On sait que l’ est comme une mère pour nous, seulement soucieuse de notre bonheur et de notre bien-être. Grâce à ses diverses commissions, c’est à jet continu que ses nobles intentions sont traduites en propositions. Celle de l’IMCO (Internal Market and Consummer Protection), en tout cas, a reçu immédiatement l’approbation enthousiaste de Chantal Perrichon, l’indéboulonnable présidente du lobby qui milite pour que nos automobiles ne puissent plus être dépassées que par les tondeuses à gazon.

Le texte qui, d’ici un mois, sera très probablement voté par les députés européens en fin de mandat évoque, sous le terme d’« adaptation intelligente de la vitesse », une mesure qui forcera les constructeurs (qui n’ont rien contre) à coupler deux équipements installés d’origine sur les véhicules : le limiteur de vitesse et le GPS. À charge, pour ce dernier, de prendre la main sur le pilote pour abaisser automatiquement la vitesse du véhicule à celle autorisée…

Dans un premier temps, le système pourrait n’être activé qu’à la discrétion du conducteur, mais la commission serait favorable à ce que, d’ici 2025, il soit permanent. Imposer le LAVIA (Limiteur s’Adaptant à la VItesse Autorisée), comment Big Brother n’y avait-il pas pensé plus tôt ? Tout étant d’accord, il ne restera plus qu’à adapter les réglementations nationales. Ce que la France, en bon élève, voire un peu fayot, s’empresse généralement de faire, en ajoutant une petite touche « bien de chez nous » dans le sens du durcissement. Mais en sera-t-il de même ici ?

C’est que le projet a un énorme défaut : si personne ne peut matériellement dépasser les vitesses limites, les ne servent plus à rien, et surtout plus à siphonner un gros milliard d’euros annuel aux « criminels du volant ». D’accord, grâce aux gilets jaunes, le pronostic vital de beaucoup de ces tiroirs-caisses est actuellement engagé, mais ils sortiront bien un jour des soins intensifs…

Au fait, vous êtes-vous demandé pourquoi les -tronçons, eux aussi imparablement efficaces sur la vitesse autorisée, étaient si peu répandus ? Manque de « retour sur investissement » pour l’État, peut-être…

28 mars 2019

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.