« En raison du contexte » : ces quelques mots ont fait de notre vie un enfer, ces dernières années. Des contextes, il y en a pour tout, des pénuries de moutarde à l’obligation du port du masque, des grèves de RER aux « incivilités », vocable pudique du francocide à grande échelle voulu par des hôtes qui nous haïssent. Bref, on a bien compris que le monde dans lequel nous vivions nous laissait assez peu de chances d’espérer. On a beau savoir, avec Bernanos, que « la plus haute forme d’espérance est le désespoir surmonté », il faut bien reconnaître, en ce mois novembre qui, malgré le « contexte » (climatique cette fois), tient ses promesses de grisaille, que la pluie se marie assez bien avec le regard désabusé et inquiet que nous jetons sur l’atroce guerre entre Israël et la Palestine. C’est le dernier « contexte » à la mode - celui qui explique et essaie même de justifier (jusque sur le service public) les pogroms, les viols, les bébés cuits au four et, jusque chez nous, les étoiles de David dessinées sur les murs des logements juifs, comme naguère les « noun » peints par Daech sur les maisons des chrétiens du Levant.

Nos adversaires, eux, ont bien compris de quoi il était question. Philippe de Villiers le rappelait, le 27 octobre, dans son émission sur CNews. Il convenait du fait que, si rien ne se produisait en France, la bataille civilisationnelle était perdue. L’homme politique français n’a jamais cessé de le répéter : quand Jeanne d’Arc dit que « les soldats batailleront et Dieu donnera la victoire », cela veut bien dire qu’il n’y aura pas de victoire si les soldats ne livrent pas bataille. Si la léthargie du peuple se poursuit, la France continuera de chuter jusqu’à devenir ce pays sale, anomique et dangereux qu’elle est déjà en de nombreux endroits.

En revanche, il y a bien, selon Villiers et selon bien d’autres hommes et femmes de bonne volonté dans notre camp, une providence française. Si nous avions été français en 1427, nous aurions probablement constaté qu’à vue humaine, la France allait devenir anglaise. Il y aurait eu des colporteurs, ces ancêtres des journalistes de gauche, dont ils ont hérité le goût pour la rumeur et le pouvoir sur les âmes simples, pour dire que les Anglais n’étaient pas si méchants et que, d’ailleurs, ils étaient déjà là et qu’on ne pouvait rien y faire. Si France Télévisions avait existé, elle aurait immédiatement diffusé des fictions anglophiles, faisant la part belle aux couples mixtes, aux fish & chips festifs et à un vivre ensemble fantasmé. Et pourtant, deux ans plus tard, Jeanne d’Arc reprenait Orléans, boutait les Anglais hors du pays et faisait sacrer Charles VII. En 1914, au bord de l’abîme, des militaires allemands, sur la route de Paris, attestèrent par milliers qu’ils avaient vu la Sainte Vierge leur barrer la route dans le ciel, les bras en croix, et qu’ils avaient été incapables d’avancer. La France est le pays qui se réveille à minuit moins le quart, avec la grâce de Dieu. Jusqu’à ce que nous voyions de nos yeux notre pays courir à sa perte, nous refusons d’y croire. 2023 est comme 1914 qui fut comme 1427. Nous ne voulons jamais nous dire que la France est un miracle fragile, et pourtant…

Philippe de Villiers a dit, ce 27 octobre, quelque chose de très vrai, qu’il a, faisant feu de tout bois, emprunté à Lénine : « Donnez-moi mille hommes ! » L'écrivain Dominique Venner ne disait pas autre chose, dans Pour une critique positive, paru juste après l’échec du putsch en Algérie : contre les droitards mythomanes, stériles et romantiques, il préconisait de s’en remettre à une minorité d’ascètes fanatiques, soudés par un idéal exigeant. Les minorités agissantes font l’Histoire, comme les hommes d’exception. « Ça, conclut Villiers, j’y crois dur comme fer. » « Il y a une minorité de Français, de vrais réfractaires, qui ne se laissera pas faire. » Plutôt que de nous laisser gagner par l’esprit des catacombes, maladie qui fait tomber la droite du côté où elle penche (celui de la nostalgie), soyons cette minorité fière et combative, qui ne s’excuse de rien, qui aime la France et qui la défendra, fût-ce au prix de sa propre vie, contre les forces du Mal - quel que soit le masque momentané que leur patron leur fasse porter : communisme, gauchisme, wokisme, islamisme, peu importe.

Bonne fête de la Toussaint aux lecteurs de BV ! Que l’automne 2023 soit celui des futurs saints, et non des futurs défunts (y compris de leur vivant)! C’est tout ce qu’il faut à la France, qui n’est grande que lorsqu’on l’aime.

15929 vues

01 novembre 2023 à 18:43

Pas encore abonné à La Quotidienne de BV ?

Abonnez-vous en quelques secondes ! Vous recevrez chaque matin par email les articles d'actualité de Boulevard Voltaire.

Vous pourrez vous désabonner à tout moment. C'est parti !

Je m'inscris gratuitement

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

73 commentaires

  1. Merci Monsieur Florac et Monsieur Devilliers.
    Nous avons participé aux croisades contre l’Islam avec saint Louis et Saint Bernard et à la Sainte ligue qui , sous le pape Pie V a mené la victoire de Lépante pour sauver l’EUROPE de l’invasion Islamiste.
    Nous pouvons nous unir pour vaincre l’Islam qui de tout temps a été conquérant. Les positions du TURC ERDOGAN sont claires et nettes. Qu’attendons nous? Reveillons nous! La reconquète doit s’organiser sans attendre les petites magouilles politiciennes.A Lerte

  2. Les hommes et femmes politiques français en 2023 n’ont comme vision que l’élection qui vient. De Mélenchon à MLP, ce sont des électoralistes ; même Zemmour est tombé dedans au moment où il est entré en politique (soutien au vaccin, à l’Ukraine pour ne pas déplaire à la masse…). Les partisans du Frexit ne sont même plus présents à la présidentielle tellement l’accès est cadenassé par les élus et le système se raidi : censure, crédit social (pass) dénigrement police aux ordres… Je ne vois pas la petite lumière à l’horizon ou plutôt si…mais pas en Europe.

  3. 1 000 hommes. 100 000 adhérents. 2 485 226 voix. Et quelques très grands prédicateurs qui ont trouvé leur chaire sur CNEWS, sur BV, sur CAUSEUR. CNEWS pulvérise les records d’audience et ridiculise BFM et LCI. Qui croit encore le baratin les niaiseries et les infox de FRANCE TELEVISION et de TF1 ?

  4. Nous sommes loin du chemin pour incarner l’homme (l’humanité) providentiel tant les forces veulent nous dessiner par des sondages des présidents virtuels il nous faudra accepter la mandature actuelle qui avec précipitation place ses pions si d’ici là nous avons la chance de trouver un leader qui ne soit pas imbu de son pouvoir. Seul des électeurs qui auraient pris conscience que notre civilisation doit vivre au-delà des partis peut renverser l’obscurantisme

  5. Magnifique rappel du sens puissant parce que divin du mot Résistance. Merci beaucoup Arnaud Florac.
    Votre propos est porteur de la seule solution.
    Si Philippe De Villiers est toujours lié intellectuellement à Reconquête, et qu’un réseau porteur de la droiture et du courage nécessaire prend forme, merci de nous en faire part dès que possible.

  6. Villiers a tellement raison.
    Mille hommes, bien sûr mais nous sommes des millions qui avons l’amour de notre pays chevillé au corps et au coeur.
    Malgré l’individualisme ambiant, la pusillanimité de la classe politique, quelque chose de nouveau émerge peu à peu.
    La France s’éveillera, sans aucun doute. Le plus tôt possible sera le mieux afin d’éviter la violence et les troubles civils.

  7. La France n’est malheureusement plus celle du Puy du Fou, c’est une « république » ayant subi, depuis la dernière guerre mondiale, les influences délétères des soviétiques et des américains. Les français tatoués, aux jeans troués, gavés de burgers et de séries et films américains influençant jusqu’au choix des prénoms, sont également pétris de revendications égalitaristes gauchistes cgtistes de syndicats créés par des révolutionnaires venus de l’URSS. Ils réclament toujours plus de droits, sans se rendre compte qu’ils sont esclaves du pouvoir supranational qui leur a déjà imposé masques, vaxxins et bientôt tubas, palmes et puçage !

  8. Pour emmener les foules vers une prise de conscience et une forte mobilisation contre le marasme actuel il faudrait un leader charismatique qui rallierait le peuple à lui. Ça ne serait pas difficile vu le degré zéro intellectuel des politiques (mâles et femelles) d aujourd’hui. Mais à mon sens aucun n est pour le moment cette incarnation pourtant Il y a urgence.

    1. Le marasme ? Un leader pour rallier le peuple à lui ? Manifestement beaucoup de choses semblent vous échapper.
      1/Le Bataclan, Nice, etc, etc, etc, etc, etc, etc, : marasme !
      2/C’est VOUS qui vous rallierez à celui qui pourra sauver votre peau ou celles de vos enfants. Quand vous aurez compris. En fait quand les AUTRES vous le feront comprendre.

    2. Bonjour Madame,
      Joli résumé! Un seul être nous manque: L’homme du Destin! N’est pas Saint Louis ou de Gaulle qui veut!

      1. Saint Louis ? Pas vraiment le sujet. Jeanne d’Arc, De Gaulle. Est l’homme du Destin, comme vous dites, celui qui dit NON. Qui refuse ce que la multitude tient pour une fatalité. Qui ne recule pas. Qui affronte toutes les questions? Qui ne triche pas. Qui reste constant dans ses convictions. Sans varier pour suivre « le courant ». Et ce sont les « circonstances » qui se chargent ensuite d’ouvrir les yeux de la multitude, Parce qu’au commencement, ils ne sont pas bien nombreux ceux qui rejoignent la France Libre …

  9. Pauvre Philippe, il prêche dans le désert, je pense que s’il voulait trouver une armée de patriotes, il faudrait ressusciter, ceux qui sont tombés pour défendre la France et ses valeurs. Maintenant c’est la religion du smartphone, du mondialisme, de l’IVG, des pratique sexuelles perverses, des aides sociales, de la dérision, de la paresse si chère à LFI, de la destruction de la famille, du wokisme, des drogues diverses et variées. J’en ai probablement oublié quelques unes. Pauvre France!

    1. La soumission est la pire des solutions, parce qu’au soir de sa vie, cela doit être lourd à assumer !

  10. L’armée Française compte plus de 1000 hommes…Si la patrie est en danger, que ses chefs prennent leurs responsabilités ! Quand je parle de chefs, je ne pense pas aux généraux, trop compromis, trop soumis, trop soucieux de leur avancement. A l’image des généraux Otaniens des plateaux de LCI, chantres de la bien pensance…Non je pense aux Colonels, chefs de corps, patrons de régiments…
    Souvenez-vous de la bataille d’Alger 1956/1957…Des attentats FLN meurtriers tous les jours. 8000 hommes de la 10eme division parachutistes aux ordres du Général Massu ont pacifié la ville placée sous loi Martiale. Il faut simplement une volonté. La volonté de ne pas disparaître…Et avant tout, il faut se débarrasser de Macron…Lui, n’a aucune volonté….

    1. Il faudra peut-être et « en même temps », enlever certains éléments, qui on ne sait pas contre qui ils tireraient avec leurs armes. Quand à faire face à une insurrection concomitante et généralisée d’au moins quatre cent banlieues, possédant un stock d’armes conséquent, maniées par des fanatiques souhaitant mourir en martyrs (72 vierges, ça fait rêver, déjà une….) il faudrait au moins pour y arriver déclarer non pas l’état d’urgence mais l’état des siège, avec comme résultats l’équivalent de ce qui se passe à gaza. Je ne vois pas ça en France, nous capitulerons petit à petit.

    2. Tous à fait de votre avis, mais il en faut un qui se lève et dise « allons ». Je prie pour que cet homme arrive vite, avant que la France soit écrasée !

  11. Je pense que les bonnes questions à poser à Philippe de Villiers seraient :
    « Est-il nostalgique de la France romantique d’Alexandre Dumas ?
    Ou de la France profondément chrétienne, qui permit à Pierre l’Ermite d’entraîner des foules à traverser l’Europe pour aller libérer le tombeau du Christ ?

    Pour tous les chrétiens de France Catholiques, Protestants, ou Orthodoxes, nous devrions être nostalgiques de cette France, fille aînée de l’Eglise indivisée du premier millénaire.

    1. Bonne remarque. Où sont les chrétiens ? Les juifs se battent, pas toujours intelligemment, mais ils se battent. Et les chrétiens ?

      1. Les chrétiens sont combattus dans leur propre Pays depuis des décennies, de plus en plus fort ces dernières années par la gauche sataniste, ils manquent (les chrétiens) de courage et d’un leader. Qui sera celui-là ?

  12. Nos dirigeants seraient bien inspirés d’écouter Philippe de Villiers, plutôt que les incantations de la fonctionnaire en chef de la commission européenne et du grand prêtre de Davos jusqu’à en devenir des apôtres, avant peut-être de muter en inquisiteurs.

  13. Ces 1000 hommes seront comme les non vaccinés, méprisés haïs détestés par les français. Je n’y crois pas une seconde M De Villiers, votre peuple français n’existe plus…

Les commentaires sont fermés.