Depuis l’annonce d’un rebond du Covid-19, la foule s’est faite plus dense aux abords des laboratoires d’analyse. Déjà saturées, les officines voient désormais se joindre, à la masse des patients inquiets du rebond, les demandes de tests négatifs récents demandés par les compagnies aériennes. Le futur voyageur exige le bâtonnet dans le nez. Et plus si affinités. Un test salivaire le comblera d’aise, une saignée… peu importe. Il doit s’envoler d’une minute à l’autre et, à coup sûr, il est en très bonne santé. Resplendissant. Dénué de toute bestiole.

Pour parvenir à obtenir ce passeport dans les meilleurs délais ou s’assurer qu’il ne va pas venir grossir les rangs des nouveaux cas, le client « made in pandémie » se fait agressif. « J’étais là avant lui, je dois rejoindre Daech, etc. »

Au rayon des formules de politesse, le « Je vais venir t’égorger toi et toute ta famille » est de mise. Une sorte de promesse de bilan sanguin effectué à la machette mais encore peu pratiqué en nos contrées. La recherche avance.

Face à cet ensauvagement décidément très tendance, le groupe Bioclinic s’organise. « On a dû embaucher des agents de sécurité, une cinquantaine environ, depuis ça s’est calmé. » Une trêve bienvenue avant la reprise des hostilités. Des légionnaires seront appelés en renfort.

Après avoir survécu aux coups de couteau aux abords du comptoir, le patient apprendra avec soulagement qu’il n’a pas le Covid-19. Ouf ! Quelques blessures seulement et une côte cassée qui le fera entrer dans la bataille pour accéder au centre de radiologie. Autre échauffourée, autre combat.

« Nous sommes en guerre », avait-il lancé. Quel visionnaire ! En tous lieux et toutes circonstances, l’état d’esprit « racailleux » gagne du terrain. « J’ai parfois cru qu’on allait me frapper », déplore une professionnelle du secteur.

À l’inverse, Le Parisien signale à ses lecteurs que tout se passe merveilleusement bien sur le sable immaculé de Paris Plages. Des centaines de tests effectués sans le moindre incident. « Après vous, je n’en ferai rien… » Ici, tout n’est qu’harmonie et Covid friendly… Un bâtonnet dans chaque narine, le bobo ne sent rien venir… Les cas les plus graves sont là.

15 août 2020

À lire aussi

Débat sur le sexisme, ou l’art d’éviter les sujets qui fâchent

Pendant que filles et garçons rejoignaient leur domicile, des femmes de ménage balayaient …