Cliquez pour acheter

Nioxe est un homme pressé. Pathologiquement pressé. Il court dans la rue, dévale les escaliers, engloutit ses repas, avale ses rendez-vous. Son associé doit faire le plein de la voiture et gémit : « Les secondes que tu gagnes, qu’en fais-tu ? » Des minutes, répond l’antiquaire, paradoxalement spécialisé dans les œuvres d’ très anciennes.

En survolant la Provence, il tombe amoureux d’une vieille propriété et l’achète dans la journée à un vieil aristocrate originaire des îles. Sa vie va en être bouleversée car elle le fait rencontrer le reste de la dont les filles sont aussi belles qu’indolentes.

Pierre, stupéfait, tombe amoureux d’Hedwige et doit se poser, mais juste le temps de lui faire la cour. La jeune fille est séduite et inquiète : « Cette invariable manie de varier, ce besoin de prendre non une vue des choses mais une même chose sous tous les aspects en sautillant d’un point cardinal à un autre, cette avidité de tout regarder et de ne rien contempler, de tout faire et de ne rien parfaire, de courir d’occasion en circonstance et de conjoncture en occurrence, tout cela était fatigant. »

Hedwige consent et l’homme pressé doit composer avec la beauté paresseuse. Très amoureux, il progresse et ne prend plus que cinquante mètres d’avance sur sa femme dans la rue. Mais la jeune épousée est enceinte et exige calme et repos. C’est trop pour Pierre à qui neuf mois semblent une éternité.

Ce petit roman qui semble un peu léger est un brillant exercice de style. Paul Morand excelle dans ce domaine où sa plume nerveuse fait merveille. Les phrases courent, comme Pierre Nioxe, et la rapidité du récit en rend la lecture très facile. Mais la leçon est plus profonde, et l’homme pressé est un peu l’homme moderne qui court vainement vers un but indéterminé.

Sans atteindre les sommets du Flagellant de Séville et loin de la tragédie du Parfaite de Saligny et du Bazar de la Charité, L’Homme pressé est un roman très réussi et un excellent divertissement.

Le blog d’Antoine de Lacoste

7 juillet 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 3 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivé.

0 0 votes
Votre avis ?
2 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires