Être élu du peuple est décidément devenu un métier à haut risque. C’est vrai quand on est maire, tel le LR Vincent Jeanbrun, premier magistrat de L’Haÿ-les-Roses (Val-de-Marne), dont le domicile, attaqué à grands coups de voiture-bélier, a bien failli partir en flammes lors des émeutes urbaines de juillet dernier. Depuis ce 2 juillet, rien. Douze interpellations et pas la moindre mise en examen en vue. Cet édile déplorait, le 6 octobre dernier, sur les ondes de RMC : « On a des émeutiers qui ont goûté au sang et n’ont pas eu véritablement de sanctions. »

Un autre élu, le député RN de la Gironde Grégoire de Fournas, subissait lui aussi, le 28 juin 2023, une attaque en règle de son domicile de Pauillac. Poubelles en feu, scènes de guérilla : une dizaine d’émeutiers hurle sous ses fenêtres : « On va la faire la guerre, wallah ! De Fournas, fils de pute ! On va te cramer ! » Il n’a d’autre choix que de claquemurer sa femme et leurs cinq enfants à l’arrière de leur maison pour affronter, seul, la horde des pillards.

Dans son malheur, au moins aura-t-il eu plus de chance que son collègue Vincent Jeanbrun. Deux des incendiaires potentiels ont été immédiatement interpellés devant le domicile du député. Interrogé par Le Figaro, Vincent Jeanbrun constate : « Cela fait déjà plusieurs mois qu’avec ma famille, on vit dans la peur. Car on vit dans la même ville que nos agresseurs. Ce serait incompréhensible que la Justice n’envoie pas un signal fort pour protéger le citoyen et l’élu que je suis. »

Le profil des apprentis assassins 

Grégoire de Fournas, que nous avons joint par téléphone, évoque des faits presque... ordinaires : « Tragiquement banal, dit-il. Ces deux hommes, Wallid et Mustapha, sont assez défavorablement connus des services de police, et pas pour des faits politiques… »

Les deux individus incriminés devraient donc passer devant les tribunaux le 16 janvier prochain. Une date tardive, car les avocats des mis en examen entendent peaufiner leur défense. De son côté, Yaël Braun-Pivet entend profiter de ce délai pour que l'Assemblée nationale, dont elle est la présidente, ait le temps de se porter partie civile. C’est, en tout cas, ce qu’elle aurait solennellement promis au député lepéniste qui nous confirme : « Elle a été l’une des premières à m’adresser une lettre de soutien. » Tiendra-t-elle sa promesse ?

Carlos Martens Bilongo : l'arroseur arrosé ...

L’ironie de cette histoire, c’est que Grégoire de Fournas, vigneron de profession, a tout d’abord fait parler de lui dans l’Hémicycle le 3 novembre 2022 pour s’être exclamé, à propos d’un bateau de SOS Méditerranée chargé d’immigrés clandestins : « Qu’il(s) retourne(nt) en Afrique ! » Ce que Carlos Martens Bilongo, député LFI qui prononçait alors un discours, a pris pour lui. Cet assez joli psychodrame parlementaire a gagné jusqu’à la place Beauvau, son locataire Gérald Darmanin ayant même évoqué la « question de la démission » de Fournas.

La suite ne manque pas de sel : le même Carlos Martens Bilongo, venu apporter son soutien aux émeutiers à Nanterre, dans la nuit du 27 juin, a été lui aussi violemment pris à partie par des individus au profil similaire aux agresseurs de Grégoire de Fournas. Après une distribution de claques, il aurait été ainsi menacé : « Tu veux rester ici ? Wallah, on va te piétiner ! Trace ta route, frérot, merci. » Cela sans le moindre égard aux relations peu fréquentables de cet insoumis subitement soumis à la loi de la rue. L’arroseur arrosé, en d’autres termes.

De quoi méditer ces agressions d'élus : elles en disent long sur l'état de décivilisation d'un pays qui se croit encore un modèle de démocratie.

5593 vues

25 octobre 2023

Pas encore abonné à La Quotidienne de BV ?

Abonnez-vous en quelques secondes ! Vous recevrez chaque matin par email les articles d'actualité de Boulevard Voltaire.

Vous pourrez vous désabonner à tout moment. C'est parti !

Je m'inscris gratuitement

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

15 commentaires

  1. Il aurait fallu que ce “signal fort” soit envoyé dès les premières années où ces voyous d’un autre horizon ont commis des délits de toutes sortes pour évaluer l’autorité du Gouvernement de notre pays….. Si à l’époque, ce dernier s’était fait craindre et respecter, cette nouvelle espèce de délinquance aurait séché dans l’oeuf. Conclusion, la tolérance et l’excuse ont développé le désordre et la terreur que nous connaissons et subissons au quotidien. Tant il est dépassé, notre gouvernement ne peut même pas terrasser le monstre pour protéger son peuple et ses Elus. Quant à notre Justice, elle est plus prompte et plus sévère quand il s’agit de juger les “gaulois”. Et pendant ce temps là, ces peuplades de l’autre monde continuent de nous envahir pour nous ruiner et nous terroriser. D’ici 2027, on se demande dans quel état sera notre pays ?

    1. Dès les premières années vous dites? je me souviens vers la moitié des années 80, quand ont commencé les premières migrations de masses et clandestines, nous avons été immédiatement « muselés » avec des lois liberticides soufflées notamment par la toute nouvelle association « SOS Racismes » telles que toute personne étrangère avaient l’entière possibilité de déposer plainte au commissariat pour un simple regard, une parole, une attitude qui l’aurait offensé. Sa parole primait contre la votre, suffisait, pour cela d’un témoin (le pote qui l’accompagnait…). Je vivais à Paris, j’ai vu commencer les incivilités, les provocations. Nous Français n’osions plus rien dire et commencions à subir les offenses. La situation n’a fait qu’empirer donnant des ailes à la délinquance.

  2. Vous faites bien Monsieur Gauthier de nous exposer tout le scénario : notre pays est devenu un cirque d’affrontements sauvages et les personnes élues de notre Assemblée Nationale commencent à en subir directement les assauts. QUELLE TRISTESSE !!!
    Restons attentifs à la suite judiciaire annoncée pour JANVIER 2024 (?)

  3. Naturellement le conditionnel s’impose « devraient être jugés en janvier ». Que voulez vous, il y a les bonnes et les moins bonnes victimes, la justice, qui s’y connaît, ne s’y trompe pas.

  4. Le refus des autorités à punir ces gens à la hauteur des faits est un aveux d’impuissance et si on ne sait pas assurer le minimum , c’est à dire la sécurité de ses citoyens ainsi que leurs élus et bien on part ! On n’a rien à faire à la tête du pays et surtout pas essayer de faire illusion en donnant des leçons de démocratie à l’étranger . On doit balayer devant sa porte, parce que notre situation n’est pas plus enviable que celle des israëliens dont tous les pays qui l’entourent veulent la disparition.Nous , nous les avons chez nous ! Les gouvernements successifs depuis le début des années 2000 ont joué avec le feu de l’immigration de masse , mais c’est nous qui risquons de nous en brûler les doigts . L’option Jean Marie Lepen en 2002 me paraissait déjà celle de la dernière chance, à l’époque, mais les agneaux ou les veaux prêts à se sacrifier en ont décidé autrement …

  5. Compte tenu de l’orientation des juges on peut être inquiet !! Que tu sois de droite ou de gauche !!!! La Fontaine aurait pu faire une fable !!

  6. Il est fait un procès à G. de Fournas, alors que tout le monde avait bien compris son propos qui en fait n’avait aucune ambiguïté. La preuve son interlocuteur ne l’avait absolument pas pris pour lui, jusqu’à ce que son parti le pousse à dire le contraire.

  7.  » Wallid et Mustapha  » !! Et moi qui croyait qu’il s’agissait de Kevin et Mattéo !! Je suis naïf ……

  8. Si Yaël Braun-Pivet tient sa promesse les types risquent de prendre cher, mais si elle abdique ce sera un simulacre de procès.

  9. De reculades en soumissions ces gouvernements successifs depuis plus de quarante ans ont préparé la tombe de notre France, ce cher pays de notre enfance.

  10. Pourquoi attendre janvier ? Impatiente de connaitre le verdict et la sanction , affaire à suivre …

Les commentaires sont fermés.