Audio - Editoriaux - Entretiens - Politique - 28 mars 2019

Emmanuelle Ménard : “C’est une réelle déception de ne pas voir Jean-Frédéric Poisson figurer sur la liste Debout la France”

Pour Boulevard Voltaire, Emmanuelle Ménard réagit à la présentation de la liste de Nicolas Dupont-Aignan en vue des élections européennes, de laquelle Jean-Frédéric Poisson et le PCD ont été écartés.


Nicolas Dupont-Aignan a présenté sa liste définitive pour les élections européennes. Cette liste est pleine de surprise et n’a pas manqué de faire réagir les observateurs puisque Jean-Frédéric Poisson n’y figure pas.

C’est une réelle déception pour moi. Je vous avoue que je ne comprends pas très bien. Cela n’a plus grand-chose à voir avec les Amoureux de la France tels que nous les avions lancés en septembre dernier. De toute façon, je pense que les Amoureux de la France sont plutôt les ‘’amoureux de Debout la France’’. C’est une vraie déception de savoir que le PCD et Jean-Frédéric Poisson, qui est un homme de réelle qualité, ne figurent pas sur cette liste.
J’ai écouté la présentation de la liste par Nicolas Dupont-Aignan. Il a revendiqué avoir choisi des gens courageux et compétents. Je pense que Jean-Frédéric Poisson avait tout à fait sa place sur cette liste en position éligible, c’est-à-dire en 3e position. C’était la place qui lui convenait.


On se rappelle que vous aviez participé avec Nicolas Dupont-Aignan au lancement de la plateforme des Amoureux de la France.
Selon vous, cette liste incarne-t-elle malgré tout cette union des droites que vous recherchiez ?

J’avais toujours dit que cette union des droites ne pourrait pas s’incarner sur les Européennes. Elle doit se faire en partant du terrain, en partant de la base, en partant des Français et non en partant des partis politiques. C’est l’erreur qu’a commise à mon sens Nicolas Dupont-Aignan.
Nous assistons à une bataille d’ego et de personnes. C’est tout à fait dommage. Ce n’est vraiment pas un bon exemple. Cela ne m’étonne pas et ce n’est pas grave.
Les européennes n’étaient pas l’enjeu de l’union des droites. Elle se manifestera et se concrétisera pour les prochaines échéances électorales, c’est-à-dire les municipales. Si elle doit voir le jour, je l’espère de tout cœur, ce sera aux municipales et non aux européennes.
Les européennes sont une bataille de partis politiques. On avait le Rassemblement national d’un côté et LR de l’autre. Et on a maintenant Debout la France en 3e liste. C’est dommage, parce que c’est encore une occasion de perdue.


Doit-on dire qu’Emmanuelle Ménard, députée de l’Hérault, ne soutient pas cette liste ?

J’étais à l’origine des Amoureux de la France. Cela fait bien longtemps que je n’y participe plus, parce que justement je ne m’y reconnais pas. Je pense que monsieur Dupont-Aignan fait ses affaires de son côté. Le fait qu’il ait écarté Jean-Frédéric Poisson m’étonne, me désole, mais me conforte dans le choix de ne pas avoir continué à entretenir l’illusion.
L’union des droites, ce n’est pas ça. Ce n’est pas comme cela qu’on veut la construire.
Je répète que cette union des droites se fera avec les Français et sur le terrain. Elle s’imposera d’elle-même parce que les Français l’auront décidé, s’ils le décident.

À lire aussi

Emmanuelle Ménard : « Édouard Philippe ne croyait pas lui-même à ce qu’il disait sur la réforme constitutionnelle »

Imprimer ou envoyer par courriel cet articleLa députée de l’Hérault Emmanuelle Ménar…