L’interdiction faites aux maires de rendre le port du masque obligatoire rencontre un premier rebelle : le maire de Mandelieu, Sébastien Leroy. « Je n’ai pas d’ordre à recevoir, y compris d’un ministre », a expliqué l’élu à Nice-Matin. La désobéissance est caractérisée, l’ordonnance du docteur Castaner ne sera pas suivie.

150 couturières bénévoles se sont lancées dans la fabrication intensive de masques. « L’objectif est d’en fabriquer 100.000. J’espère pouvoir commencer à en distribuer dans une huitaine de jours. » Le maire est sur le pont. Paré à la manœuvre. L’inertie n’a que trop duré, les Français pallient les défaillances du gouvernement. « made in Mandelieu », Montauban et ailleurs. Les initiatives se multiplient.

Grande première dans la Ve République : une loi a posteriori pourrait voir Christophe Castaner devenir ministre de l’Antérieur. Le premier homme d’État à légiférer après que la mesure a été mise en place spontanément par les citoyens.

« Christophe Castaner dit que ce n’est pas scientifiquement démontré, mais rien n’est médicalement démontré », poursuit le mutin de Mandelieu. Pas même l’efficacité du gouvernement ! Raison pour laquelle plusieurs élus pourraient passer outre l’injonction ahurissante du futur ministre de l’Antérieur. « Beaucoup de pays ont opté pour les masques. Plutôt que nous accompagner, ils attendent un consensus scientifique ! »

La matière première est fournie par la ville, élaboration selon la norme AFNOR, l’affaire est rondement menée.

Visage de Castaner peint à la main sur le masque, notice de montage pour les disciples de Sibeth Ndiaye, inscription « Ce masque ne sert à rien »… Des options payantes pourront être développées par les communes afin de rentabiliser la fabrication. L’économie repart, les masques se vendent par milliards et l’équipe gouvernementale assiste, les bras croisés, à ce redémarrage. I have a dream

Mais revenons sur Terre, à Mandelieu, où le drapeau noir flotte sur la marmite. L’irréductible Sébastien Leroy, fidèle à la culture LR, « ne reproche pas au gouvernement de ne pas avoir été préparé à la crise ». Pensez donc… L’absence de masque muni d’un filtre homologué par Les Républicains amène, hélas, l’élu à proférer quelques gros mots qui dépassent sa pensée : « faute grave », puis « incompétence ». Où voyez-vous des reproches ?

Et de conclure : il est « déplorable de justifier la position de ne pas mettre de masques tout simplement parce que l’État n’en a pas » ! L’efficacité du gouvernement n’est pas médicalement démontrée. Les scientifiques l’avaient bien dit.

À lire aussi

Fabrice Luchini allume le couvre-feu

Luchini a trouvé les mots. …