Éric Drouet : « On se bat pour notre France, pas pour renverser le gouvernement ! »

Exclusif

Hier, manifestation de gilets Jaunes devant le Sénat pour protester contre le refus d’auditionner Éric Drouet pour débattre de la privatisation du groupe Aéroports de Paris. Boulevard Voltaire s’est rendu sur place pour l’interroger et donner la parole à d’autres gilets jaunes.

Vous êtes devant la chambre des représentants du peuple. Vous avez été refoulé à l’extérieur parce que vous n’êtes soi-disant pas un représentant du peuple.
Que pensez-vous de cette décision ?

Je crois qu’il a été dit que nous n’étions pas spécialistes dans ce domaine-là. Nous n’avons pas besoin d’être spécialistes pour savoir ce qu’il s’est passé avec les autres groupes les années précédentes. Nous étions venus dénoncer la vente d’ADP. Le rendez-vous a été annulé sous la pression du gouvernement et précisément de monsieur Bruno Le Maire. Il a directement appelé pour annuler le rendez-vous.

Vous êtes le représentant d’un mouvement plutôt populaire et représentez, malgré vous, des centaines de milliers de personnes. Ne trouvez-vous pas paradoxal que les portes vous soient fermées, alors qu’elles sont ouvertes à des ministres que les Français n’ont pas choisis ?

Je suis une des figures du mouvement. J’essaie de faire valoir au mieux nos droits. Il est de l’avis de tout le monde que les aéroports ne doivent pas être vendus.
Que ce soit moi ou quelqu’un d’autre, c’est au final la même chose. C’était l’intérêt de partager directement avec toutes les personnes qui nous suivaient.


Vous faites partie d’un mouvement apolitique et pourtant vous vous êtes affiché avec des personnes encartées. Je pense notamment à Raquel Garrido et à Jean-Luc Mélenchon.

Je les ai croisés à titre privé. Nous n’avons pas suivi tel ou tel parti. Le mouvement des gilets jaunes rassemble beaucoup de personnes et de personnalités différentes. Un gilet jaune est un citoyen et c’est tout.


Pouvez-vous dire que le drapeau français à côté de vous est le drapeau des gilets jaunes ?

Nous sommes tous Français. Nous nous battons pour notre France et pour qu’il y ait un meilleur gouvernement.
Nous ne nous battons pas pour renverser le gouvernement, comme ils aiment le dire.

—————————–


Vous vous trouvez dans une manifestation en soutien à Eric Drouet avec le drapeau français. Pouvez-vous nous dire si le drapeau français est le drapeau des gilets jaunes ?

C’est totalement le drapeau des gilets jaunes puisque ce sont les citoyens français qui sont descendus dans la rue. Je crois qu’il y a aussi des drapeaux régionaux. Il est logique que le drapeau français soit descendu dans la rue pour leur rappeler qu’il est beau, sur les frontons des mairies et des bâtiments publics, mais que le peuple a le droit de se promener avec dans sa poche.
Je l’avais dans ma voiture et quand j’ai vu Eric Drouet ce matin devant le Sénat, je suis descendue avec et je l’ai apporté pour cette manifestation organisée et déclarée.


Je n’ai pas vu de drapeau de partis politiques.
Peut-on dire que la France qui s’exprime ne se reconnaît pas dans le système politique actuel ?

C’est totalement apolitique. Chaque citoyen a dans son coeur un penchant pour tel ou tel parti. Clairement, c’est un mouvement apolitique qui part de la base pour demander quelque chose en haut. Le mouvement des gilets jaunes, c’est exactement cela.

À lire aussi

Association Protège ton église : « Nous tenons à nos lieux de culte et nous les défendons ! »

Imprimer ou envoyer par courriel cet articleFace à la recrudescence des profanations dR…