Enseignement de l’Histoire : quand la gauche exerce sa censure

je révise avec toi
Cet article vous avait peut-être échappé. Nous vous proposons de le lire ou de le relire.
Cet article a été publié le 08/02/2023.

Pour l'historien Dimitri Casali, « l'enseignement de notre Histoire de France est fondamental et même crucial pour régler tous les maux de notre société ». Il peut donc aussi, a contrario, les accroître. C'est ce que nous rappelle Philippe Kerlouan, en réaction à un article publié dans Libération le 7 février dernier.

Sous le titre « Je révise avec toi : l'histoire à la sauce Zemmour racontée aux enfants », le très objectif journal Libération prétend faire toute la lumière sur un site tenu par l'association Humanité-s qui propose aux familles une série de vidéos sur le programme d'histoire du cours moyen. Pour déconsidérer les auteurs de cette initiative, il ne trouve rien de mieux que de dénoncer les liens que « certains entretiennent […] avec les sphères de l'extrême droite la plus dure ». Sont notamment cités Éric Zemmour ou Marion Maréchal qui, comme chacun le sait, ne sont pas des gens fréquentables.

Dans son analyse, Libération se réclame de l'autorité morale du Comité de vigilance face aux usages publics de l’histoire » (CVUH), une « association réunissant des enseignants d’histoire ». Ladite association détiendrait-elle un label de qualité ? Si l'on en croit Wikipédia, « une grande partie des membres actuels et passés de son bureau ont milité ou militent à gauche ou à l'extrême gauche », ce qui n'est pas une garantie d'impartialité. Il est vrai que pour la bien-pensance, ce qui vient de l'extrême gauche bénéficie d'un a priori plus favorable que ce qui vient du bord opposé.

Ainsi, Libération fait référence à un article du CVUH dénonçant « une instrumentalisation qui tourne au révisionnisme », des vidéos « marquées par un penchant pour le roman national, qui proposent une lecture biaisée voire erronée de l’Histoire déconnectée des avancées de la recherche scientifique ». Cet article fustige une vidéo sur « l’empire colonial français au XIXe siècle », qui « fait passer les Algériens pour des pirates » ou « met en valeur les bienfaits de la colonisation en passant sous silence le poids bien plus considérable de ses méfaits ».

Cette nouvelle dénonciation montre, une fois de plus, le sectarisme d'une gauche qui estime détenir la vérité et croit de son devoir de s'opposer à toute autre interprétation de l'Histoire que la sienne. On en a encore eu un exemple avec la polémique suscitée par le film Vaincre ou mourir, qualifié de « réactionnaire et biaisé » par le même Libération et d'« objet idéologique et dissident » par Le Monde. Ne parlons pas de la réaction des députés LFI Alexis Corbière et Matthias Tavel, qui jugent qu'« avec Vaincre ou mourir, extrêmes droites et droites extrêmes veulent imposer leur grille de lecture ». Comme si, de leur côté, ils n'imposaient pas la leur !

Libération s'appuie également sur les jugements de deux universitaires, dont l'un, spécialiste du Moyen-Âge, regrette que « les aspects plus sombres de l’Église [soient] passés sous silence », tandis que l'autre dénonce « une présentation biaisée ou partiale des événements historiques » se traduisant par « la suppression de certains faits, l’exagération d’autres ou encore la présentation de versions alternatives des événements ». Et d'accuser les auteurs de ces vidéos de « déformation » et de « réécriture » de l’Histoire.

C'est oublier que, lorsqu'on s'adresse à des élèves de CM1 et CM2, on ne s'adresse pas à des étudiants. On est obligé de simplifier l'Histoire, qui a ses ombres et ses lumières, et on laisse aux chercheurs le soin d'en déchiffrer la complexité, en souhaitant qu'ils se libèrent de tout préjugé ou dogmatisme. Mais on l'aura compris : Libération préfère que, devant de jeunes enfants, on mette l'accent sur l'ombre plutôt que sur la lumière pour leur inculquer, dès leur plus jeune âge, une image négative de la France, du christianisme et, plus généralement, de notre civilisation.

Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le 28/08/2023 à 11:20.
Philippe Kerlouan
Philippe Kerlouan
Chroniqueur à BV, écrivain, professeur en retraite

Vos commentaires

31 commentaires

  1. Je suis allé voir « Vaincre et mourir » , sans a priori. Ancien élève de l’Ecole Normale d’Instituteurs (1956~60), on m’y a enseigné l’Histoire , puis je l’ai enseigné à mon tour en collège . Ce film ( qui n’est pas un chef-d’oeuvre) raconte l’Histoire de la Vendée de 1789 à 1795 , telle que les Vendéens l’ont vécue ( l’aurait vécue ?) . Et encore si les réalisateurs avaient montré ce qui s’est réellement passé , c’eût été un tollé des gauchistes-robespierristes . Ces derniers n’ont-ils jamais entendu parler des colonnes infernales et des ‘ »baptêmes « dans la Loire ? Ce n’est pas de la fiction . Les Bleus se comportaient comme des taliban , Daesh ou l’Etat islamique . Sans parler des nazis . Près de 200 000 morts : femmes , enfants , vieillards . Femmes enceintes éventrées , foetus accrochés à la porte des maisons . Oradour sur Glane en pire , car les Bleus torturaient . A Oradour , les victimes ont été tuées sans tortures physiques systématiques … Aujourd’hui ces généraux de la Révolution seraient jugés comme criminels de guerre .

