En Allemagne, la commission sur les vaccins ne recommande pas la vaccination chez les jeunes

vaccination jeunes

Dans l’Hexagone, depuis l'allocution d'Emmanuel Macron, le 12 juillet, la vaccination des jeunes va bon train (la part a augmenté de dix points). Ainsi, 32 % des jeunes de 12 à 17 ans ont déjà reçu leur première dose de vaccin (au 25 juillet, et selon les chiffres de Santé publique France) et 12 % ont leur schéma vaccinal complet. Si elle est fortement encouragée au moyen de chantage aux libertés, que le Conseil d'orientation de la stratégie vaccinale nous explique que la France doit vacciner les mineurs de plus de 12 ans, que le consentement d'un seul parent suffit désormais, voire n'est plus nécessaire à partir de seize ans, l'avis des experts allemands est différent.

Malgré, donc, le feu vert de l’Agence européenne des médicaments (EMA), la commission allemande sur les vaccins (Stiko) n’encourage pas la vaccination des 12-17 ans en raison du manque de données sur les effets secondaires chez les jeunes. Prudente, elle conseille la vaccination uniquement pour les adolescents présentant des comorbidités ou en contact avec des personnes fragiles. Une position dont les politiques allemands ne tiennent visiblement pas compte, pressés comme leurs voisins français de faire vacciner les jeunes.

En effet, le journal La Croix explique ainsi qu’en début de semaine, le ministre de la santé fédéral et ses collègues des 16 régions allemandes « ont décidé de passer outre l’avis de la Stiko et de faciliter, de manière immédiate, l’offre de vaccination pour les 12-17 ans. La Saxe avait pris les devants, la semaine dernière, de manière unilatérale. » Le ministre argumentant sur le nombre de doses disponibles pour proposer cette offre.

Une pression politique qui n’est ni du goût de la Stiko ni de celui de la Fédération des pédiatres allemande dénonçant une « ingérence de la politique [qui] crée de l’insécurité chez nos patients ». La commission allemande préférerait privilégier l’accélération de la vaccination chez les adultes. Vaccinés ou pas, les jeunes Allemands ont fait ou s’apprêtent à faire selon les régions, leur rentrée scolaire avec, écrit La Croix, « des classes entières, mais tout de même avec obligation de port du masque et de se faire tester deux fois par semaine ». Pour un retour à la vie normale, on attendra.

 

 

Iris Bridier
Iris Bridier
Journaliste à BV

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois