Editoriaux - Médias - Radio - Télévision - 1 mars 2019

Éric Zemmour, Attila des médias

Dès l’annonce de l’arrivée de Zemmour sur un média, les femmes ferment les volets et font rentrer les enfants, les chroniqueurs se sauvent en poussant des cris horrifiés et le directeur des programmes part en pénitence, honteux d’avoir engagé un tel énergumène. Sur Radio Classique, Maurice Szafran a préféré quitté les lieux plutôt que côtoyer l’infâme. Idem sur LCI, où le grandiose Yassine Belattar s’en fut démissionner, courroucé par tant de diversité d’opinions. En un mot, là où Zemour passe, le bien-pensant trépasse. L’Attila des ondes ne laisse derrière lui que radios exsangues, chaînes de télé désertées, paysages désolés où seul un Calvi parvient à survivre. En fond sonore, l’harmonica de Il était une fois dans l’Ouest lance ses notes déchirantes…

De l’autre côté du média, en revanche, l’auditeur accourt, le téléspectateur ouvre un sachet de pop-corn, invite les voisins : enfin, une voix dissonante ! Une bouffée d’oxygène dans ce désert de la pensée unique. Les responsables l’ont désormais compris, plus les chroniqueurs formatés s’en vont pour laisser place à l’odieux personnage, plus l’audience monte. Le phénomène serait même sur le point de devenir un signe de bonne santé des recettes publicitaires. Énorme cas de conscience pour messieurs Calvi and Co. À ce rythme de “zemmourisation” de l’antenne, ils ne seront bientôt plus qu’un îlot isolé de macronisme tambourinant. Seuls, agitant un mouchoir à l’attention du CSA. Lançant des SOS, des bouteilles à la mer et par la fenêtre. Bouteilles qu’il leur aura fallu vider au préalable. Vont-ils sombrer dans l’alcool pour oublier leur terrible condition, car si un Zemmour séduit, pourquoi pas un deuxième ? Un clone ? Un encore pire ! Ah, non. « Tenez, resservez-moi un verre. »

Mais reprenons nos esprits. La chose est acquise. Le chroniqueur arrimé solidement sur son siège et sa bonne pensée ne conçoit pas qu’une voix différente s’exprime. Il part. Drapé dans ses heures les plus sombres, outragé mais digne, il quitte le studio sur fond de coucher de soleil, l’harmonica joue le chant des partisans… La standardiste en larmes le supplie de rester : « Monsieur Szafran, restez avec nous je vous en prie, on va vous acheter des boules Quies®, les rues ne sont pas sûres, il y a des fachos cachés dans les coffres des voitures… Monsieur Yassine, s’il vous plaît, ne nous laissez pas seuls avec le monstre ! » Rien à faire. La peste a envahi les bureaux, le choléra gagne les étages. Zemmour a planté sa tente, la bête est dans les lieux. Elle va tout contaminer. « Ah, c’était bien la peine de désamianter ! »

D’autres pourraient suivre. Une simple photo de Zemmour placardée dans le hall d’entrée serait à même de nettoyer les médias des psychorigides qui encombrent les studios. Le maudit ne peut pas être partout. Ici et là, quelques prétendants au titre de « damné de la Terre » se font les dents. Quelques apprentis sont en formation, s’essaient à la répudiation. Il appartient à l’auteur du Suicide français de constituer une écurie, de former des équipes de champions de l’épouvante intellectuelle, de ces fines lames qui vous font disparaître un Bellatar encore mieux que David Copperfield, qui vous évaporent un Szafran d’un claquement de langue. Des déboucheurs de cerveaux au goupillon rince-bouteille. Et que ça brille ! Plus un seul censeur devant les micros, des avis différents, certes, des diamétralement opposés, bien sûr, mais plus de ces petits caporaux, de ces gardes-chiourmes offusqués, de ces mégères du politiquement correct…

À lire aussi

En lutte pour empêcher l’expulsion d’un ex-pirate complice de l’assassinat d’un navigateur

Le romantisme du Bisounours s’active de préférence pour la souffrance lointaine. L’injusti…