  2. Diantre, j’ai longtemps cru que « Libération » et « Le Monde » c’était le même journal !?
    Comme quoi…

  3. De plus en plus de jeunes français dont une grande part d’origine immigrés soulignent leur désintérêt de la France quand ce n’est pas leur fierté d’avoir du sang immigré. L’éducation nationale en mettant en avant le côté sombre de notre histoire pour en cacher toute sa grandeur participent de cette perte d’appartenance à la France. Pour cela, ils devraient être recadrés par le ministère de l’éducation nationale dont le but est de former de futur citoyens Français. Mais, nous constatons, malheureusement que cette politique de déconstruction est voulue par nos gouvernants. Si nous sommes nombreux à penser qu’ils ne nous représentent pas, nous devons en changer.

  4. Il est a priori surprenant que plus de 30 ans après, des gens n’ont toujours pas compris la raison de la chute du mur de Berlin !

  5. Personnellement, j’ai lu, entre autre, tous les livres de Frison Roche, un régal pour les jeunes. Mais ce n’est plus « dans le vent » malheureusement. Balzac, Zola, Hugo et tous les autres grands écrivains, où êtes vous?

  6. Robespierre ayant le vent en poupe, les professeurs poussent-ils l’information jusqu’au fonctionnement du rasoir national, ou les travaux dirigés jusqu’à sa construction ?

  7. les gauchistes qui accusent leurs opposants de sectarisme ne pensent que a faire disparaitre notre histoire et a faire remplacer par les individus « chances pour la France qu’ils invitent a nous remplacer et qui nous ont reproché de les coloniser

  8. Que sont devenus les héros de notre enfance : les Bournazel, Guynemer, Bayard, Hélène Boucher, Jeanne d’Arc ?

  9. Détruire, déconstruire quelque soit le mot employé ils sont les objectifs de cette gauche puante et malfaisante. Aucun honneur aucune fierté de ce qu’est et surtout que fut notre pays. France réveilles toi tu meurs.

  10. Vous découvrez. ??
    Si vous mettez vos enfants dans une école privée vous aurez une autre version de l’Histoire que dns les écoles publiques. . Notre république qui a mis beaucoup de temps à s’installer à inondé l’école publique de sa propagande jusqu’à édulcorer les faits et de l’autre côté la religion bafouée par la révolution a tenté de rétablir certaines vérités via ses écoles privées. Il est difficile de trouver un historien honnête qui n’influence pas la réalité selon son idéologie. Les moins orientés sont souvent les étrangers et ceux qui s’en tiennent aux faits sans commentaires sont rares., il y a beaucoup de romanciers mais peu de véritables historiens car c’est avant tout un travail d’archives et de recherches.

    • Quels sont les éditeurs qui publient des livres relatant des faits historiques romancés? Donnez moi une adresse.

      • Pour une histoire de France honnête lisez la collection « Lagarde et Michard », celle qui était au programme des élèves il y a plusieurs décennies .

      • Lisez l’excellent « Fortune de France » de Robert Merle en 13 volume. De François 1er à Louis XIV aux éditions « livre de poche » entre autres, c’est le moins cher.

  11. Réécriture et péché par omission sont partout. Ainsi de Napoléon 1er, vilipendé comme esclavagiste pour avoir conservé l’esclavage en 1802, en occultant complètement l’abolition de la traite des noirs au décret du 29 mars 1815. De même la libération des juifs italiens en 1796 lors de la 1ère Campagne d’Italie, l’établissement de leurs droits, l’ouverture des ghettos et la fin du port de l’insigne, actes totalement et volontairement oubliés par la partialité officielle.

  12. Libé subventionné par le contribuable est bien mal placé pour mettre son grain de sel dans des choses aussi sérieuses que l’éducation de nos enfants . Et je rassures tout ce petit monde de traitres que l’histoire se souviendra d’eux longtemps pour le mal qu’ils font à ce pays et ses habitants .

  13. Personne ne peut « refaire » l’Histoire ! Pas plus ces sectaires de gauche ou d’extrème gauche que ceux d’en face, d’extrème droite. On n’effacera jamais les crimes commis par les uns ou les autres à toutes les époques.Par contre, étudier honêtement et avec rigueur les faits passés enrichit énormément et fait découvrir ce qu’il ne faudrait pas faire à l’avenir. N’est-ce pas messieurs et mesdames nos « zélites » ?

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois