Drapeau européen sous l’Arc de Triomphe : à quoi joue-t-il ?

drapeau européen arc de triomphe

En ce soir du 31 décembre, on en était tranquillement réduit à cogiter sur les derniers vœux d'Emmanuel Macron. À rêver, même, en bon citoyen conditionné, qu'il nous dise quelles seraient les nouvelles durées d'isolement, qu'il faut bien réduire pour éviter « la paralysie » du pays. Après tout, puisque le Premier ministre vient nous dire, le lundi, dans une allocution solennelle, qu'il ne faut pas manger dans le train, un président de la République peut bien nous donner ces informations pratiques de sous-secrétaire d'État le vendredi soir, fût-ce dans ses vœux du 31.

Eh bien, non, ce ne sont pas les vœux d'Emmanuel Macron qui auront tiré les Français de leur torpeur, mais un drapeau et une image : celle du drapeau européen flottant à la place du drapeau national sous l'Arc de Triomphe.

Je dois confesser - ambiance du 31 ou lassitude plus profonde de cette comédie macronienne - que je n'ai pas immédiatement rapproché l'image saugrenue du fait qui l'expliquait, en bonne logique macronienne : la présidence française de l'Union européenne. Peut-être parce que je n'en attends pas grand-chose. Non, ce qui m'a choqué, comme beaucoup certainement, c'est que, en ce 31 décembre, nous étions encore en 2021, année Napoléon. Et que je sortais - chacun ses torpeurs - de la lecture du Napoléon en cartes de Boudon et Bricout, un atlas passionnant de l'épopée napoléonienne. Je me disais donc : mais à quoi joue-t-il ? Lui qui se piquait, naguère, de renouer et de faire renouer la France avec son Histoire, ne pouvait-il pas laisser Napoléon et l'Arc de Triomphe tranquilles, pour terminer cette année 2021 ? Non, il ne pouvait pas : son intérêt personnel, son « en même temps » disruptif jusqu'à l'épuisement, et, surtout, son conformisme européen lui avaient dicté ce choix. Ce qu'il y avait de choquant dans cette image, c'était la disparition du drapeau français : les deux ne pouvaient-ils pas coexister, comme dans nos mairies ? Non : l'un remplaçait l'autre. Ce n'était même plus du « en même temps ». Choquant, aussi, ce mépris pour le passé, les morts, les morts pour la France. Choquante, encore, la provocation à l'égard de tous ces Français eurosceptiques et qui ont, plus que jamais, de bonnes raisons de l'être.

Nous étions nombreux à le plaindre, ce pauvre Arc de Triomphe et tous ceux qu'il représente, le plaindre comme l'obélisque de Louxor que Théophile Gautier faisait se lamenter sur sa solitude égyptienne et son abandon loin de son « frère » de la Concorde. Le plaindre de ne pas bénéficier de l'attention, du respect, de l'époque, du Président qu'il mérite. Le plaindre de tous les outrages qu'il a subis durant ce quinquennat.

Éric Zemmour n'a pas hésité à rapprocher les trois moments du quinquennat où l'Arc de Triomphe a fait parler de lui, bien malgré lui.

Dans le camp patriote, la condamnation est unanime. De Jérôme Rivière, député européen RN, à Sébastien Pilard, ex-élu LR issu de Sens commun.

Marine Le Pen elle-même a évidemment vivement réagi :

Et puis, au fur et à mesure que la soirée s'avançait, fidèle à sa campagne « à la manière de », même Valérie Pécresse demandait solennellement à Emmanuel Macron de rétablir le drapeau tricolore sur la tombe du Soldat inconnu. Dans son entourage, on rappelait que lors de la présidence de l'Union européenne, en 2008, les deux drapeaux flottaient ensemble sous l'Arc.

Était-il d'ailleurs bien judicieux, de la part d'Emmanuel Macron, d'attirer l'attention sur le monument, de rappeler son saccage de décembre 2018 au plus fort de la crise des gilets jaunes ? Durant ces heures où, paraît-il, un hélicoptère était prêt à l'exfiltrer de l'Élysée.

Frédéric Sirgant
Frédéric Sirgant
Chroniqueur à BV, professeur d'Histoire

Vos commentaires

120 commentaires

  1. J’en ai + que marre de ce président et de tous ses sbires qui ne manquent pas une occasion de nous humilier, nous salir, rabaisser, montrer leur mépris et leur haine totale envers la France et une importante partie des Français saturés, offensés, ridiculisés par leurs délires et leurs rejets permanents jusqu’à la négation et l’effacement de NOS racines chrétiennes, identité, histoire, culture, traditions totalement étrangères et rejetées par ses disciples mondialistes et issus d’immigration

  2. je n’en peux plus de ce mandat …après des voeux complètement ignobles, un fourre tout de candidat, voilà l’affaire du drapeau ….la France, on le sait ne l’intéresse pas, sauf pour la vendre . Vivement les élections ….

  3. On en est aussi à donner la légion d’honneur à une personne, ministre, qui a déserté devant l’ennemi Covid. Madame Buzyn, si elle était militaire, passerait en cour martiale. Nous sommes en pleine décadence. Tentons de ne pas persévérer.

  4. Le drapeau européen sous l’Arc de Triomphe | C’est une parfaite injure à tout | Y compris à l’Europe elle-mème. Cette Europe ne peut, ne doit, ètre le caprice d’un Jupiter quelconque. L’Europe n’est rien sans la France. Mais la France n’a que faire de l’Europe telle qu’on veut nous l’imposer aujourd’hui.

  5. C’est par ce genre de faits que la France disparait dans l’Europe.
    A quand la disparition du responsable ?

  6. MLP était fondée à exiger le retrait de cette serpillière supra nationale comme elle le fit préalablement au débat avec Macron.

  7. Allez, hop dehors la France. Bonjour l’europe maastritchienne… il est temps d’habituer les français à leur nouvelle nation. On voudrait que les français rejettent l’europe tout court, on ne s’y prendrait pas autrement. Cela pourrait s’appeler un « fouteur de guerre »

  8. On peut tolérer que les deux drapeaux soient côte à côte à différents endroits, mais sous l’Arc de triomphe, seul le français y a sa place.

  9. Ceux qui ont combattu assigneraient cet amateur-charlot de président en Cour martiale.
    Là, on est allé beaucoup trop loin…

  10. Ne pas oublier que Macron a été élu avec l’aide de l’oligarchie mondiale Soros , schwab (fondateur du forum de Davos ) et bien d’autres dont le but est la disparition de la France noyée dans l’Europe dont il espère être un jour le 1er président.

  11. Le non respect de son (?) drapeau est vraiment indigne de la part d ‘ un gouvernement ;
    La macronie ne respecte rien et se permet tout ce qui aide à la démolition de la France ;
    Les outrages s ‘ accumulent sans cesse , le drapeau français doit être replacé au plus vite , c ‘est évident …

  12. Ce drapeau bleu n’est qu’un simple chiffon , qui ne représente rien, qui ne rassemble personne , qui n’a aucune histoire, qui ne représente aucun symbole.
    Pendant sa présidence à la tête de la maffia européenne macron va t’il décider de la suppression pure et simple des drapeaux nationaux ?

  13. Macron par son comportement me fait penser au Général Giraud, la marionnette de Roosevelt et de Churchill, que le Général De Gaule à su éliminer de la scène politique avec brio et fermeté, il en est comme çà dans notre histoire sans cesse recommencée des individus opportunistes et arrivistes qui détestent la France et sont prêts a collaborer avec ses ennemis, mais l’espoir nous est permis du réveil des assoupis en cette jeunesse qui croit en « Z » et voit en lui le descendant le De Gaule de 2022

    • Vous repasserez pour Zemmour que je n’ai pas attendu; je n’ai jamais voté pour Mitterrand ni pour Chevènement.

  14. Nous avons donc la confirmation que depuis bientôt 5 ans, par l’absence du drapeau Français à côté du drapeau Européen; la France est bien pour 6 mois Président à l’U.E. ?, que nous avons un Président de l’U.E., et que l’Etat France lui importe peu, voire pas du tout….Mais bien sûr le Covid mondial l’a bien aidé en Politique depuis 2 ans et même plus…!

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois