[EDITO] Un « virage à droite » au gouvernement ? Quelle fumisterie !

Attal Vautrin

« La France est de plus en plus à droite. » C’est ce qu’avait révélé une étude de la Fondapol, en août 2022, quelques mois après la présidentielle et les législatives. Pour la plupart des médias, Emmanuel Macron l’aurait compris. Pour preuve, le supposé « virage à droite » de son remaniement. La bonne blague.

Quel virage à droite ?

Quel virage à droite ? La plupart des grands ministères n’ont pas changé de main - avec toujours, notamment Dupond-Moretti à la Justice - sauf le Quai d’Orsay, donné à un compagnon de route de Strauss-Kahn, Huchon et Aurélien Taché, Stéphane Séjourné, qu'il serait difficile de qualifier, même avec beaucoup de bonne volonté, « de droite ». Quant aux humiliations publiques infligées à deux nouveaux ministres ce week-end, elles en disent long sur le climat ambiant.

La première, nouvellement ministre de l’Éducation nationale (mais aussi de la Jeunesse, des Sports et des Jeux olympiques et paralympiques, l’Éducation nationale étant un petit travail très tranquille ne nécessitant qu’un tiers temps), a fait, sitôt nommée, son premier bad buzz avec ses enfants scolarisés à Stanislas. Quelle horreur !

Bien sûr, on peut reprocher à Amélie Oudéa-Castéra cette stratégie de l’évitement, hypocritement pratiquée par une certaine gauche aisée, bien décrite dans le livre Jamais dans ce lycée (François Bourin éditeur) : fuir l’école qu’ils ont eux-mêmes contribué à détruire pour rejoindre les établissements privés qu’ils ont conspués. Comble du culot ? Ils finissent immanquablement par critiquer l’ADN catholique de ses écoles - tout en y laissant leur progéniture -, ayant l'air de s'en étonner comme un touriste qui, ayant poussé la porte des Délices de Shangaï, serait surpris de trouver sur la carte du canard laqué. Sans avoir l’honnêteté de reconnaître que c’est bien cet humus chrétien et le cadre moral maintenu tant bien que mal qui a permis de préserver un minimum de rigueur, d’ordre, de charité et d’exigence. Naturellement, on peut s’étonner que dans sa justification, elle ne s'engage nullement à appliquer à l’école publique, dont elle a désormais la responsabilité, les méthodes gagnantes de Stanislas, cette école d'excellence qu'elle a choisie pour ses enfants, afin que tous les petits Français puissent en tirer les fruits.

Mais ce n’est pas cela dont elle a, tête basse, fait amende honorable dans un communiqué. Elle a dû tout simplement s'excuser d'avoir mis ses enfants dans une école privée catholique. Est-ce un crime ? Est-ce interdit par la loi ? L’Église est-elle désormais considérée comme une secte surveillée par la cellule Miviludes ?

Deux « Canossades »…

La deuxième « Canossade » du week-end concerne Catherine Vautrin, nouveau ministre du Travail, de la Santé et des Solidarités - on notera qu’elle aussi se voit remettre une casquette aussi large qu’une tarte de chasseur alpin.

Il faut savoir que les associations LGBT ont fait part de leur inquiétude : le nouveau ministre a participé, jadis, aux Manifs pour tous ! Peu importe que Mme Vautrin se soit déjà vautrée dans des excuses en 2023, ce genre de péché, avec ce genre de clergé, ne connaît pas de rédemption. Lors de son premier déplacement au CHU de Dijon, elle a été à nouveau accusée, dans une question de la presse, d’avoir nourri l’homophobie par sa participation à la Manif pour tous. La question ne s’adressait d’ailleurs pas à elle mais au Premier ministre. Comme si lui parler directement était déjà lui faire trop d’honneur. Elle est donc restée coite, buvant les paroles de Gabriel Attal et opinant furieusement de la tête. Arguant de sa vie privée pour rassurer - « chacun me connaît, chacun sait quelle est ma vie » -, Gabriel Attal a défendu son ministre comme la corde soutient le pendu : « On peut reconnaître qu’on s’est trompé et qu’on a changé d’avis, encore heureux. L’important, c’est qu’aujourd’hui, on soit tous réunis derrière des valeurs communes, et c’est le cas. » Bref, les ministres de droite ne sont tolérés qu’autant qu'ils renoncent à leurs idées… de droite.

Implacable magistère de la gauche

Le nouveau ministre en fait d’ailleurs des tonnes pour effacer son péché originel : dès le 12 janvier, Catherine Vautrin a rendu hommage à Simone Veil alors que « son texte doit être gravé dans le marbre de notre Constitution », et elle a également précisé ne « pas oublier » le « grand sujet » de la fin de vie. Tout le monde a compris.

Un ministre qui doit s’excuser d’avoir mis ses enfants dans une école catholique, un autre d’avoir été en désaccord avec le mariage pour tous… L’implacable magistère de la gauche est toujours debout et l’ouverture à droite une vaste fumisterie.

Gabrielle Cluzel
Gabrielle Cluzel
Directrice de la rédaction de BV, éditorialiste

Vos commentaires

64 commentaires

  1. Virage à droite ? Je n’en suis pas si sûr, hélas. Je crois que les Français adhèrent à la tonalité nationaliste des discours dits de droite. Mais nombreux sont ceux qui, notamment parmi les soutiens électoraux du RN, viennent de la gauche, et conservent les valeurs du socialisme (hausses salariales, pression fiscale et redistribution pour faire simple). Ces électeurs attendent, comme ceux de la “vraie” droite, une forte répression de la délinquance et une interruption de l’immigration. Mais il s’agit sans doute des deux seuls points communs entre les deux électorats du RN. L’ambiguïté entretenue par Marine Le Pen est provisoirement très habile (et j’y souscris), mais il arrivera un moment ou c’est au pied du mur que l’on verra le maçon. Il y a fort à parier que l’on découvrira que la France n’était pas si à droite que nous l’espérions.

  2. et on nous dira qu’ils ne vont pas à la gamelle, Wautrin qui était pressentie pour être 1er ministre, se contente d’un ministère comme les transports, la santé n’étant qu’un gadget pour elle, c’est Attal qui gère, il promet 32 milliards d’euros pour la santé, mais à aucun moment il dit qu’il va faire le ménage dans ce budget.

  3. Quant à Stéphane Séjourné, ancien pacsé du 1er ministre, c’est « promotion canapé ». Après la déclaration Fiducia Supplicans, du 18 décembre 2023, et le communiqué des évêques africains, je plains ce jeune homme quand il se rendra en voyage officiel dans les anciennes colonies. Quant à Catherine Vautrin, elle ne pouvait, le 25 octobre 2013 , saluer le Garde des Sceaux en ces termes : « Madame le Ministre , c’est d’autant plus pour moi un honneur de vous accueillir , que c’est mon trisaïeul qui a affranchi le vôtre ! ». Clouer le bec à Christiane Taubira est un délice de fin gourmet.

  4. Les notions de droite et de gauche n’ont aucune pertinence. Ce qui semble de droite à certains est considéré comme de gauche par d’autres. Depuis 1789, il n’y a pas la droite et la gauche, il y a des droites et des gauches (cf les travaux de Michel Winock) et les droites sont très souvent incompatibles entre elles, beaucoup plus souvent que ne le sont les gauches. Ces notions ne sont strictement d’aucune utilité pour analyser les idées politiques.

    • Vous irez dire ça à Mélenchon. Et aurez l’amabilité de nous faire connaïtre sa réponse. Depuis 1789, c’est la gauche qui dit ce qu’est la gauche et qui est de gauche ; et c’est même une de ses principales caractéristiques. Et ce n’est pas l’existence de courants, de tendances, de pluralités, etc qui remettent en cause des oppositions « clivantes » fondamentales. Pas plus que les glissements des lignes de séparation entre les deux conceptions de la politique puisque la gauche est par construction un mouvement perpétuel pour aller « toujours plus à gauche ». Fondamentalement la Gauche est révolutionnaire (les modérés disent progressiste) . Et la Droite sait ce que coûtent les révolutions (dans tous les domaines).

