PMU. J'adore les bars PMU. »

Une passion déjà évoquée dans l'un de ses précédents ouvrages intituléOsez l'orgasme féminin, pour lequel la morale républicaine interdit de détailler les liens entre course hippique et sexualité débridée.

Mais au diable les chevaux et retour à la bourrique Zemmour qui ne fait rien qu'à raconter des âneries. Un intellectuel de pacotille qui « balance deux trois citations de temps en temps ». De l'artifice, de la poudre de perlimpinpin apprise entre deux demis pression au bistrot du coin... Missionnée pour pourfendre l'ennemi, la soldatesque Schiappa s'enlise dans les sables mouvants d'une argumentation de cours de maternelle. L'image qu'elle s'évertue à détruire n'est atteinte par aucune de ses attaques poussives. Son pistolet est à eau, la poudre du canon mouillée. Des plouf et des plouf. Le téléspectateur déjà convaincu de la nocivité de l'incriminé est conforté dans son opinion, le partisan se marre et l'hésitant ne se détournera pas du candidat pas sur la base d'un argumentaire aussi faible.

« Quand j'entends Éric Zemmour, je ne l'entends pas parler de réalité », ajoute l'adoreuse de bar-tabac. En réponse à cette interview, l'intéressé Z aurait déclaré : « J'en parlerai à mon cheval. »

À force de fréquenter les PMU , l'homme est désormais sur le champ de course. Coté à 18 % à six mois du départ. De retour au camp de base, le chignon gyrophare de Marlène tournoyait à toute allure. Un premier assaut manqué ne présageait rien de bon pour l'écurie macroniste.

Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le 19/10/2021 à 20:52.
Jany Leroy
Jany Leroy
Chroniqueur à BVoltaire, auteur pour la télévision (Stéphane Collaro, Bêbête show, Jean-Luc Delarue...)

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois