Depuis mercredi, le personnel de NextRadioTV, société dirigée par Alain Weill qui contrôle les chaînes BFM (, BFM Business) et RMC, est en grève. Ce qui a provoqué un report du débat prévu entre les candidates de la mairie de Paris. Qui, toutes trois, ont apporté à l’unisson leur soutien au personnel du groupe médiatique. Un véritable camouflet pour la crédibilité de la première chaîne info de France, qui la fragilise alors que sa concurrente CNews se fait de plus en plus menaçante en ouvrant largement ses micros aux personnalités souverainistes et populistes, Zemmour en tête.

Il faut dire que le plan social annoncé par la direction est particulièrement corsé : un tiers des effectifs poussés vers la sortie, soit environ 350 postes, et 200 pigistes et intermittents en plus. La chaîne, qui devait son succès à un déploiement de moyens largement visibles à l’antenne, va devoir désormais s’habituer à réduire son train de vie. Car Alain Weill a expliqué que le modèle économique des télévisions est en perte de vitesse, concurrencé par Internet, et que la pandémie a fait chuter les recettes publicitaires : voilà pourquoi le plan social ne peut être évité, nous dit-il.

Mais son explication est quand même un peu courte et, surtout, reporte sur le contexte du secteur et la conjoncture générale les défaillances propres à la gestion du groupe. Car NextRadioTV, qui possède BFM et RMC, appartient au groupe Numéricable, dont l’homme fort n’est autre que l’homme d’affaires . Un ami de Macron, sans qui il n’aurait pu acquérir SFR en 2014 : c’est le ministre de l’Économie de l’époque, Président depuis, qui avait autorisé le rachat de SFR par Numéricable, contre l’avis de tous. Mais il suffit de suivre attentivement la ligne éditoriale des chaînes de Drahi et la tonalité des journalistes et des interviews pour comprendre le pourquoi : Macron a trouvé en Drahi et ses chaînes un formidable outil de propagande. Et les gens de droite ne sont pas les seuls à le remarquer. Drahi rend, chaque jour, à Macron le coup de pouce qu’il lui a donné en 2014, par le truchement de ses équipes de journalistes. Car jamais Drahi n’aurait pu racheter SFR sans l’aide de Macron : il n’avait pas les fonds propres nécessaires, son groupe déjà surendetté a aggravé sa situation en reprenant le téléphoniste grâce aux banques.

Depuis, Drahi traîne un passif monstrueux de 50 milliards d’euros, pour à peine 10 milliards d’euros d’actifs. Il accumule des pertes colossales chaque année, plus de 1,2 milliard d’euros en 2016. Un patron de PME qui présenterait des chiffres dans ces proportions serait immédiatement assigné au tribunal. Drahi, lui, continue de creuser les trous, mais aussi de se sucrer sur la bête : il y a peu, on a appris qu’il a logé ses sociétés dans des immeubles qu’il avait acquis et leur facture des loyers dans la fourchette haute du marché. Pendant que Drahi encaisse, les salariés, eux, dégustent…

À lire aussi

Alaphilippe : la revanche du cyclisme français

Alaphilippe a fait plus qu'offrir un trophée à son pays : il a remis l'église au milieu du…