    • Et quand on dit qu’il n’y a ni droite ni gauche, c’est qu’on est comme Macron. La censure des temps modernes m’interdit d’employer une expression du temps jadis qui qualifierait à la perfection cette démarche. On est de droite et de gauche « en même temps ». Le résultat est celui que nous savons. Plus personne ne sait ce que veut Macron, hormis le fait de se maintenir au pouvoir avec sa bande et de dissoudre le Pays dans le machin américanisé informe de Bruxelles (qui pas plus que lui ne sait où il va vraiment)

  5. Désolé, mais la ministre ne s’est pas excusée d’avoir mis ses enfants dans le privé, mais d’avoir pu blesser des enseignants dans sa réponse explicative ; c’est plus qu’une nuance ! un peu de rigueur dans le commentaire critique ne serait pas superflu…

  6. Vous connaissez l’adage ? « Faites comme je dis, pas comme je fais ». Ce qui est dramatique dans l’Etat où se trouve l’éducation en France, c’est de ne pas mettre à sa tête un vrai ministre de plein exercice ! C’est un crime ! A ce sujet, Mme DATI, femme réputée à poigne, aurait certainement été plus utile à l’éducation qu’à la culture.; En fait, le drame, c’est que Macron n’est pas un Président. C’est un metteur en scène. Il ne recrute pas des compétences, il recrute des acteurs qui doivent jouer un rôle. Tout est dans le paraitre. La compétence, l’efficacité, ne valent rien face à la popularité et au jeu des acteurs…
    On nous berce d’illusions. On transforme la perversité en valeurs. On cache les réalités pour les rendre conforme à des idéologies irréalistes et à des phantasmes…
    Il faut chasser ces menteurs, ces affabulateurs, ces marchands du temple pendant qu’il en est encore temps.

  7. Deux réponses qui veulent tout dire à ATTAL sur l’immigration sa réponse …. nous avons besoin de ces gens là ensuite pour le nouveau ministre des affaires étrangères sa réponse la priorité de la France c’est l’Ukraine autrement dit pour eux fini la question d’immigration fini la question de insécurité fini le problème du chômage , du pouvoir d achat enfin quoi rien ne va changer

  8. Un ministre de l’EN qui reconnait avoir mis ses enfants dans le privé est donc bien au courant des problèmes du public et va peut-être (!) pouvoir y remédier.
    Un ministre de la santé qui est au fond d’elle-même contre le mariage pour les couples de même sexe va peut-être comprendre que la France a un problème de natalité et ne peut se contenter des enfants de l’immigration pour renouveler sa population.
    Mais un ministre des affaires étrangères qui nous promet un soutien inconditionnel à un pays en guerre me fait peur, qu’il soit de droite ou de gauche!
    Un ministre de la justice qui défendait un voyou il y a quelques années qui est jugé ces jours-ci, ça me fait peur pour les policiers qui sont en face.
    Un chef d’état qui (en même temps) favorise la voiture électrique et nous demande de baisser le chauffage, ça me fait peur.
    Un ministre de l’intérieur qui nomme « faits divers » toutes les agressions sans donner l’origine des agresseurs ni les expulser, ça me fait peur.
    Pas la peine de rajouter la COVID qui est toujours là, la terre qui se réchauffe (les gens qui subissent les tempêtes de neige et les températures de -30° doivent être contents, ça pourrait être pire!), notre agriculture qui rend l’âme, nos industries qui sont parties de l’autre côté de la planète, pas de quoi se faire du mauvais sang!

  9. Tout est bon pour Macron le temps d’une élection La magie fonctionne et les prodiges d’un jour rassurent un peu compassion et d’excuse redorent les blasons. Les silencieux et besogneux ont compris que la musique des chaises musicales ne suffiront plus à leurs faire avaler des couleuvres !!!

  10. Bravo ! Bien dit. Merci pour votre lucidité et votre courage. Tenez bon. Cette madame Vautrin est abominable dans le reniement. Quant à madame Oudéa elle a le mérite de la franchise : oui, l’école publique est une fange dont l’urgence est de s’extraire si possible. Tout en reniant les valeurs de cet enseignement privé. Deux ministres pour lesquelles la trahison sert de fil conducteur.

  11. Surtout, je remarque ce sont ceux qui s’intitulent « de droite » qui n ‘ont aucun courage d’afficher leurs opinions, si tant est qu’ils en aient vraiment. Pour tous ces renégats, la gamelle importe plus que leurs électeurs, et ils même pas l’honnêteté morale de s’en excuser.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois