L’ancien député a publié une tribune, intitulée « Notre aujourd’hui. Sera-t-on Martiniquais demain ? » Un papier dans lequel il fait part de son inquiétude sur « la disparition programmée de l’identité martiniquaise ».

L’identité martiniquaise en déclin

Dans son texte, l’ancien député socialiste démonte la politique « coloniale » de l’État que « l’on peut assimiler à une véritable agression ». Guy Lordinot s’appuie sur la théorie d’Aimé Césaire, qui alertait sur « le génocide par substitution ».

Pour l’homme politique de 76 ans, « la population métissée diminue pendant qu’une population de race blanche, culturellement différente augmente ». Un « signe », selon lui, « de l’identité martiniquaise en déclin régulier ».

Faire vivre une nouvelle utopie

Guy Lordinot appelle les Martiniquais à s’inspirer de la pensée d’Aimé Césaire, pour voir « le salut » de leur île. Il appelle au rassemblement, notamment des békés, pour « faire vivre une nouvelle utopie refondatrice », selon les mots de l’écrivain et homme politique disparu en 2008.

Guy Lordinot est un pharmacien de profession, député entre 1988 et 1993 de la 1re circonscription de Martinique. Il s’est fait notamment connaître pour avoir demandé la prolongation de l’utilisation du chlordécone, un pesticide interdit. Il fut maire de la ville de Sainte-Marie de 1983 à 2008.

À lire aussi

Nicolas Dupont-Aignan candidat en 2022 ?

Invité sur CNews, le président de Debout la France a préparé le terrain pour une éventuell…