Les jeunes générations qui atteignent, en 2022, leur majorité découvrent peut-être comme des problèmes nouveaux notre dépendance énergétique, le problème du financement des retraites, la question géopolitique de notre rapport à la Russie ou encore les crises migratoires. C'est, en tout cas, ainsi qu'on leur présente les choses. Sous la pression des événements et de la guerre en Ukraine, les dirigeants français et européens - et nous avec eux - semblent découvrir tout cela. Et on nous annonce des plans dit « de résilience ». Vendredi dernier, à l'issue du sommet de Versailles, la présidente de la Commission européenne a, par exemple, lancé un groupe de travail sur des projets destinés à mettre un terme à la dépendance énergétique de l'Union européenne à l'égard de la Russie. Pourtant, les ors de Versailles ne peuvent cacher la précipitation et, donc, l'impréparation et l'impéritie de ceux qui nous gouvernent depuis quarante ans.

En effet, les dates sont têtues. J'ai cinquante ans. Né avec le premier choc pétrolier, j'ai passé toute mon enfance à suivre les campagnes sur le pétrole et les idées jusqu'à « l'énergie est notre avenir, etc. » d'aujourd'hui. La vie politique, depuis trente ans, est scandée par la question énergétique et tous les gouvernements ont cherché un écologiste à mettre en tête de gondole. Pour quel résultat ?

Même verdict chronologique implacable pour la situation géopolitique de la Russie. Chute du mur : 1989 ; de l'URSS : 1991. Trente ans d'errances qui aboutissent à Poutine 2022 attaquant l'Ukraine.

Pour l'immigration, les premiers signaux ont clignoté dès 1983, avec la percée historique du FN lors des élections municipales (Dreux) et législatives de 1986 (10 %, 30 députés à l'Assemblée). Trente-cinq ans après, tous les candidats reconnaissent, d'Emmanuel Macron à Marine Le Pen, en passant par Éric Zemmour et Valérie Pécresse, qu'il y a bien un problème d'immigration en France.

Le même Emmanuel Macron qui n'a pas réformé les retraites en étant Président a annoncé, cette semaine, que, candidat, il propose le report de l'âge de départ à 65 ans. 1982 : retraite ramenée de 65 à 60 ans. 2022 : retour à 65. Entre-temps, depuis mon entrée dans le monde du travail, je n'ai cessé d'entendre parler de réformes des retraites, depuis Balladur en 1994 jusqu'à Fillon en 2003 et Sarkozy en 2010. Sans que jamais le problème de fond soit réglé.

Durant ces quarante ans, que de polémiques quotidiennes, que de rapports d'experts, que de projets de loi, de lois votées ou retirées, de grandes déclarations, de consultations nationales, de propositions fortes, de reportages chocs : la France et ses gouvernants ont été des moulins à paroles. Du vent. Rien de susceptible de régler ces questions durablement.

Après les Trente Glorieuses, il y a donc eu ces Trente ou Quarante Paresseuses, bavardes, stagnantes, dont le quinquennat Macron a été le digne avatar. En effet, sur tous ces sujets majeurs, lui aussi s'est - et nous avec - saoulé de belles paroles, d'images et de symboles qui n'ont débouché sur rien d'efficace : une fermeté de façade sur l'immigration démentie par les faits, l'accueil en grande pompe de Poutine à Versailles (déjà !) dès le lendemain de son élection en mai 2017, qui pouvait nous laisser pressentir un changement de stratégie face à la Russie, une politique nucléaire, énergétique et écologique illisible, une réforme des retraites mal ficelée et finalement abandonnée. À chaque fois, des revirements spectaculaires ; au final : l'inaction.

5080 vues

14 mars 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

61 commentaires

  1. Le pire c’est qu’on avait dit non à la constitution du traité européen mais comme des enfants gâtés ils nous l’ont quand même imposé et l’autre emplâtré vient retourner le couteau dans la plaie en disant qu’on était d’accord. Et maintenant pas un ne veut sortir de ce bourbier : ceux qui voulaient faire quelque chose ont été soigneusement écartés. Et même dans ceux qui restent, comme il y a des sous-citoyens, il y a maintenant des sous-candidats.

  2. Un copain de régiment m’ a bien fait rire
    L’ ampoule de l’ éclairage publique devant chez lui a grillé après 6 réclamations en mairie, rien. Il fait appel à la CCPI d’ issoudun, son village y est attaché bien qu’ étant dans le Cher
    Mails, téléphones X et X fois, promesses divers, bla bla 6 mois plus tard ; Toujours pas d’ éclairage. Il nous a fait rire pendant 2 heures en détaillant tous ces problèmes
    Qui oserait dire que les fonctionnaires ne font pas leur boulot

  3. La réforme des retraites ne se fera jamais, fonctionnaires , politiques , agriculteurs, SNCF
    seraient perdant. Le privé n ‘ y gagnerait rien mais la justice sociale serait mieux respectée. Qui croyez – vous va payer l’ augmentation des fonctionnaires ? le privé
    Merci Macron. Pensez- vous que la fonction publique sera meilleure ? non

  4. Il fait une chose qu’ il a appris à l’ ENA, il dépense sans compter l’ argent des contribuables.
    En fait, l’ ENA est une école à piston, le bon comme le mauvais doit être à un poste clé.
    Regardez les énarques depuis la formation de l’ ENA et regardez ce qu’ ils ont fait pour le pays. Pourquoi ont- ils tous besoin de tant de conseillers si leur capacité était si haute.

  5. La politique-spectacle dans toute son horreur. Les commandes de l’Etat livrées à Hanouna.

  6.  » je n’ai cessé d’entendre parler de réformes des retraites, depuis Balladur en 1994″ Là encore les signaux « forts viennent de plus loin. Le Livre blanc sur les retraites, préfacé par Rocard, et remis en avril 1991 posait déjà toutes les questions et mettait les équations sur la table. La gauche n’a fait que pourrir le dossier en augmentant les droits et surtout en détériorant toutes les conditions économiques et démographiques permettant le financement des retraites.

  7. « Pour l’immigration, les premiers signaux ont clignoté dès 1983 » Inexact ! ^Bien plus tôt, Raymond Barre s’était rendu compte des dégâts provoqués par le regroupement familial et avait décidé une suspension de ce « droit ». Le Conseil d’Etat en 1978 annulait son décret et la gauche élue en 1981 appuyait à fond sur l’accélérateur.

    1. Je suis entièrement d’accord avec vous, les signaux ont clignoté bien avant 1983. Pour ma part il fallait voir ce qui se passait déjà en 1969, 1970, j’étais adolescente et croyez-moi, il y avait bien des problèmes qui n’ont fait qu’augmentés avec l’arrivée continue de tous nos remplaçants. Evidemment maintenant nous en sommes à un point de non-retour

  8. Énergie, Russie, retraites, immigration + Ecole + Justice + Déficits + Chômage + Augmentation de la population sous le seuil de pauvreté + Endettement + Effondrement de l’Hôpital + déserts médicaux + déficit commercial + insécurité + islamisation + désertification des campagnes + dégradation des services publics + désindustrialisation + > 50% du CAC 40 dans les mains de l’étranger + armées réduite à 3 jours de capacité opérationnelle + etc, etc,

  9. Depuis Pompidou, pour nos politiques, tous les problèmes se résolvent soit par l’emprunt, soit par une augmentation de taxes et d’impôts, et généralement les deux ; et toutes les réformes « sociétales » sont inspirées par la gauche.

  10. Les EOLIENNES attendent le vent pour fonctionner mais nous, on a le petit Macron qui est entré en fonction en 2017 pour relayer l’incompétence des précédents Présidents en soufflant en continu un VENT VIOLENT et DESTRUCTEUR durant 5 ans. En conséquence, comme déjà dit, il pourra achever son oeuvre si le vote prochain est en sa faveur, nous serons définitivement ANEANTIS comme après la plus violente des tornades planétaires. Espérons qu’il y a aura un sursaut de bon SENS chez les GAULOIS.

  11. Un idiot utile peut être un personnage sympathique ! Ce n’est pas du tout le cas avec ce président machiavélique qui se méprise son peuple, qui se croit tout permis, qui utilise les moyens de l’Elysée our faire campagne et là, le parquet financier est aux abonnés absents ! D’ailleurs, qui a financé les photos qui circulent sur les réseaux sociaux ? Par qui ont-elles été prises ? Le photographe de l’Elysée peut-être ? Alors qu’elles servent à la campagne électorale ? Des comptes retoqués ?

  12. Dans ce genre de situation, on a toujours tendance à massacrer le pouvoir en place. il est vrai que Macron a du mépris envers les français. Mais que pensez de ses prédécesseurs qui ont laissé couler et surtout qui ont fait marche arrière face aux contestations de tous ordres. Depuis 40 ans la France n’a pas eu un homme d’état capable de s’opposer à la rue. 14 ans de l’idéologie Mitterrand et 12 ans de passivité chiraquienne, sans parler des successeurs ont précipité notre pays dans ce climat

  13. C’est bien la réalité. Depuis 40 ans, nous n’avons trouvé que des incapables à mettre à la tête du pays. Des histrions plus préoccupés de leur carrière et de leur intérêt que de celui du pays. Depuis 40 ans, notre pays régresse, s’enfonce dans la démagogie et la médiocrité à tous niveaux, dans la désagrégation et l’abrutissement de ses citoyens. Il faudrait une personnalité exceptionnelle pour le redresser, mais si on la trouvait, le système politico-médiatique s’y opposerait.

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter